Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Moyen-orient

Dépôt d'armes en Syrie : Israël a encore frappé, selon des médias américains

© AFP

Texte par Yona HELAOUA

Dernière modification : 15/07/2013

D’après des médias américains, Israël aurait attaqué, le 5 juillet, une base syrienne près de Lattaquié contenant des missiles en provenance de Russie. Encore une fois, l’État hébreu n'a ni confirmé ni infirmé l'information.

Israël n'a donné aucune confirmation officielle, mais l'information circule depuis quelques jours dans les médias américains. L'État hébreu aurait bombardé, le 5 juillet dernier, la base syrienne d’Al-Samiyah, près du port de Lattaquié, pour y détruire des missiles sol-mer Yakhont livrés par la Russie au régime de Bachar al-Assad. CNN vendredi, suivi du "New York Times" dimanche, ont donné l'information, s'appuyant sur plusieurs responsables du Pentagone désireux de garder l'anonymat.

Des responsables du régime syrien avaient fait état d’explosions dans cette zone et accusé l’Armée syrienne libre (ASL) d’avoir mené cette attaque, mais un porte-parole de l’ASL a démenti l’information auprès de l’agence Reuters.

Netanyahou ne confirme pas

L’État hébreu, qui n’a ni confirmé ni infirmé les raids, est resté flou. "Dès qu'il se passe quelque chose au Moyen-Orient, on accuse Israël", a commenté Benjamin Netanyahou sur une télévision américaine dimanche 15 juillet. "Je n'ai pas l'habitude de dire ce qu'on fait ou ne fait pas. Je peux vous dire que ma politique est d'empêcher le transfert d'armes dangereuses au Hezbollah et à d'autres groupes terroristes", a simplement affirmé le Premier ministre israélien.

Les missiles Yakhont sont d’une importance stratégique pour Israël, qui craint un transfert de ces armes vers son ennemi le Hezbollah libanais, allié de Bachar al-Assad. Ces engins ultra-rapides ont une portée de 300 km et peuvent facilement cibler des plateformes gazières au large d’Israël, ou atteindre des navires près du port d’Haïfa.

C’est la quatrième fois qu’Israël mène des raids sur le territoire syrien cette année. En janvier 2013, l’aviation israélienne avait attaqué des convois qui transportaient des missiles antiaériens SA-17 vers la frontière libanaise. Là encore, le silence était de mise de la part de l'État israélien. Plus récemment, les 3 et 5 mai 2013, des sources américaines avaient indiqué que certaines bases syriennes, soupçonnées d’abriter des dépôts de missiles dans les hauteurs de Damas, avaient également été bombardées par l’État hébreu.

Première publication : 15/07/2013

  • SYRIE

    Les raids israéliens en Syrie, "une menace pour la stabilité de la région"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Ehoud Barak réaffirme qu'Israël ne laissera pas des armes passer de Syrie au Hezbollah

    En savoir plus

  • SYRIE

    Israël garde le silence sur les accusations de bombardement en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)