Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

asie

Agent orange au Vietnam : la justice sud-coréenne condamne Monsanto

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2013

La justice coréenne a condamné Monsanto à indemniser 39 vétérans de la guerre du Vietnam contaminés par l'agent orange, un défoliant hautement toxique commercialisé par la firme. L'entreprise devra leur verser 315 000 euros.

La justice sud-coréenne a donné raison vendredi 12 juillet à 39 anciens combattants qui affirmaient être tombés malades à cause de l'agent orange, du nom du défoliant utilisé par les Américains pendant la guerre du Vietnam.

La Cour suprême estime que la corrélation épidémiologique entre le défoliant et les maladies de peau développée par ces anciens militaires qui ont combattu aux côtés des Américains contre le Vietcong est prouvée. Elle a donc ordonné à Monsanto et Dow Chemicals, productrices de l'agent orange, de verser aux 39 plaignants une indemnisation d’un total de 466 millions de wons (environ 315 000 euros).

Des réparations qu'ils ne recevront sans doute jamais, la firme Dow Chemicals ayant fait savoir qu'elle contestait les conclusions de la justice sud-coréenne et invoqué des décisions précédentes aux États-Unis.



Un total de 16 000 anciens combattants avaient saisi la justice individuellement en 1999 contre les firmes américaines, réclamant l'équivalent de 3,4 milliards d'euros de dommages financiers. La Corée du Sud a mobilisé 300 000 hommes auprès des Américains pendant la guerre du Vietnam.

Roundup, PCB, Lasso... Monsanto est habituée aux procès

Ce n’est pas la première fois que la firme phytosanitaire américaine Monsanto se retrouve au cœur de scandales sanitaires. Ses produits traînent en effet une réputation sulfureuse depuis plusieurs décennies, comme le démontre "Le Monde selon Monsanto", une enquête menée par la journaliste indépendante Marie-Monique Robin en 2008 et qui dresse un portrait au vitriol de la compagnie.

Dans les années 1980, plusieurs milliers de vétérans américains du conflit vietnamien avaient déjà porté plainte contre Monsanto et six autres entreprises agrochimiques pour empoisonnement à l’agent orange. Tous ont été atteints de maladies graves - cancers, maladies de la peau, défaillances du système immunitaire…- imputées à la dioxine, composé chimique hautement toxique et présent en masse dans le défoliant.

Dans les années 1990, c’est au tour de son désherbant Roundup - le désherbant le plus vendu au monde - de faire la une des journaux. Le produit est pointé du doigt pour sa nocivité. Plusieurs études concordantes affirment pourtant que le pesticide - et son principe actif, le glyphosate - est potentiellement tératogène, c'est-à-dire responsable de malformations fœtales.

En 2002, la firme Monsanto est également reconnue coupable par la justice américaine d’avoir "pollué le territoire d’Anniston [une ville d’Alabama où la firme a fabriqué du PCB pendant près de 50 ans] et le sang de sa population avec les PCB [substance chimique synthétiques et polluante]". Elle est condamnée à verser 700 millions d’euros de dommages et intérêts à ses habitants.

En février 2012, Monsanto est une nouvelle fois condamné dans l’affaire qui l’oppose à un agriculteur français. La justice déclare la firme responsable de l’intoxication du céréalier Paul François suite à l’inhalation de son désherbant Lasso. Monsanto a fait appel. "Les produits de Monsanto sont conformes aux exigences de sécurité en place au moment de leur mise sur le marché. [La société] a une politique très rigoureuse en ce qui concerne l'évaluation scientifique de la sécurité des produits de protection des plantes", avait réagi l'entreprise, dans un communiqué.

Avec dépêches

Première publication : 12/07/2013

  • AGRICULTURE

    Monsanto : retour sur trois décennies de polémiques

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    La justice française autorise Monsanto à cultiver son maïs transgénique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)