Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Première incursion terrestre d’un commando israélien à Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

EUROPE

Le président portugais prône un accord de "salut national"

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/07/2013

Alors que le Portugal traverse une grave crise politique qui a déstabilisé le gouvernement et inquiété les partenaires européens, le président portugais appelle la coalition de droite au pouvoir et l'opposition de gauche à un "salut national".

Le président portugais Anibal Cavaco Silva a souhaité mercredi la conclusion d'un accord de "salut national" entre la coalition gouvernementale de droite et l'opposition socialiste pour sortir de la crise politique que traverse le pays.

Le chef de l'Etat a précisé que le gouvernement du Premier ministre Pedro Passos Coelho resterait en place.

Il ne s'est en revanche pas prononcé sur le remaniement ministériel vers lequel le Portugal semblait se diriger après l'accord de compromis conclu vendredi entre le Parti social démocrate (PSD) du Premier ministre et ses partenaires du CDS-PP pour mettre fin à un désaccord au sein de la coalition.

L'accord droite-gauche proposé par Anibal Cavaco Silva impliquerait la tenue d'élections législatives anticipées une fois achevé, en juin 2014, le plan d'aide de 78 milliards d'euros accordé à Lisbonne par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI).

Les prochaines élections sont pour le moment programmées fin 2015.

"Cet accord doit se traduire par un soutien des trois partis, qui ont tous approuvé le plan de sauvetage, à des mesures qui permettront au Portugal de revenir sur les marchés début 2014 et de terminer son programme d'ajustement", a dit le chef de l'Etat dans une allocution télévisée.

"J'apporterai mon soutien le plus ferme à cet accord qui, dans la situation d'urgence actuelle, représente un engagement de salut national", a-t-il insisté.

Anibal Cavaco Silva, qui aurait pu se contenter d'approuver le remaniement ministériel attendu, s'est dit confiant dans le fait qu'un accord tripartite peut être conclu rapidement.

Les tensions au sein de la coalition gouvernementale ont éclaté au grand jour la semaine dernière avec la démission du ministre des Finances et de celui des Affaires étrangères, Pedro Portas, président du CDS-PP.

Instabilité accrue

Le chef du gouvernement Pedro Passos Coelho a proposé de nommer Pedro Portas vice-Premier ministre pour éviter que le CDS-PP, le plus petit et le plus à droite des deux partis, ne lui retire son soutien au Parlement.

Cette incertitude sur la pérennité de la coalition a ravivé les craintes de voir remis en cause le déroulement du plan d'aide de l'UE et du FMI.

Le rendement des obligations souveraines portugaises à dix ans a bondi de 6,4% à plus de 8% la semaine dernière, mais il est depuis revenu autour de 6,3%.

Selon les analystes, la proposition du chef de l'Etat pourrait cependant relancer l'agitation sur les marchés.

"Comparée au scénario d'un simple remaniement ministériel auquel on s'attendait, la solution proposée par le président semble créer davantage d'instabilité politique et pourrait être mal accueillie par les marchés", estime Filipe Garcia, directeur d'Informacao Mercados Financeiros.

Les socialistes ont appelé le chef de l'Etat à convoquer des élections anticipées, mais celui-ci s'y est jusqu'à présent refusé en faisant valoir qu'une telle initiative retarderait l'adoption du budget 2014, ce qui risquerait de contraindre le Portugal à solliciter un second plan de sauvetage.

"Un nouveau plan serait probablement plus astreignant et s'accompagnerait de conditions plus strictes, avec des effets directs et dramatiques sur la vie quotidienne des ménages", a souligné Anibal Cavaco Silva.

Le PSD et le CDS-PP ont indiqué qu'ils allaient étudier la proposition du chef de l'Etat avant de donner leur réponse.

"Je voudrais rappeler les mots du président affirmant que le gouvernement dispose pleinement de ses pouvoirs et doit continuer à exercer ses fonctions", a dit Luis Montenegro, président du groupe parlementaire du PSD.

Reuters

Première publication : 11/07/2013

  • ZONE EURO

    La crise politique portugaise inquiète les marchés financiers

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Démission du ministre des Finances, architecte de la cure d'austérité

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Le Portugal au ralenti en raison d'une grève générale

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)