Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Amériques

Au Brésil, des manifestations syndicales peu suivies

© AFP

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2013

Un mois après le début de la fronde sociale au Brésil, l'appel des syndicats à une "journée nationale de luttes" jeudi, seuls quelques dizaines de milliers de personnes ont défilé contre la politique de Dilma Rousseff.

Loin des marées humaines du mois de juin, l’appel des syndicats à une "journée nationale de luttes" a réuni moins de monde jeudi 11 juillet. Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans plusieurs villes du Brésil, sans réussir à reproduire la forte mobilisation du mois dernier, lorsque plus d'un million de Brésiliens étaient spontanément descendus dans la rue pour crier leur colère face au renchérissement du coût de la vie.

"Les syndicats ont essayé de surfer sur cette vague de contestation"

Les manifestants ont brièvement bloqué des rues et incendié des pneus pour demander le respect des droits des travailleurs – notamment la semaine de travail à 40 heures contre 44 actuellement - tout en récupérant les slogans des précédents rassemblements en faveur d'un meilleur système de santé, d'éducation et de transport. Les cinq grands syndicats du pays ont manifesté côte à côte pour la première fois.

"Nous ne sommes pas à la traîne, nous avons toujours été là. Nous appelons Dilma (Rousseff) à tenir ses promesses", a déclaré Adriana Magalhaes, une responsable de la principale fédération syndicale, la Centrale unique des travailleurs (CUT), proche du Parti des travailleurs de la présidente brésilienne.

Les transports publics peu paralysés

Les manifestations les plus importantes ont eu lieu à Sao Paulo, mégapole de 20 millions d'habitants où 29 terminaux d'autobus ont été bloqués mais où trains et métros ont fonctionné normalement. Parmi les manifestants de l'avenue Paulista, la principale de Sao Paulo, Rosely Paschetti, 49 ans, brandissait une banderole avec l'inscription "plus d'impôts pour les riches, moins pour les pauvres". "Je suis employée municipale à Sao Paulo et je suis là parce qu'il y a une crise dans les secteurs de la santé et de l'éducation. Il faut changer cela", a-t-elle déclaré.

À Sao José dos Campos, où se trouve le siège de l'avionneur Embraer, 15 000 métallurgistes ont manifesté. Dans d'autres grandes villes comme à Salvador de Bahia, Porto Alegre, Belo Horizonte, Brasilia, Curitiba, Florianopolis ou Manaus, plusieurs écoles ont fermé leurs portes et certains hôpitaux ne traitaient que les urgences.

Une grève des dockers du port de Santos, près de Sao Paulo, le plus grand d'Amérique latine, qui a paralysé provisoirement mercredi toutes ses activités, s'est poursuivie jeudi. Et à Rio de Janeiro, les transports en commun ont fonctionné normalement à l'appel des syndicats, l'objectif étant de permettre à la population de venir manifester.

Quelques heurts à Rio et à Sao Paulo

Des heurts ont toutefois éclaté en soirée à Rio, où des policiers anti-émeute ont tiré des grenades lacrymogènes et utilisé leurs matraques pour disperser de petits groupes de jeunes, certains masqués et cagoulés, qui lançaient des cocktails Molotov et des feux de bengale en marge de la manifestation.

À Sao Paulo, des heurts moins violents qu'à Rio ont éclaté en soirée entre manifestants et policiers, lorsque quelque 1 500 protestataires ont dressé des barricades pour bloquer une autoroute.

Avec dépêches

Première publication : 12/07/2013

  • BRÉSIL

    La cote de popularité de Dilma Rousseff s'écroule

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Dilma Rousseff propose des investissements et un référendum pour sortir de la crise

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    En images : les manifestants donnent de la voix à Brasilia

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)