Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

Afrique

Le Sénégal instaure un visa obligatoire pour les étrangers

© FRANCE 24

Vidéo par Tatiana MOSSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2013

Depuis le 1er juillet, le Sénégal exige un visa biométrique pour les étrangers. Mais cette nouvelle disposition, qui exige de longues démarches pour obtenir le précieux sésame, effraie le secteur du tourisme.

Depuis le 1er juillet, le Sénégal exige que les étrangers sollicitent un visa biométrique d’environ 50 euros - pour un séjour inférieur à 90 jours - pour entrer sur le territoire sénégalais. Jusqu’ici, les touristes pouvaient entrer au Sénégal à l’aide d’un simple passeport. Mais par souci de réciprocité avec les pays de l’espace Schengen, Dakar a décidé de rééquilibrer la donne.

Une décision qui effraie le secteur du tourisme. Selon les professionnels, cette nouvelle disposition risque de se traduire par un considérable manque à gagner. En 2013, le tourisme représentait 25 % de l'économie du pays. Mais les études prévoient une baisse de 30% des flux touristiques et un manque à gagner de plus de 100 milliards de francs CFA (environ 150 millions euros).

Le ministre sénégalais du Tourisme,Youssou N'Dour, se veut pourtant rassurant. Il explique que pour l'année 2013 les tour-opérateurs seront exonérés du paiement de ce visa s'ils envoient au préalable au ministère du Tourisme la liste complète des vacanciers sous leur responsabilité.

Les hôteliers craignent une baisse de la fréquentation touristique

Mais dans la station balnéaire de Saly, certains hôtels affichent ouvertement leur opposition à cette décision et affichent des banderoles "Non au visa touristique" sur leur établissement. Cette mesure fait craindre aux hôteliers des plans sociaux et des fermetures pour la nouvelle saison en octobre : "Beaucoup de clients habitués nous écrivent de France assez remontés contre le visa, inquiets par la difficulté des procédures et le peu d'assistance qu' ils ont au consulat sénégalais en France", explique Jean Rey, le directeur d’un hôtel.

Et pour cause: les démarches pour obtenir le fameux sésame sont laborieuses et très lentes. Les demandeurs doivent s’inscrire en ligne puis ils retirent ensuite leur visa à l’arrivée à l’aéroport. Mais le manque d’organisation et de moyens humains pour gérer l’afflux de demandeurs du précieux sésame découragent plus d’un touriste.

Le directeur d’un hôtel Nouvelles Frontières ne décolère pas. "Les gens m’ont parlé de l'accueil à l'aéroport, des infrastructures qui ne suivent pas. Il y a aussi la cherté de la destination. Si, en plus, on leur impose d'acheter un visa, on risque de ne plus voir un touriste. C'est un désarroi total !", confie-t-il.

Première publication : 12/07/2013

  • IMMIGRATION

    Dakar : elle refuse un visa français pour dénoncer le mépris du consulat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)