Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

FRANCE

Jean-François Copé récuse sa mise sous tutelle par Sarkozy

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/07/2013

Le chef de l'UMP Jean-François Copé a réagi, dans une interview accordée au "Journal du Dimanche", aux propos tenus par François Fillon jeudi dernier en récusant toute mise sous tutelle par Nicolas Sarkozy.

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, récuse dans un entretien accordé au Journal du Dimanche l'idée de sa mise sous tutelle par Nicolas Sarkozy et réaffirme son objectif des municipales, glissant que "ceux qui pensent que l'on peut gagner 2017 sans gagner 2014 se trompent".

"Drôle d'idée!", se raidit-il comme on l'interroge sur sa mise sous tutelle par l'ancien chef de l'Etat, rappelant avoir remporté sept législatives partielles depuis son accession à la tête du parti et totaliser "185.000" adhérents à jour de cotisation, "dont 30.000 de plus en une semaine à la faveur de la souscription nationale".

"Le 30 juin dernier, 90.000 militants ont voté à 93% pour que je poursuive mon mandat jusqu'à son terme, fin 2015. Avec une équipe rassemblée, je prépare les élections municipales", tient-il à rectifier.

A cet égard, "ceux qui pensent que l'on peut gagner 2017 sans gagner 2014 se trompent", lance-t-il à l'adresse de François Fillon, candidat déclaré à la candidature en vue de la prochaine élection présidentielle, assurant que "2014 marquera l'émergence d'une nouvelle génération UMP".

A l'ancien Premier ministre, qui déclarait jeudi dans l'Hérault que l'UMP ne pouvait "vivre immobile, congelée, au garde à vous, dans l'attente d'un homme providentiel", M. Copé dit n'avoir "rien" à répondre, rappelant simplement que son "seul adversaire, c'est la politique socialiste".

Quant à l'éventualité d'un retour de Nicolas Sarkozy, il répète qu'il sera "à ses côtés quelle que soit sa décision".

S'agissant de la souscription lancée par l'UMP pour combler le "trou" de 11 millions d'euros consécutif à l'invalidation des comptes de campagne de l'ex-président, il dit avoir "déjà reçu près de 5 millions d'euros" et affirme que "chacun devra faire en fonction de ses capacités", y compris son club Génération France.

Selon lui, la page du psychodrame de l'hiver dernier pour la présidence de l'UMP est "tournée" et le parti qu'il présidera au moins jusqu'en 2015 a "désormais des institutions parfaitement stabilisées".

"Le regret du passé est aussi dérisoire que l'obsession de la fausse modernité", confie-t-il enfin, déclarant croire "à l'autorité pour protéger les Français face à la montée de l'insécurité", "au courage pour réformer en profondeur notre économie" et "à la générosité pour aider les plus fragiles, en refusant l'assistanat". Autant de "valeurs" sur lesquelles, dit-il, "on peut construire un projet d'avenir".

AFP
 

Première publication : 14/07/2013

  • FRANCE

    Présidentielle 2017 : Sarkozy n’est pas "l'homme providentiel", selon Fillon

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-François Copé reste président de l'UMP jusqu'en 2015

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Nicolas reviens", un business qui séduit les nostalgiques de Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)