Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Afrique

Feu vert israélien pour l’envoi de renforts de l'armée égyptienne dans le Sinaï

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2013

L'armée égyptienne a obtenu l'accord d’Israël pour le déploiement de deux bataillons d'infanterie supplémentaires dans le Sinaï, une région où les violences se multiplient depuis la chute de Mohamed Morsi le 3 juillet.

Israël a donné son accord au déploiement de deux bataillons d'infanterie supplémentaires de l'armée égyptienne dans le Sinaï suite de la recrudescence d'attaques armées dans cette région désertique depuis l'éviction du président islamiste Mohamed Morsi.

L'accord de paix entre les deux pays, conclu en 1979, prévoit en effet une limitation de la présence militaire égyptienne dans le Sinaï, péninsule hautement stratégique située aux confins de l'Égypte, d'Israël et de la bande de Gaza. Mais des dérogations temporaires sont possibles par agrément mutuel.
 
Opération militaire en préparation
 
La radio militaire israélienne a expliqué que cette décision a pour objectif de "faire face aux menaces contre la sécurité dans le Sinaï, visant à la fois Israël et l'Égypte". En réponse à une demande de l'armée égyptienne, le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, a accepté que ces bataillons soient déployés à El-Arich, dans la partie nord du Sinaï, ainsi qu'à Charm el-Cheikh, dans le sud de la péninsule, a ajouté la radio.
 
 
Selon des sources militaires égyptiennes citées par l’AFP, l'armée égyptienne se préparerait de son côté à mener une opération dans la région. L'armée connaît le nom des meneurs d’attaques et où ils se trouvent, a expliqué un haut responsable militaire, en précisant que la plupart des hommes armés "vivaient avec leurs familles, dans des villages".
 
Instabilité croissante
 
La région, qui fait face à une instabilité croissante depuis la chute début 2011 de Hosni Moubarak, est majoritairement peuplée de Bédouins en conflit avec le pouvoir central égyptien. Elle est également devenue un refuge pour des islamistes radicaux qui s'en servent comme base pour lancer des attaques contre Israël et les forces de sécurité égyptiennes.
 
Ainsi, début août 2012, quelques semaines après l'élection de Mohamed Morsi, une attaque contre un poste-frontière égyptien avait fait 16 morts. Les assaillants avaient ensuite réussi à pénétrer en territoire israélien, avant d’y être neutralisés. La gravité de cet incident avait poussé l'armée égyptienne à lancer une vaste offensive dans la région, approuvée a posteriori par les Israéliens, sans toutefois parvenir à ramener la stabilité.
 
Récemment interrogé par FRANCE 24, Eberhard Kienle, directeur de recherche au CNRS et spécialiste du Moyen-Orient, faisait remarquer que les violences dans cette zone "s’exacerbent lorsque le pouvoir au Caire est vacant ou qu’une crise politique se profile en Égypte".
 
Ces derniers jours, des islamistes radicaux basés dans le Sinaï ont menacé de commettre des violences en représailles à l'éviction, le 3 juillet, du président issu des Frères musulmans.
 
Retour au calme dans les rues du Caire

Avec dépêches

Première publication : 16/07/2013

  • ANALYSE

    Le Sinaï, une zone stratégique qui échappe au pouvoir égyptien

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'attaque du Sinaï, premier test sécuritaire pour Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Nouveaux heurts entre la police et des hommes armés dans le Sinaï

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)