Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

SPORT

Après Angelina Jolie, une athlète révèle avoir subi une mastectomie

© AFP

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 11/07/2013

Un an après avoir remporté une médaille de bronze à Londres, la Jamaïcaine Novlene Williams-Mills révèle qu'elle était atteinte d'un cancer du sein lors des JO de 2012. Malgré une double mastectomie, l'athlète de 31 ans est de retour sur les pistes.

Depuis son enfance, Novlene Williams-Mills a appris à dominer son corps et à en tirer le meilleur. Un don pour la course et la vitesse qui lui a permis de représenter son pays, la Jamaïque, aux plus grands événements d’athlétisme, des championnats du monde aux Jeux olympiques.

Mais il y a un an, ce corps, surentraîné et façonné depuis tant d’années, a fini par la trahir. Le 25 juin 2012, après avoir découvert une grosseur à l'un de ses seins et réalisé une biopsie, son gynécologue lui apprend qu’elle est atteinte d’un cancer. Malgré cette nouvelle terrifiante, l’athlète décide de participer aux Jeux olympiques de Londres qui débutent deux jours plus tard et de cacher la vérité aux autres membres de l’équipe jamaïcaine.

"J’ai pensé que c’était mieux de le garder pour moi, car je suis quelqu’un d’assez réservé. Je ne vis pas sous les projecteurs et je ne voulais pas que les gens ressentent de la pitié", raconte la sportive, âgée de 31 ans, à FRANCE 24.

Dans le stade anglais, rien ne transparaît ; la sportive apparaît aussi naturelle et concentrée que d’habitude. Sur la piste, elle réalise même de belles performances en terminant cinquième de la finale du 400m et en décrochant la médaille de bronze, la troisième de sa carrière, lors du relais 4x400m. Sur le podium, aux côtés de ses trois coéquipières jamaïcaines, le sourire est de mise, mais la peur est bien présente. Elle ne sait pas s’il s’agit alors de la dernière course de sa carrière : "C’était très dur d’être là-bas. Je ne sais pas si j’ai vraiment réussi à me concentrer sur les Jeux. Mon esprit était préoccupé par mon futur traitement et je priais pour que tout aille pour le mieux".

Novlene Williams-Mills lors de la finale du 400m aux JO de Londres

Un cancer très agressif

Épaulé par son mari Jameel, Novlene se lance alors à bras-le-corps dans son combat contre la maladie. Trois jours après les JO, les médecins lui retirent la grosseur mais les analyses ne sont pas concluantes. "Mon médecin m’a expliqué qu’il s’agissait d’un cancer très agressif et qu’il y avait de fortes chances qu’il revienne et qu’il se répande au niveau du deuxième sein", explique la coureuse. Deux ans après la mort de sa sœur, emportée par un cancer des ovaires, elle prend alors une décision radicale. Tout comme l’actrice Angelina Jolie, qui a récemment révélé sa maladie, elle décide de subir une double mastectomie : "Je ne voulais pas vivre dans cette peur du 'si jamais'. Je ne voulais pas attendre qu’on me dise que le cancer allait revenir, c’est pourquoi j’ai pris la meilleure option pour l’en empêcher".

Amputée d’une partie de sa féminité, elle doit réapprendre à vivre en harmonie avec ce corps qui l’a pourtant menée vers les plus hauts sommets sportifs. "Cela a été vraiment la course la plus dure de ma vie car il n’y a pas d’entraînement contre cela. C’est très difficile de revenir à son niveau de forme. Il faut être très patient", estime Novlene, qui ne tarde pas pourtant à revenir sur les pistes.

"Je suis propre"

Après avoir subi sa dernière opération le 18 janvier, elle est fin prête pour le début de la saison. Le 23 juin, elle réussit l’exploit de remporter son septième titre national en Jamaïque sur le 400m et de décrocher sa qualification pour les prochains championnats du monde, grâce à un temps de 50,01 secondes.

Novlene Williams-Mills remporte le titre national jamaicain sur 400 m le 23 juin 2013

Novlene sait que ce retour spectaculaire peut étonner et même susciter de vraies interrogations. Alors que l’athlétisme jamaïcain a été pointé du doigt ces derniers mois après des affaires de dopage et la suspension de la double championne olympique du 200m, Veronica Campbell-Brown, Novlene affirme elle ne pas avoir utilisé de substances illicites pour retrouver son niveau. "Je ne peux pas empêcher les gens de parler. Tout ce que je sais, c’est que je suis propre."

Sa recette miracle ? "Il n’y en a pas. J’ai manqué la plupart de mes entraînements cet automne, mais avec mon entraîneur nous avons travaillé dur pour que je coure de nouveau. Quand on fait cela depuis si longtemps, notre corps est capable de s’adapter à certaines choses."

Après cette épreuve, Novlene tient aujourd’hui à partager cette expérience. Même si elle ne se considère pas comme un symbole, elle espère que son témoignage sera utile. "J’ai décidé de le faire pour dire aux jeunes qu’elles doivent bien faire leur mammographie, car cette maladie peut arriver à n’importe qui." De son combat, elle veut aussi tirer de l’espoir : "Je veux faire savoir aux femmes malades, qu’il y a toujours de la vie. Ne mettez pas d’étiquette sur vous-même en vous disant qu’à cause du cancer, la vie s’arrête. Il faut continuer à faire des rêves car on peut toujours les réaliser". Le prochain rêve de Novlene aura ainsi lieu du 10 au 18 août à Moscou, en Russie, lors des championnats du monde d’athlétisme.

Novlene remercie ses fans sur son compte Facebook pour leur soutien


 

Première publication : 11/07/2013

COMMENTAIRE(S)