Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

FRANCE

Un train Intercités déraille dans l'Essonne, au moins six morts

© Twitter

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 12/07/2013

Le président François Hollande a exprimé sa "solidarité aux familles" et annoncé que "trois enquêtes avaient été diligentées" après le déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge. Selon un bilan provisoire, six personnes ont été tuées.

Un train Intercités en direction de Limoges (Haute-Vienne) avec 370 personnes à son bord a déraillé vendredi 12 juillet vers 17 heures à Brétigny-sur-Orge, dans l'Essonne.

Le président François Hollande, arrivé sur les lieux peu après 20 heures, a fait état de "six personnes décédées, 22 blessées graves dont une pour laquelle le pronostic est engagé".

Brétigny-sur-Orge, Essonne

Afficher Brétigny-sur-Orge : le déraillement d'un train fait plusieurs morts sur une carte plus grande

Il a exprimé sa "solidarité aux familles" et annoncé que "trois enquêtes [l'une par la justice, l'autre par la Sncf et enfin par les services du ministre des Transports, NDLR] avaient été diligentées" et salué la "mobilisation des services de secours. "La France est un pays qui est capable, lorsqu'il y a une catastrophe, de faire face", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait annoncé un peu plus tôt que le "bilan [...] est en constante évolution malheureusement et va s'alourdir sans doute".

Les opérations de recherche vont se poursuivre dans la nuit "pour voir si des victimes restent éventuellement coincées sous le wagon ou entre le train et les quais", a déclaré Pierre-Henry Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur. 

Les explications du drame restent encore floues. "Certains évoquent un problème d'aiguillage, mais il est très difficile d'avancer, pour l'heure, une explication précise", explique Jonathan Walsh, l'envoyé spécial de FRANCE 24 à Brétigny.

"Personnes décapitées"

Sur les photos prises par des témoins, on peut apercevoir le train disloqué qui a littéralement traversé le quai de la gare. Selon Guillaume Pepy, six wagons ont déraillé. Quelque 300 pompiers, 20 équipes médicales et huit hélicoptères ont été mobilisés.

"Le train est arrivé en gare à grande vitesse. Il a été séparé en deux [...]. Une partie du train a continué à rouler tandis qu'une autre s'est couchée sur le flanc sur le quai", a indiqué une source policière.

Un passager interrogé par FRANCE 24 a raconté la scène. "Nous étions tranquillement en train de quitter Paris, puis nous avons été violemment secoués pendant plusieurs secondes. On a vu un nuage de fumée. On s'est rendu compte que les wagons dernière nous étaient couchés avec des gens coincés dedans [...]. Le train était plein [...]. La SNCF nous a dit que des personnes avaient été décapitées."

Le plan rouge, "destiné à organiser" les secours en cas "d'événement provoquant un nombre élevé de victimes", a été déclenché.


 

Première publication : 12/07/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Brétigny-sur-Orge : "À la SNCF, on nous a dit que des personnes avait été décapitées"

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    En images : déraillement de train meurtrier à Brétigny-sur-Orge

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Brétigny-sur-Orge : l'accident ferroviaire le plus grave que la France ait connu depuis 25 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)