Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En direct : le scrutin s'achève sur fond de violences dans la région de Bouira

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

Afrique

Le Sénégal instaure un visa obligatoire pour les étrangers

© FRANCE 24

Vidéo par Tatiana MOSSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2013

Depuis le 1er juillet, le Sénégal exige un visa biométrique pour les étrangers. Mais cette nouvelle disposition, qui exige de longues démarches pour obtenir le précieux sésame, effraie le secteur du tourisme.

Depuis le 1er juillet, le Sénégal exige que les étrangers sollicitent un visa biométrique d’environ 50 euros - pour un séjour inférieur à 90 jours - pour entrer sur le territoire sénégalais. Jusqu’ici, les touristes pouvaient entrer au Sénégal à l’aide d’un simple passeport. Mais par souci de réciprocité avec les pays de l’espace Schengen, Dakar a décidé de rééquilibrer la donne.

Une décision qui effraie le secteur du tourisme. Selon les professionnels, cette nouvelle disposition risque de se traduire par un considérable manque à gagner. En 2013, le tourisme représentait 25 % de l'économie du pays. Mais les études prévoient une baisse de 30% des flux touristiques et un manque à gagner de plus de 100 milliards de francs CFA (environ 150 millions euros).

Le ministre sénégalais du Tourisme,Youssou N'Dour, se veut pourtant rassurant. Il explique que pour l'année 2013 les tour-opérateurs seront exonérés du paiement de ce visa s'ils envoient au préalable au ministère du Tourisme la liste complète des vacanciers sous leur responsabilité.

Les hôteliers craignent une baisse de la fréquentation touristique

Mais dans la station balnéaire de Saly, certains hôtels affichent ouvertement leur opposition à cette décision et affichent des banderoles "Non au visa touristique" sur leur établissement. Cette mesure fait craindre aux hôteliers des plans sociaux et des fermetures pour la nouvelle saison en octobre : "Beaucoup de clients habitués nous écrivent de France assez remontés contre le visa, inquiets par la difficulté des procédures et le peu d'assistance qu' ils ont au consulat sénégalais en France", explique Jean Rey, le directeur d’un hôtel.

Et pour cause: les démarches pour obtenir le fameux sésame sont laborieuses et très lentes. Les demandeurs doivent s’inscrire en ligne puis ils retirent ensuite leur visa à l’arrivée à l’aéroport. Mais le manque d’organisation et de moyens humains pour gérer l’afflux de demandeurs du précieux sésame découragent plus d’un touriste.

Le directeur d’un hôtel Nouvelles Frontières ne décolère pas. "Les gens m’ont parlé de l'accueil à l'aéroport, des infrastructures qui ne suivent pas. Il y a aussi la cherté de la destination. Si, en plus, on leur impose d'acheter un visa, on risque de ne plus voir un touriste. C'est un désarroi total !", confie-t-il.

Première publication : 12/07/2013

  • IMMIGRATION

    Dakar : elle refuse un visa français pour dénoncer le mépris du consulat

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)