Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

Economie

Twitter accepte de livrer des données à la justice française

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2013

Twitter a accepté vendredi de livrer à la justice française des données permettant d'identifier les auteurs de tweets antisémites. Pour l'Union des étudiants juifs de France, c'est une victoire.

Twitter a finalement cédé : la plateforme de microblogging a accepté vendredi 12 juillet de fournir à la justice française des données permettant l'identification de certains auteurs de tweets antisémites.

La transmission de ces données "met fin au litige" opposant Twitter et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), a annoncé l'association. Les deux protagonistes ont également convenu de "poursuivre activement leur collaboration, afin de lutter contre le racisme et l'antisémitisme dans le respect de leurs législations nationales respectives". 

En octobre dernier, de nombreux messages antisémites avaient été postés sur Twitter, souvent affublés du hashtag (mot clé) #unbonjuif ou #unjuifmort. L’UEJF avait obtenu la suppression des tweets haineux, une première pour une demande émanant de particuliers.

Nom, localisation, adresse IP

Twitter s'engage ainsi à livrer un certain nombre de données à la justice. "Il s'agit de toutes les informations que l'utilisateur entre lors de l'inscription à Twitter comme le nom, la localisation, mais aussi l'adresse IP et ça concerne une soixantaine d'utilisateurs, qui ont écrit des messages à caractère raciste et antisémite avec le hashtag #unbonjuif", explique dans une interview à FRANCE 24 Jonathan Hayoun, président de l'UEFJ. Twitter devrait également mettre en place dans les prochains jours "un système de signalement des contenus illicites, un peu comme ce qui existe sur Facebook".

La capitulation de Twitter a pris du temps. Pourtant auparavant, Facebook, Apple ou encore Google avaient réussi à s'entendre avec les associations antiracistes. Mais il a fallu batailler plus de 11 mois pour que le service de microblogging capitule. Aux États-Unis, il est prompt à invoquer le premier amendement à la Constitution, qui protège la liberté d'expression, pour refuser de fournir des données personnelles sur ses utilisateurs. "Twitter était le réseau social avec lequel nous avions le plus de mal à trouver un accord", témoigne Jonathan Hayoun. 

Victoire

L'UEJF, SOS Racisme et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), avaient, en octobre, assigné le site de microblogging en urgence devant le tribunal de grande instance de Paris. Fin janvier, la justice a enjoint Twitter de communiquer aux associations "les données en sa possession de nature à permettre l'identification de quiconque a contribué à la création de tweets manifestement illicites". La cour d'appel de Paris a confirmé le 12 juin dernier cette décision concernant les auteurs de tweets racistes ou antisémites.

Pour les associations, c'est une victoire. "Nous sommes très satisfaits, c'est la première fois que sur une décision de justice Twitter accepte de donner des informations personnelles sur des utilisateurs. C'est donc un grand pas dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme et le sentiment d'impunité que les gens pouvaient avoir en utilisant ce service", a réagi Jonathan Hayoun. "Nous espérons maintenant que le parquet poursuive ces personnes. Et s'il ne le fait pas nous envisagerons de le faire nous-mêmes".

Mais si Twitter livre les noms de ses utilisateurs, quid de la liberté d'expression sur Internet ? "Ce n'est pas une entorse à la liberté d'expression, au contraire nous protégeons la liberté d'expression de ceux qui pourraient être victimes de propos antisémites ou racistes sur l'Internet", estime Jonathan Hayoun. "Internet n'est pas un jeu vidéo sur lequel les personnes seraient moins responsables que dans la réalité", conclut-il.

Première publication : 12/07/2013

  • FRANCE

    La militante anti-raciste Rokhaya Diallo porte plainte après un tweet appelant à la violer

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter devra aider la justice française à identifier les auteurs de tweets racistes

    En savoir plus

  • INTERNET

    #unbonjuif : Twitter comparaît devant la justice française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)