Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

Le Sénégal instaure un visa obligatoire pour les étrangers

© FRANCE 24

Vidéo par Tatiana MOSSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2013

Depuis le 1er juillet, le Sénégal exige un visa biométrique pour les étrangers. Mais cette nouvelle disposition, qui exige de longues démarches pour obtenir le précieux sésame, effraie le secteur du tourisme.

Depuis le 1er juillet, le Sénégal exige que les étrangers sollicitent un visa biométrique d’environ 50 euros - pour un séjour inférieur à 90 jours - pour entrer sur le territoire sénégalais. Jusqu’ici, les touristes pouvaient entrer au Sénégal à l’aide d’un simple passeport. Mais par souci de réciprocité avec les pays de l’espace Schengen, Dakar a décidé de rééquilibrer la donne.

Une décision qui effraie le secteur du tourisme. Selon les professionnels, cette nouvelle disposition risque de se traduire par un considérable manque à gagner. En 2013, le tourisme représentait 25 % de l'économie du pays. Mais les études prévoient une baisse de 30% des flux touristiques et un manque à gagner de plus de 100 milliards de francs CFA (environ 150 millions euros).

Le ministre sénégalais du Tourisme,Youssou N'Dour, se veut pourtant rassurant. Il explique que pour l'année 2013 les tour-opérateurs seront exonérés du paiement de ce visa s'ils envoient au préalable au ministère du Tourisme la liste complète des vacanciers sous leur responsabilité.

Les hôteliers craignent une baisse de la fréquentation touristique

Mais dans la station balnéaire de Saly, certains hôtels affichent ouvertement leur opposition à cette décision et affichent des banderoles "Non au visa touristique" sur leur établissement. Cette mesure fait craindre aux hôteliers des plans sociaux et des fermetures pour la nouvelle saison en octobre : "Beaucoup de clients habitués nous écrivent de France assez remontés contre le visa, inquiets par la difficulté des procédures et le peu d'assistance qu' ils ont au consulat sénégalais en France", explique Jean Rey, le directeur d’un hôtel.

Et pour cause: les démarches pour obtenir le fameux sésame sont laborieuses et très lentes. Les demandeurs doivent s’inscrire en ligne puis ils retirent ensuite leur visa à l’arrivée à l’aéroport. Mais le manque d’organisation et de moyens humains pour gérer l’afflux de demandeurs du précieux sésame découragent plus d’un touriste.

Le directeur d’un hôtel Nouvelles Frontières ne décolère pas. "Les gens m’ont parlé de l'accueil à l'aéroport, des infrastructures qui ne suivent pas. Il y a aussi la cherté de la destination. Si, en plus, on leur impose d'acheter un visa, on risque de ne plus voir un touriste. C'est un désarroi total !", confie-t-il.

Première publication : 12/07/2013

  • IMMIGRATION

    Dakar : elle refuse un visa français pour dénoncer le mépris du consulat

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)