Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Boko Haram soutient l'attaque d'un lycée au Nigeria mais ne la revendique pas

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/07/2013

Dans une vidéo obtenue samedi par l'AFP, le chef de Boko Haram dit apporter son soutien aux auteurs de la tuerie du 6 juillet dans un lycée du nord-est du Nigeria, sans pour autant revendiquer l'attaque qui a fait 41 morts.

Le dirigeant du groupe islamiste nigérian Boko Haram, Abubakar Shekau, a justifié la tuerie perpétrée le 6 juillet dans un lycée du Nord-Est du Nigeria sans pour autant la revendiquer, dans une vidéo obtenue samedi par l'AFP.

"Nous apportons notre entier soutien à l'attaque de cet établissement d'éducation occidentale à Mamudo", dans l'Etat de Yobe, a-t-il dit dans un message vidéo de dix minutes, en référence au massacre de 41 élèves et d'un professeur (selon un bilan de source médicale). Cependant, Shekau ne s'est pas présenté comme le commanditaire de la tuerie, assurant au contraire en langue haoussa: "nous n'attaquons pas les élèves".

Les Etats-Unis avaient offert en mai une récompense de sept millions de dollars pour toute information conduisant à la capture du chef de la secte islamiste Boko Haram classé parmi les terroristes internationaux.

Selon des sources hospitalières, l'attaque du 6 juillet dans le lycée de Mamudo a fait 42 morts, mais l'armée en a comptabilisé moitié moins. Les assaillants armés avaient rassemblé les élèves et personnels dans un dortoir avant d'y jeter des explosifs et d'ouvrir le feu, selon des témoins.

Dans le document vidéo, Shekau a décrit tous "les établissements d'éducation occidentale" comme faisant partie d'"un complot contre l'Islam". Le nom Boko Haram signifie "l'éducation occidentale est un pêché".

Le président Goodluck Jonathan avait déclaré l'état d'urgence dans le Nord-Est, le 14 mai, en admettant que Boko Haram était parvenu à prendre le contrôle de plusieurs zones, proches des frontières. L'armée avait aussitôt lancé une vaste offensive dans la région censée réduire l'insurrection.

Les violences perpétrées par le groupe islamiste Boko Haram et leur répression sanglante font partie du quotidien des Nigérians depuis des années mais la cruauté de ce nouveau massacre dans un lycée avait suscité la plus grande indignation.

AFP

Première publication : 13/07/2013

  • NIGERIA

    Les lycées de l'État de Yobe fermés après un massacre attribué à Boko Haram

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Des dizaines de lycéens nigérians tués dans une attaque attribuée à Boko Haram

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Vaste offensive de l'armée nigériane contre les islamistes de Boko Haram

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)