Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Amériques

Meurtre de Trayvon Martin : manifestations contre l'acquittement de Zimmerman

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/07/2013

George Zimmerman a été acquitté samedi du meurtre de Trayvon Martin, un adolescent noir tué par balles en février 2012 en Floride. Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes à la suite de ce verdict jugé "désespérant".

C'est un verdict qui risque de raviver les tensions entre les communautés noire et blanche aux États-Unis. George Zimmerman a été jugé, samedi 13 juillet, non coupable du meurtre de Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans tué par balles l'an dernier en Floride. Le jury, composé de six femmes - cinq blanches, une d'origine hispanique -, a délibéré plus de 16 heures avant de se prononcer .

"Il va y avoir des manifestations de protestation"

"M. Zimmerman, j'ai signé le jugement qui confirme le verdict du jury. Votre bracelet électronique va vous être retiré à la sortie de cette pièce. Et vous n'avez plus rien à voir avec cette cour", a déclaré la juge Deborah Nelson dans une courte déclaration après la lecture du verdict.

George Zimmerman, qui était passible de la prison à vie, est resté de marbre à l'annonce du verdict avant d'esquisser un sourire de soulagement, tandis que ses parents s'embrassaient et que son épouse fondait en larmes. "Je pense que le procès de George Zimmerman était scandaleux", a commenté son avocat Don West. "Je suis heureux pour George Zimmerman, mais je suis aussi ému que le jury ait fait en sorte que cette tragédie ne vire pas à la parodie", a-t-il ajouté.

Manifestations contre l'acquittement

Le verdict a en revanche suscité l'indignation parmi les dizaines de personnes venues exprimer leur soutien aux parents de la victime devant le tribunal de Sanford. Ils n'ont toutefois pas assisté à l'audience. Beaucoup de manifestants chantaient: "Pas de justice, pas de paix". "Bien que mon cœur soit brisé, ma foi est intacte. Ensemble, nous pouvons faire en sorte que cela ne se reproduise pas", a par la suite écrit son père Tracy Martin sur Twitter

"État de choc"

Des marches spontanées plus au moins importantes se sont organisées dès l'annonce du verdict dans la nuit de samedi à dimanche notamment à San Francisco (ouest), Chicago (nord), la capitale Washington (est), Atlanta (sud-est), et Philadelphie (est).

"C'est le pire verdict qu'on pouvait imaginer, et nous devons soutenir ceux qui croient en la justice et insistent sur la nécessité de poursuivre ce combat en paix", a affirmé le pasteur Quintin Faison, de l'égliste baptiste Church Rescue.

Le prévenu d'origine hispanique et âgé de 29 ans a dit avoir été agressé par Trayvon Martin, qui n'était pas armé au moment des faits. Pour le parquet, George Zimmerman, vigile bénévole de son quartier qui s'est cru investi d'une mission officielle, l'a poursuivi et abattu sans la moindre justification.



Il aurait pu être condamné pour meurtre sans préméditation, mais le jury n'a retenu aucun chef d'inculpation. "Aujourd'hui, la justice a trahi Trayvon Martin et sa famille", s'indigne Roslyn Brock, présidente de la National Association of Colored People, dans un communiqué.

"Désespoir"

"Nous invitons immédiatement le département de la Justice à procéder à une enquête sur les atteintes aux droits civiques commis aux dépens de Trayvon Martin. Cette affaire a donné un nouvel élan au mouvement pour la fin du délit de faciès aux États-Unis", ajoute-t-elle.

"Evitez la violence, elle conduirait à d'autres tragédies. Trouvez un moyen de vous construire, pas de vous détruire, en cette période de désespoir", a quant à lui écrit le pasteur Jessie Jackson, militant des droits civiques, sur Twitter.

Ce qui s'est passé le 26 février 2012 à Sanford n'aurait fait l'objet que d'une brève dans le journal local si la police avait procédé immédiatement à l'arrestation de George Zimmerman. Jugeant qu'il avait agi en état de légitime défense, les forces de l'ordre ne l'ont interpellé qu'un mois et demi après la mort de Trayvon Martin, ce qui avait donné lieu à de vastes manifestations dans tout le pays.

"Nous respectons le verdict"

Le président Barack Obama s'est même exprimé sur cette affaire, ce qui a entraîné la démission du chef de la police de Sanford et attiré l'attention du département de la Justice sur cette localité de 54 000 âmes voisine du Disney World d'Orlando.

Bernie de la Rionda, le procureur chargé de l'affaire, et ses deux adjoints se sont dits "déçus" de l'issue du procès. "Mais nous l'acceptons. Nous vivons dans un grand pays doté d'un grand système judiciaire. Il n'est pas parfait, mais c'est le meilleur au monde et nous respectons le verdict du jury", a-t-il déclaré.

Selon le shérif du comté de Seminole, aucun trouble n'a été signalé à Sanford, dont la population est à 30 % noire. Les dirigeants des comités de défense de Trayvon Martin avaient appelé au calme vendredi, quel que soit le verdict. "Si Zimmerman est condamné, il ne doit pas y avoir de manifestations de joie inappropriées, parce qu'un jeune homme a perdu la vie", a déclaré le révérend Jesse Jackson. "S'il n'est pas condamné, nous devrons éviter la violence parce qu'elle ne fait que conduire à davantage de tragédies", a-t-il demandé.

Avec dépêches

Première publication : 14/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Le meurtrier de Trayvon Martin plaide non coupable

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le meurtrier de Trayvon Martin estimait d'office avoir affaire à un délinquant

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)