Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vol AH 5017 : l'équipage aurait changé de direction à cause de la météo

En savoir plus

TECH 24

Objets : tous connectés !

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : les enquêteurs français attendus samedi au Mali

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "J'ai perdu mon jeune frère et toute sa famille"

    En savoir plus

  • Tour de France : Navardauskas décroche une première victoire pour la Lituanie

    En savoir plus

  • Didier Drogba officialise son retour à Chelsea

    En savoir plus

  • Cinq Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Economie

Twitter accepte de livrer des données à la justice française

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2013

Twitter a accepté vendredi de livrer à la justice française des données permettant d'identifier les auteurs de tweets antisémites. Pour l'Union des étudiants juifs de France, c'est une victoire.

Twitter a finalement cédé : la plateforme de microblogging a accepté vendredi 12 juillet de fournir à la justice française des données permettant l'identification de certains auteurs de tweets antisémites.

La transmission de ces données "met fin au litige" opposant Twitter et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), a annoncé l'association. Les deux protagonistes ont également convenu de "poursuivre activement leur collaboration, afin de lutter contre le racisme et l'antisémitisme dans le respect de leurs législations nationales respectives". 

En octobre dernier, de nombreux messages antisémites avaient été postés sur Twitter, souvent affublés du hashtag (mot clé) #unbonjuif ou #unjuifmort. L’UEJF avait obtenu la suppression des tweets haineux, une première pour une demande émanant de particuliers.

Nom, localisation, adresse IP

Twitter s'engage ainsi à livrer un certain nombre de données à la justice. "Il s'agit de toutes les informations que l'utilisateur entre lors de l'inscription à Twitter comme le nom, la localisation, mais aussi l'adresse IP et ça concerne une soixantaine d'utilisateurs, qui ont écrit des messages à caractère raciste et antisémite avec le hashtag #unbonjuif", explique dans une interview à FRANCE 24 Jonathan Hayoun, président de l'UEFJ. Twitter devrait également mettre en place dans les prochains jours "un système de signalement des contenus illicites, un peu comme ce qui existe sur Facebook".

La capitulation de Twitter a pris du temps. Pourtant auparavant, Facebook, Apple ou encore Google avaient réussi à s'entendre avec les associations antiracistes. Mais il a fallu batailler plus de 11 mois pour que le service de microblogging capitule. Aux États-Unis, il est prompt à invoquer le premier amendement à la Constitution, qui protège la liberté d'expression, pour refuser de fournir des données personnelles sur ses utilisateurs. "Twitter était le réseau social avec lequel nous avions le plus de mal à trouver un accord", témoigne Jonathan Hayoun. 

Victoire

L'UEJF, SOS Racisme et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), avaient, en octobre, assigné le site de microblogging en urgence devant le tribunal de grande instance de Paris. Fin janvier, la justice a enjoint Twitter de communiquer aux associations "les données en sa possession de nature à permettre l'identification de quiconque a contribué à la création de tweets manifestement illicites". La cour d'appel de Paris a confirmé le 12 juin dernier cette décision concernant les auteurs de tweets racistes ou antisémites.

Pour les associations, c'est une victoire. "Nous sommes très satisfaits, c'est la première fois que sur une décision de justice Twitter accepte de donner des informations personnelles sur des utilisateurs. C'est donc un grand pas dans la lutte contre le racisme et l'antisémitisme et le sentiment d'impunité que les gens pouvaient avoir en utilisant ce service", a réagi Jonathan Hayoun. "Nous espérons maintenant que le parquet poursuive ces personnes. Et s'il ne le fait pas nous envisagerons de le faire nous-mêmes".

Mais si Twitter livre les noms de ses utilisateurs, quid de la liberté d'expression sur Internet ? "Ce n'est pas une entorse à la liberté d'expression, au contraire nous protégeons la liberté d'expression de ceux qui pourraient être victimes de propos antisémites ou racistes sur l'Internet", estime Jonathan Hayoun. "Internet n'est pas un jeu vidéo sur lequel les personnes seraient moins responsables que dans la réalité", conclut-il.

Première publication : 12/07/2013

  • FRANCE

    La militante anti-raciste Rokhaya Diallo porte plainte après un tweet appelant à la violer

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter devra aider la justice française à identifier les auteurs de tweets racistes

    En savoir plus

  • INTERNET

    #unbonjuif : Twitter comparaît devant la justice française

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)