Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

FRANCE

Polémique : le nouveau timbre Marianne inspiré d’une Femen

© AFP

Texte par Yona HELAOUA

Dernière modification : 15/07/2013

Le nouveau timbre à l’effigie de Marianne, présenté dimanche par François Hollande, est en partie inspiré de la fondatrice des Femen. Cette nouvelle a fait bondir les détracteurs de ce groupe féministe et un appel au boycott a été lancé.

Quand François Hollande a dévoilé, dimanche 14 juillet à l’Élysée, en marge des cérémonies de la Fête nationale, le nouveau timbre à l’effigie de Marianne, il ne se doutait pas de la polémique qui allait suivre. Le nouveau petit rectangle prêt à poster, dessiné par le duo David Kawena-Olivier Ciappa, est en effet en partie inspiré par Inna Shevchenko, fondatrice des Femen.

Imprimé depuis deux mois dans le plus grand secret à Boulazac, en Dordogne, le timbre représente le visage d’une jeune femme, une main en mouvement, qui semble sortie tout droit d’une bande dessinée. Le chef de l’État a fait son choix après une présélection de lycéens, qui avaient désigné trois séries de timbres parmi les quinze proposées. Pour François Hollande, son effigie est "l'illustration" de la jeunesse, "priorité de (son) mandat".

Indignation et appel au boycott

En fin de journée dimanche, Olivier Ciappa a révélé sur son compte Twitter ses sources d’inspiration, et elles ne sont pas du goût de tout le monde :

Immédiatement, sur le réseau de microblogging, les réactions s’enchaînent chez les détracteurs des Femen, ces militantes féministes qui misent sur des actions seins nus pour attirer l’attention des médias. Le Parti démocrate chrétien, présidé par Christine Boutin jusqu'à la semaine dernière, appelle ainsi au boycott du nouveau timbre. Et l'ex-ministre UMP de renchérir sur son propre compte : "Vraiment ce #hollande nous aura tout fait : le nouveau timbre poste une Marianne inspirée d'une #Femen! Modèle pour la jeunesse disait il !".

Les anonymes aussi se déchaînent sur Twitter.

De son côté, Olivier Ciappa n’a pas tardé à réagir : "Réveil un peu violent en découvrant les messages de menaces et de haine sur Twitter", a-t-il déclaré sur son compte lundi matin. Le dessinateur, qui assume être "un artiste engagé, et du coup politisé" n’en est pas à sa première confrontation politique. Son exposition de photographies "Les couples imaginaires" sur le thème du mariage pour tous en juin avait été vandalisée à deux reprises par des opposants à la loi Taubira.

Un mélange entre Marion Cotillard, Roselyne Bachelot et Christiane Taubira

Il s’est expliqué plus longuement à l’AFP lundi : "Inna Shevchenko n'est pas la seule inspiration de ce timbre. Ce n'est pas Inna qui est devenue Marianne". "C'est un mélange de personnages réels, a continué le dessinateur, tels que l'actrice Marion Cotillard, qui représente le talent de la France à l'étranger, Roselyne Bachelot, Christiane Taubira" qui se sont mobilisées en faveur du mariage homosexuel. "Inna est la seule parmi celles qui m'ont inspiré à ne pas être Française", a-t-il ajouté. La fondatrice des Femen est en effet Ukrainienne, réfugiée en France.

"Au début, je voulais vraiment un mélange de points communs entre Roselyne Bachelot et Christiane Taubira. J'ai essayé pendant des semaines, mais cela ne marchait pas", a-t-il raconté. Finalement, "j'ai remarqué que toutes les deux avaient une espèce de geste gracieux de la main quand elles parlaient à l'Assemblée, c'est pour cela que j'ai dessiné ma Marianne en train de parler", a précisé Olivier Ciappa.

Les Femen ravies

Du côté des Femen, la nouvelle est très bien reçue. "Femen est fière d'être devenue un symbole officiel de la France! Liberté, égalité, femen", a réagi lundi le groupe sur son compte Twitter. Pour l’activiste féministe Inna Shevchenko, "c'était totalement inattendu". Avec Marianne, "la France a toujours reconnu le rôle des femmes qui luttent, c'est un symbole pour le monde entier", a-t-elle ajouté à l’AFP.

Mais sur le site de microblogging, elle n’a pas pu s’empêcher une dernière sortie provocatrice :

Traduit en Français, cela donne : "Femen est sur les timbres français. Maintenant, tous les homophobes, les extrémistes et les fascistes devront me lécher le cul quand ils voudront envoyer une lettre". Le timbre sera en vente dès mardi.

Première publication : 15/07/2013

  • FRANCE

    La chef de file des Femen en France obtient le statut de réfugié

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Libérées dans la nuit à Tunis, les trois Femen sont arrivées à Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Femen, des seins nus pour quel dessein ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)