Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Nicolas Hénin, ex-otage : "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry, trois corps remontés

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

Afrique

Washington demande la libération de Mohamed Morsi

© AFP

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2013

Les États-Unis ont demandé "publiquement" vendredi la libération du président égyptien déchu par l'armée, Mohamed Morsi. Pendant ce temps-là, les Frères musulmans ont appelé à la poursuite des manifestations samedi.

Le président Barack Obama a appelé, vendredi 12 juillet, au téléphone le roi Abdallah d'Arabie saoudite pour s'entretenir avec lui notamment de la situation en Égypte. Les États-Unis sont d'accord avec l'appel de l'Allemagne - lancé quelques heures plus tôt - pour libérer Mohamed Morsi et formule "publiquement" la même demande, a affirmé la porte-parole du département d'État, Jennifer Psaki. 

"Nous avons exprimé nos inquiétudes depuis le début (...) au sujet de son interpellation, au sujet des arrestations politiques arbitraires de membres des Frères musulmans", a-t-elle ajouté, évoquant des "arrestations politiques".

"Il y a peut-être un essoufflement du côté de l'opposition"

Le nouveau pouvoir égyptien a de son côté assuré que l’ex-président se trouvait "en lieu sûr" et était "traité dignement". Mais il n'est pas apparu en public depuis son arrestation, après sa destitution le 3 juillet. Le président déchu serait détenu dans les locaux de la Garde républicaine au Caire, devant lesquels une cinquantaine de partisans des Frères musulmans ont été tués lundi à l'aube.

Nouvel appel des pro-Morsi à manifester

La contestation ne faiblit pas. Ce samedi 13 juillet, les partisans pro-Morsi et les Frères musulmans ont appelé à la poursuite de manifestations pour exiger le retour de "leur président".

La veille, pour le premier vendredi du ramadan, plusieurs dizaines milliers de manifestants s’étaient rassemblés devant la mosquée Rabaa al-Adawiya, dans le quartier de Nasr City, les protestataires, drapeau égyptien dans une main, Coran dans l’autre. Ils ont réitéré leur allégeance au président déchu. Le crépuscule a été marqué par des prières et la rupture du jeûne en présence de nombreuses familles.

Les partisans et anti-Morsi ont appelé à manifester

"Nous allons poursuivre la résistance. Nous resterons un mois, deux mois, et même un an ou deux s'il le faut", a lancé à la foule un haut responsable islamiste, Safwat Hegazi. "Je veux que mes droits et mon président reviennent et que ceux qui sont tombés ne soient pas morts pour rien", avait confié l’un des protestataires à FRANCE 24. "Le président Morsi reste le président légitime, le docteur Mohamed Morsi est le président de la République", a ajouté le jeune homme indigné.

Peu après minuit, une grande foule composée de militants et de sympathisants de la confrérie, dont Mohamed Morsi est issu, se trouvait toujours dans les rues de la capitale. Plusieurs centaines étaient notamment rassemblés aux abords du ministère
de la Défense. Derrière des barbelés, certains invectivaient les forces de l'ordre, postées à quelques dizaines de mètres.

Sur l’emblématique place Tahrir, plusieurs centaines de manifestants hostiles à l’ancien président s’étaient également retrouvés après une journée calme.

Le défi du nouveau gouvernement

Sur le terrain politique, la tâche du nouveau chef du gouvernement s'annonce ardue. Dans un entretien à l'AFP, Hazem El-Beblaoui a affirmé ne pas exclure une participation des Frères musulmans, dont est issu Mohamed Morsi, au gouvernement qu'il s'efforce de former.

La crise politique vue depuis la campagne égyptienne
"Jusque-là je n'ai contacté personne", a relevé par téléphone Hazem El-Beblaoui, expliquant vouloir identifier les meilleurs candidats sur "deux critères": "l'efficacité et la crédibilité". "Je ne me préoccupe pas de l'appartenance politique", a encore assuré cet ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances de la première période de transition en 2011.

Il a relayé l'offre déjà évoquée par la présidence intérimaire: si "quelqu'un est proposé par le Parti de la liberté et de la justice (PLJ, bras politique des Frères musulmans) et que cette personne est qualifiée", sa nomination pourra être envisagée.

Cette tentative de main tendue a toutefois été rejetée dès mercredi par la confrérie, qui a écarté toute possibilité de pactiser "avec des putschistes". "Nous continuerons notre protestation pacifique jusqu'à la fin du coup militaire et le retour à la légitimité", a ainsi commenté jeudi sur Internet le porte-parole des Frères musulmans, Ahmed Aref.

Avec dépêches

Première publication : 13/07/2013

  • ÉGYPTE

    Le Caire s'interroge sur le retour "miraculeux" de l'essence

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Al-Nour, une épine dans le pied des islamistes égyptiens

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Premier ministre égyptien espère former un gouvernement d'ici la semaine prochaine

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)