Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • Le vol AH 5017 aurait disparu au-dessus du Nord-Mali avec de nombreux Français à bord

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

asie

Un chef islamiste jugé coupable de crimes de guerre

© AFP | Dans le fauteuil, Ghulam Azam, ancien chef du parti Jamaat-e-Islami

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/07/2013

L'ancien chef du parti d’opposition Jamaat-e-Islami, Ghulam Azam, a été reconnu coupable de crimes de guerre lors de la lutte pour l'indépendance du pays contre le Pakistan en 1971.

Reconnu coupable d'atrocités commises sous sa responsabilité lors de la lutte pour l'indépendance du pays contre le Pakistan en 1971, le chef spirituel du plus grand parti islamiste au Bangladesh a été condamné, lundi 15 juillet, à 90 ans de prison.

Ghulam Azam, âgé de 91 ans et à l'époque chef du parti Jamaat-e-Islami, était accusé par le "Tribunal international des crimes" de Dacca d'avoir soutenu l'armée pakistanaise en aidant à créer de redoutables milices, soupçonnées d'être en partie responsables de la mort de trois millions de personnes, selon le gouvernement. Il a notamment été jugé coupable de meurtres et tortures. Lors du procès, l'accusation l'a comparé à Adolf Hitler pour son rôle de "guide" dans les massacres.

Selon Constantin Simon, correspondant FRANCE 24 à New Dehli, le verdict "n'est pas une surprise". Qualifiant Ghulam Azam, de "gourou idéologique du premier parti islamique au Bangladesh", il explique qu'on lui "reproche comme à d'autres membres de son parti, d'avoir collaboré avec l'armée pakistanaise au moment de la guerre civile de 1971, quand le Bangladesh fit sécession du Pakistan occidental".

Constantin Simon rappelle qu'à l'époque "une frange de conservateurs religieux dont Ghulam Azam était opposée à cette indépendance et avait tout fait pour que le pays reste avec le Pakistan".

Un tribunal controversé

Le controversé "Tribunal international des crimes" (ICT), a été mis en place en mars 2010 par le gouvernement, "plutôt favorable aux laïcs", selon Constantin Simon. Il affirme que ces procès sont nécessaires pour cicatriser les plaies encore vivaces de la guerre d'indépendance.

Un groupe d'enquête privé a par ailleurs identifié 1 175 personnes --parmi lesquelles des généraux pakistanais et des islamistes alliés d'Islamabad à l'époque-- soupçonnées d'avoir commis divers crimes lors de la guerre, tels que meurtres, viols et conversions forcées d'hindous à l'islam.

Mais le Jamaat-e-Islami accuse le pouvoir d'avoir créé ce tribunal international -- baptisé ainsi en dépit de toute supervision d'institution internationale-- pour des motifs politiques, la plupart des personnes poursuivies appartenant à l'opposition. L'organisation Human Rights Watch a aussi critiqué des procédures ne respectant pas les critères internationaux.

Suite au verdict, des heurts se sont produits lundi matin entre les militants de ce parti et la police, qui a tiré des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants. Une dizaine de personnes ont été blessées, dont des journalistes, dans un district de la capitale, selon le chef de la police locale, Rafiqul Islam.

"Chaque verdict donne lieu à des heurts et à des violences", rapporte Constantin Simon, qui précise que pour l'instant cinq membres de la Jamaat-e-Islami ont été condamnés. "Si le verdict est défavorable à la Jamaat-e-Islami, ce sont ses partisans qui protestent, et au contraire si le leader du parti islamiste poursuivi n'est pas condamné, ce sont les laïcs qui descendent dans les rues.

Avec dépêches

 

Première publication : 15/07/2013

  • BANGLADESH

    Regain de tension après la condamnation à mort d’un leader islamiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)