Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Asie - pacifique

Edward Snowden demande l'asile politique à la Russie

© Capture d'écran "The Guardian"

Vidéo par Lizzie TREU , Luke SHRAGO

Dernière modification : 13/07/2013

Edward Snowden, recherché par les États-Unis pour avoir révélé le scandale d'espionnage Prism, a indiqué vouloir rester en Russie jusqu’à ce qu’il puisse rejoindre l’un des trois pays d’Amérique latine prêts à lui offrir l’asile politique.

Edward Snowden a annoncé via un communiqué publié sur le site WikiLeaks qu'il demandait l'asile politique à la Russie. "Je vais soumettre ma demande à la Russie aujourd’hui et j’espère qu’elle sera reçue favorablement", peut-on lire sur le site, qui reprend les propos tenus vendredi 12 juillet par l’ancien consultant de l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA), lors d’une rencontre avec plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme.

Dans le communiqué, Edward Snowden affirme en outre n'éprouver "aucun regret" concernant ses révélations. Bloqué depuis le 23 juin dans la zone de transit de l'aéroport Cheremetievo de Moscou, l'informaticien à l'origine des révélations sur l'espionnage américain à travers le monde avait invité plusieurs ONG, dont Human Rights Watch, Transparency International et Amnesty International, à se rendre à l'aéroport moscovite afin d'évoquer avec eux "les prochaines avancées de [sa] situation".

"Snowden risque la peine de mort"

La Maison Blanche a fait savoir que le président Barack Obama comptait s'entretenir dans la soirée avec son homologue Vladimir Poutine du sort de l'ancien informaticien.

"Les États-Unis ne relâchent pas la pression sur la Russie"

Le département d'Éat américain s'est dit déçu que la Russie ait facilité cette rencontre entre Edward Snowden et les organisations de défense des droits de l'Homme. Sa porte-parole, Jen Psaki, a souligné que si Moscou accordait l'asile au fugitif, "il ne fait aucun doute que cela suscitera des inquiétudes" pour les relations entre les États-Unis et la Russie.

 

Pour sa part, le Kremlin n'a pas confirmé avoir reçu une demande formelle d'asile et a répété qu'Edward Snowden devrait s'abstenir de critiques contre Washington s'il souhaitait rester en Russie.

Mais après la réunion, des responsables proches du Kremlin se sont succédé devant la presse pour présenter l'informaticien américain comme un militant des droits civiques qui doit être protégé car il pourrait être inculpé d'espionnage aux États-Unis, un crime passible de la peine de mort.

“Il y a un grand risque qu'Edward Snowden soit condamné à cette peine extrême, a dit à la télévision Sergueï Narichkine, président de la Douma, le Parlement russe. Nous ne pouvons pas permettre cela."

Depuis l'arrivée d'Edward Snowden à Moscou, trois pays d'Amérique latine - le Venezuela, le Nicaragua et la Bolivie - lui ont proposé de l'accueillir.

Avec dépêches

Avec dépêches

Première publication : 12/07/2013

  • COMMERCE

    Chine - États-Unis : l'affaire Snowden ne paralyse pas les relations commerciales

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Scandale Prism : la justice française peut-elle faire trembler la NSA ?

    En savoir plus

  • AFFAIRE SNOWDEN

    La justice française saisie de l'affaire d'espionnage Prism

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)