Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Le corps retrouvé au Mali est bien celui de l'otage français Philippe Verdon

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2013

L’Élysée a confirmé lundi soir que le corps retrouvé au Mali était celui de Philippe Verdon, géologue français enlevé en 2011 par Aqmi. Sa dépouille sera rapatriée en France mercredi, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

L'Élysée a confirmé lundi soir la mort de Philippe Verdon, géologue français enlevé avec l'un de ses collègues le 24 novembre 2011 au Mali.

"J'exprime à sa famille et à ses proches ma totale solidarité", a écrit François Hollande dans un communiqué. "Je partage l'indignation des Français et je rappelle que les responsables de la mort de notre compatriote devront être identifiés et traduits devant la justice."

Sa dépouille sera rapatriée en France mercredi, a indiqué le ministère des Affaires étrangères

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait revendiqué son exécution en mars dernier en représailles à l'intervention militaire française au Mali, mais son décès n'avait pas été confirmé officiellement depuis.

"On va pouvoir faire un vrai deuil". Pascal Lupart, Président du comité de soutien

"Tout indique qu'il serait mort il y a déjà plusieurs semaines"

Les autorités françaises n'avaient jamais caché leur pessimisme quant au sort de l'otage français dont l'exécution avait été annoncée par Aqmi le 19 mars. Quelques jours après cette déclaration des islamistes, le président François Hollande avait expliqué, le 28 mars, que "des éléments [conduisaient] à penser" que Philippe Verdon "pourrait être mort".

Des propos pessimistes réitérés dimanche 14 juillet. "Nous avons hélas des informations les plus mauvaises sur Philippe Verdon [...] Tout indique qu'il serait mort il y a déjà plusieurs semaines", a une nouvelle fois déclaré le président lors de son interview à l'Élysée.

Le 7 juillet, la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) avait été informée de la découverte d'une dépouille susceptible d'être celle de Philippe Verdon. Un prélèvement génétique a été envoyé le lendemain en France.

Mort de maladie ou exécuté ?

Agé de 53 ans, l'otage français souffrait d'un ulcère et de tachycardie. Dans la nuit du 24 novembre 2011, Philippe Verdon et Serge Lazarevic avaient été enlevés dans leur hôtel à Hombori. Ils étaient en voyage d'affaires pour un projet de cimenterie, ont indiqué leurs proches, démentant que les deux hommes aient pu avoir des liens avec des mercenaires ou des services secrets. Serge Lazarevic est toujours entre les mains d'Aqmi.

Quatre autres Français, Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, ont été enlevés le 16 septembre 2010 au Niger et sont détenus par Aqmi.

Avec dépêches

Première publication : 15/07/2013

  • MALI

    Le corps de l'otage français Philippe Verdon aurait été retrouvé au Mali

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hollande affirme que Paris œuvre pour la libération des otages français au Sahel

    En savoir plus

  • SAHEL

    Aqmi assure que les otages au Sahel "sont en vie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)