Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • Angela Merkel est à Kiev, le convoi russe a quitté l'Ukraine

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • Attentat-suicide meurtrier contre le QG des renseignements à Bagdad

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Vidéo : après la reprise du barrage de Mossoul, les Kurdes déminent la zone

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Quelles options pour l’administration Obama contre l’EI en Syrie ?

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

Amériques

Le grand retour d’Anthony Weiner sur la scène politique new-yorkaise

© AFP

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 16/07/2013

Démissionnaire en 2011 du Congrès américain après la divulgation de photos de lui en petite tenue sur Twitter, le démocrate Anthony Weiner revient sur la scène politique en briguant la mairie de New York. Lundi, un sondage l’a donné favori.

Les autres prétendants à la mairie de New York pensaient bel et bien être débarrassés d’un adversaire de taille. Mais c’était compter sans le retour surprise, en mai, d’Anthony Weiner dans la course pour la mairie de la Grosse pomme. Si la candidature du démocrate est suspendue à l'issue des primaires de son parti le 10 septembre, il sera officiellement en lice pour l'élection du 5 novembre prochain. Selon un sondage publié lundi 15 juillet, l’ancien élu du Congrès fédère 25 % des intentions de vote, devant une autre démocrate, donnée jusque-là favorite, Christine C. Quinn.

Pourtant, à 48 ans, Anthony Weiner revient de loin. En 2011, il a démissionné, bon gré mal gré, de son poste de représentant démocrate de l’État de New York au Congrès après avoir été éclaboussé par une histoire de tweets peu décents. L’élu avait en effet envoyé des photos de lui en slip à des conquêtes virtuelles via le site de microblogging, sans s’apercevoir, dans un premier temps, que les images étaient publiques. L’affaire avait été rapidement relayée et tournée en dérision. Après avoir effacé les messages compromettants, Anthony Weiner s’était justifié en prétendant avoir été victime d’un piratage, puis avait finalement avoué la vérité.

S’il est élu, "ce sera la honte"

Depuis sa démission, l’ancien élu s’est astreint à une cure de silence, tentant de faire taire les moqueries suscitées par l’affaire ainsi que les plaisanteries sur son patronyme (le mot "Weiner" se prononçant en anglais de la même manière qu’un synonyme de pénis).

Récemment encore, une erreur d’affichage sur son site Web a fait apparaître des gratte-ciel de la ville de Pittsburgh, en Pennsylvanie. La gaffe, rapidement corrigée, a provoqué railleries de la part de blogueurs et journalistes. En mai, peu après l’annonce de sa candidature, le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a dit de lui que s’il était élu, ce serait "la honte", avant d’affirmer que cette déclaration était une blague.

Toutefois, n’en déplaisent à ses détracteurs, selon qui il n’est ni doué en tant que législateur ni connu pour être un travailleur acharné, le prétendant à la succession de Michael Bloomberg surfe sur sa célébrité. "Il bénéficie du ‘name recognition’, car il n’y a pas d’autres stars côté démocrate à part lui dans cette élection," commente Emmanuel Saint-Martin, correspondant de FRANCE 24 à New York.

Anthony Weiner, seulement entouré dans cette campagne par une équipe de quelques centaines de volontaires alors que ses opposants en comptent plusieurs milliers, provoque, lors de ses apparitions publiques, des réactions enthousiastes de la part de la population. À l’issue d’un discours du candidat prononcé fin juin, une Américaine de 47 ans citée par le "New York Times" a avoué avoir modifié son opinion sur l’homme. "Il mérite une autre chance," a-t-elle déclaré.

Seconde chance

Cette popularité a été travaillée par Weiner à grand renfort de communication en 2013 à l’aide de son épouse, Huma Abedin, ancienne chef de cabinet d’Hillary Clinton. En misant sur les médias - et notamment sur le "New York Times Magazine", qui a consacré un long article au couple - le démocrate a ainsi amorcé son retour, arguant qu’il avait changé. "J’ai fait de grosses erreurs et j’ai déçu beaucoup de personnes, mais j’en ai tiré des leçons. J’espère que je pourrai bénéficier d’une seconde chance afin de travailler pour vous," plaide-t-il dans sa vidéo de campagne diffusée sur son site internet.

La vidéo de campagne d'Anthony Weiner

Le clip présente le prétendant à la succession de Michael Bloomberg au contact de la population et des commerçants de la ville, avant de s’achever sur une image sereine de lui et son épouse assis côte à côte, s’échangeant des regards complices.

Selon le journaliste du "New York Times", Javier Hernandez, cette image de bon communicant proche des gens est l’un de ses atouts. "C’est un homme politique de la rue, tout aussi à l’aise lorsqu’il parle de crèmes glacées avec des enfants de 5 ans que lorsqu’il débat de la réforme du système de santé en compagnie de syndicalistes," écrit-il à propos de celui qui, avant le scandale de 2011, faisait déjà office de favori pour ce scrutin.

Ce retour gagnant, du moins pour l’instant, n’a pas manqué de faire des émules. L’ancien gouverneur démocrate de New York, Eliot Spitzer, démissionnaire il y a cinq ans à la suite de son implication dans un scandale mêlant des prostituées de luxe, a décidé pour sa part, le 8 juillet, de briguer la fonction de contrôleur financier, le troisième poste électif de la ville. L’homme bénéficie, lui aussi, de sondages favorables.

Première publication : 16/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Éclaboussé par un scandale sexuel, le démocrate Anthony Wiener démissionne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)