Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

FRANCE

14-Juillet : la Tour-Eiffel aux couleurs du drapeau gay enflamme Twitter

© Twitter / Nacho Lopez

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/07/2013

La Tour Eiffel a été illuminée d'un arc-en-ciel lors du feu d’artifice du 14-Juillet. Certains y ont vu un clin d'œil au drapeau de la communauté gay, alors qu'il s'agit d'un hommage à Nelson Mandela. La controverse enflamme les réseaux sociaux.

Lors du traditionnel feu d‘artifice du 14-Juillet, l’illumination de la Dame de fer aux couleurs de l’arc-en-ciel n’a pas laissé indifférent. Juste avant le bouquet final, la Tour Eiffel est en effet apparue multicolore durant deux minutes, laissant largement penser à un clin d’œil à la loi autorisant le mariage pour tous et au drapeau du mouvement LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans de France), le "rainbow flag". Cette fantaisie a été acclamée par certains et vivement critiquée par d’autres, pour qui la fête a tout bonnement été "gâchée" par ce déversement de couleurs controversées.

Les habits de lumière du monument emblématique de Paris ont en effet déchaîné sur Twitter un flot de critiques de la part des opposants au mariage pour tous. Ces derniers ont notamment évoqué une "propagande" de la part du maire de Paris, Bertrand Delanoë. "Marre de la propagande", a fulminé un utilisateur du réseau social.

"Bertrand Delanoë a toujours aimé la provocation"

Lundi, le député UMP Luc Chatel a de son côté réagi sur la radio RTL. "La mairie de Paris avait la responsabilité de l’organisation de cette manifestation. Bertrand Delanoë a toujours aimé la provocation et le faste, on l’a vu encore hier soir." En amont de la soirée, le maire de Paris avait simplement fait savoir que le feu d’artifice fêterait la "République".

D'autres n’ont pas hésité à mettre dans le même sac cette partie du spectacle jugée de mauvais goût et le nouveau timbre à l’effigie d'Inna Shevchenko, la leader des Femen. "Triste France," a ainsi commenté un internaute.

Pour les partisans du mariage gay, toutefois, l'illumination arc-en-ciel du monument a été saluée. "La Tour Eiffel aux couleurs LGBT : Liberté Egalité Fierté ! Merci Bertrand Delanoë pour cette belle soirée," a félicité Erwan, un twitto.

D’autres, plus cyniques, ont profité de cette polémique naissante pour se moquer des opposants à la loi : "Le drapeau gay sur la Tour Eiffel, [Christine] Boutin vient de mourir d'une crise cardiaque", a ironisé l'un d'eux.

La nation arc-en-ciel de Mandela à l’honneur

Interprétée comme partisane, la coloration de la Tour Eiffel est, en réalité, une référence à la saison sud-africaine qui a démarré en mai en France. "La mairie a pris la responsabilité de placer Paris sous le signe de la liberté, l'égalité, la fraternité et de rendre hommage à Nelson Mandela," indique-t-on dans l’entourage du maire.

Même explication du côté de Jean-Éric Ougier, le concepteur du feu d’artifice : cela n’a "rien à voir" avec le mariage homosexuel, a-t-il confié au site Le Lab d’Europe 1. Si la Tour Eiffel a revêtit ces couleurs, c'est "seulement un hommage à la nation arc-en-ciel de Nelson Mandela" et une "ode à la paix universelle", a-t-il ajouté avant d’estimer, railleur : "Si monsieur Chatel y a vu une référence au mariage homo, tant mieux pour lui, cela veut juste dire qu'il est obnubilé."

Du côté de Twitter, certains internautes ont également moqué cette libre interprétation. "À ceux réjouis ou offusqués de la Tour Eiffel arc-en-ciel : faudrait pas que vous preniez un jour l'hommage à Mandela pour un 'enterrement gay'", a plaisanté Eric Fallourd.

 

Le "rainbow flag", le drapeau du mouvement LGBT
© AFP

Première publication : 15/07/2013

  • FRANCE

    L'opposant au mariage gay condamné à 3 000 euros d'amende en appel

    En savoir plus

  • FRANCE

    En images : la Marche des fiertés fête le mariage pour tous

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le mariage pour tous en France, mais pas pour tous les étrangers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)