Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

FRANCE

Accident de Brétigny : le bilan de six morts est définitif

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2013

Le bilan "définitif" des victimes suite au déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge vendredi s'établit à six morts. Selon la SNCF, une pièce défaillante dans l'aiguillage de la voie pourrait être à l'origine du drame.

Le bilan "définitif" des victimes suite au drame de Brétigny-sur-Orge, dans l'Essonne, où un train Intercités en direction de Limoges (Haute-Vienne) a déraillé vendredi 12 juillet vers 17 heures, s'établit à six morts, a indiqué la préfecture. Quatre hommes et deux femmes, âgés de 19 à 82 ans ont péri dans l’accident. Jusqu’à présent, les autorités craignaient de "mauvaises découvertes" lors du levage des voitures encore couchées ce samedi.

Guilaume Pepy : "C'est la défaillance de l'éclisse qui est en cause"

La SNCF a livré un début d'explication sur le drame. En milieu de journée, elle a indiqué qu'elle soupçonnait une pièce de métal défaillante dans l'aiguillage de la voie sur laquelle circulait le train, d'être à l'origine de la catastrophe. "Cette éclisse", sorte d'agrafe en acier qui relie deux rails dans un aiguillage, "s'est désolidarisée, elle s'est détachée, et est venue se loger au centre de l'aiguillage", a précisé Pierre Izard, directeur général des infrastructures après les premiers constats de la nuit de la compagnie. "A cet endroit, elle a empêché le passage des roues du train et aurait provoqué le déraillement."

Dans ce contexte, la SNCF a annoncé le contrôle des 5 000 pièces semblables de son réseau. "La désolidarisation de cette éclisse du rail est l'objet même" des enquêtes judiciaire et technique en cours, a déclaré le patron de la SNCF Guillaume Pepy. D'après lui, "une collision avec un autre train a été évitée" grâce aux cheminots "qui ont permis d'arrêter le train et d'éviter qu'il ne percute un autre train qui venait en sens inverse".

Vendredi soir, l'envoyé spécial de FRANCE 24 à Brétigny, Jonathan Walsh, évoquait déjà ce problème d'aiguillage. "Mais il est très difficile d'avancer, pour l'heure, une explication précise", avait-il ajouté.

François Hollande salue la mobilisation des secours

Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a en tout cas exclu une vitesse excessive. Samedi matin sur RTL, il a assuré qu'il ne s'agissait pas d'un "problème humain".

Travail d’identification

Le travail d'identification des défunts est toujours en cours et les autopsies ont commencé ce samedi. Parmi les victimes figurent ainsi un couple d'octogénaires qui serait originaire de Brétigny-sur-Orge, ainsi que trois hommes de 19, 23 et 60 ans et une jeune femme, a indiqué une source proche de l'enquête. Parmi ces personnes, certaines seraient originaires d'Étampes dans l'Essonne et d'autres du Limousin, destination du train. Ces victimes, dont certaines se trouvaient sur le quai, sont toutefois "en cours d'identification formelle" par la police judiciaire de Versailles, a indiqué une autre source proche de l'enquête.

On dénombre également, d'après la préfecture de l'Essonne, neuf blessés dans un état d'"urgence absolue" et "70 urgences relatives". D'après un responsable du Samu de Paris, le pronostic est réservé pour deux blessés graves. Les secours "n'ont pas identifié de nouvelles victimes", a toutefois indiqué Frédéric Cuvillier, ministre des Transports.

"Il y aura trois enquêtes qui permettront de connaître les causes de ce drame"

Une grue spéciale est arrivée à Brétigny-sur-Orge pour dégager les wagons accidentés, une opération qui pourrait a pris la journée au vu des difficultés de l'opération, qui nécessite de passer par-dessus le toit de la gare.

"Personnes décapitées"

Le président François Hollande, arrivé sur les lieux vendredi peu après 20 heures, a exprimé sa "solidarité aux familles" et annoncé que "trois enquêtes [l'une par la justice, l'autre par la SNCF et enfin par les services du ministre des Transports, NDLR] avaient été diligentées". Il a également salué la "mobilisation des services de secours. "La France est un pays qui est capable, lorsqu'il y a une catastrophe, de faire face", a-t-il ajouté.

Sur les photos prises par des témoins, on peut apercevoir le train disloqué qui a littéralement traversé le quai de la gare. Quelque 300 pompiers, 20 équipes médicales et huit hélicoptères ont été mobilisés. "Le train est arrivé en gare à grande vitesse. Il a été séparé en deux [...]. Une partie du train a continué à rouler tandis qu'une autre s'est couchée sur le flanc sur le quai", a indiqué une source policière.

Un passager interrogé par FRANCE 24 a raconté la scène. "Nous étions tranquillement en train de quitter Paris, puis nous avons été violemment secoués pendant plusieurs secondes. On a vu un nuage de fumée. On s'est rendu compte que les wagons dernière nous étaient couchés avec des gens coincés dedans [...]. Le train était plein [...]. La SNCF nous a dit que des personnes avaient été décapitées."

Avec dépêches

Première publication : 13/07/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Brétigny-sur-Orge : "À la SNCF, on nous a dit que des personnes avait été décapitées"

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    En images : déraillement de train meurtrier à Brétigny-sur-Orge

    En savoir plus

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Brétigny-sur-Orge : l'accident ferroviaire le plus grave que la France ait connu depuis 25 ans

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)