Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

Amériques

Au Brésil, des manifestations syndicales peu suivies

© AFP

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2013

Un mois après le début de la fronde sociale au Brésil, l'appel des syndicats à une "journée nationale de luttes" jeudi, seuls quelques dizaines de milliers de personnes ont défilé contre la politique de Dilma Rousseff.

Loin des marées humaines du mois de juin, l’appel des syndicats à une "journée nationale de luttes" a réuni moins de monde jeudi 11 juillet. Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans plusieurs villes du Brésil, sans réussir à reproduire la forte mobilisation du mois dernier, lorsque plus d'un million de Brésiliens étaient spontanément descendus dans la rue pour crier leur colère face au renchérissement du coût de la vie.

"Les syndicats ont essayé de surfer sur cette vague de contestation"

Les manifestants ont brièvement bloqué des rues et incendié des pneus pour demander le respect des droits des travailleurs – notamment la semaine de travail à 40 heures contre 44 actuellement - tout en récupérant les slogans des précédents rassemblements en faveur d'un meilleur système de santé, d'éducation et de transport. Les cinq grands syndicats du pays ont manifesté côte à côte pour la première fois.

"Nous ne sommes pas à la traîne, nous avons toujours été là. Nous appelons Dilma (Rousseff) à tenir ses promesses", a déclaré Adriana Magalhaes, une responsable de la principale fédération syndicale, la Centrale unique des travailleurs (CUT), proche du Parti des travailleurs de la présidente brésilienne.

Les transports publics peu paralysés

Les manifestations les plus importantes ont eu lieu à Sao Paulo, mégapole de 20 millions d'habitants où 29 terminaux d'autobus ont été bloqués mais où trains et métros ont fonctionné normalement. Parmi les manifestants de l'avenue Paulista, la principale de Sao Paulo, Rosely Paschetti, 49 ans, brandissait une banderole avec l'inscription "plus d'impôts pour les riches, moins pour les pauvres". "Je suis employée municipale à Sao Paulo et je suis là parce qu'il y a une crise dans les secteurs de la santé et de l'éducation. Il faut changer cela", a-t-elle déclaré.

À Sao José dos Campos, où se trouve le siège de l'avionneur Embraer, 15 000 métallurgistes ont manifesté. Dans d'autres grandes villes comme à Salvador de Bahia, Porto Alegre, Belo Horizonte, Brasilia, Curitiba, Florianopolis ou Manaus, plusieurs écoles ont fermé leurs portes et certains hôpitaux ne traitaient que les urgences.

Une grève des dockers du port de Santos, près de Sao Paulo, le plus grand d'Amérique latine, qui a paralysé provisoirement mercredi toutes ses activités, s'est poursuivie jeudi. Et à Rio de Janeiro, les transports en commun ont fonctionné normalement à l'appel des syndicats, l'objectif étant de permettre à la population de venir manifester.

Quelques heurts à Rio et à Sao Paulo

Des heurts ont toutefois éclaté en soirée à Rio, où des policiers anti-émeute ont tiré des grenades lacrymogènes et utilisé leurs matraques pour disperser de petits groupes de jeunes, certains masqués et cagoulés, qui lançaient des cocktails Molotov et des feux de bengale en marge de la manifestation.

À Sao Paulo, des heurts moins violents qu'à Rio ont éclaté en soirée entre manifestants et policiers, lorsque quelque 1 500 protestataires ont dressé des barricades pour bloquer une autoroute.

Avec dépêches

Manifestations au Brésil

Première publication : 12/07/2013

  • BRÉSIL

    La cote de popularité de Dilma Rousseff s'écroule

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Dilma Rousseff propose des investissements et un référendum pour sortir de la crise

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    En images : les manifestants donnent de la voix à Brasilia

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)