Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Economie

L'agence Fitch retire à la France son triple A

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2013

L'agence de notation financière Fitch Ratings a abaissé la note souveraine de la France à AA+. Une décision motivée, notamment, par la dégradation des perspectives de croissance dans le pays.

Fitch Ratings a annoncé, vendredi 12 juillet, avoir abaissé la note souveraine de la France de AAA à AA+, en lui assignant une perspective stable. L'agence était jusqu'à ce jour  la dernière des grandes officines de notation qui accordait encore à l'État français la note suprême triple A.

Fitch explique sa décision par les incertitudes qui planent sur les perspectives de croissance de la France, ce qui ne donne pas beaucoup de marges au gouvernement pour atteindre ses objectifs de consolidation budgétaire.Autres motifs d’inquiétude pour l’agence : les incertitudes concernant l'évolution de la production, du chômage et du déficit de l'État. 

Divergence dans les prévisions 

Selon les prévisions de l'agence, l'économie française devrait se contracter de 0,3% en 2013 avant de connaître une croissance de 0,7 % en 2014 et de 1,2 % en 2015. Le gouvernement français s'attend lui à une croissance de 0,1 % en 2013, 1,2 % en 2014 et 2 % en 2015 et 2016. 

"Cette divergence dans les prévisions explique la différence entre l'estimation du ratio de dette sur PIB réalisée par l'agence et les chiffres officiels", indique la firme financière. 

Fitch a également établi des différences avec le gouvernement français sur les prévisions de déficit budgétaire. Elle prévoit un déficit au-dessus de 3 % du PIB jusqu'en 2014, avant de diminuer à 1 % du PIB en 2017, à la fin du mandat de François Hollande. Le gouvernement prévoit, lui, un déficit de 2,9 % du PIB diminuant à 0,7 % à ces mêmes dates. 

Avec dépêches

Première publication : 12/07/2013

COMMENTAIRE(S)