Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon l'ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • En direct : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

Moyen-orient

Près de 6 000 personnes fuient chaque jour les combats en Syrie

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/07/2013

En Syrie, près de 6 000 personnes quittent chaque jour leur domicile pour fuir les combats, selon l’ONU qui recense 1,8 million de réfugiés syriens dans les pays voisins. Il s’agit de la pire crise en matière de réfugiés depuis le génocide rwandais.

Des hauts responsables de l’ONU tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme. En Syrie se joue la pire crise en matière de réfugiés depuis le génocide rwandais en 1994, ont-ils affirmé mardi 16 juillet devant le Conseil de sécurité. En moyenne, 5 000 personnes  meurent quotidiennement alors que 6 000 Syriens quittent chaque jour leur domicile pour fuir les combats. Environ 1,8 million de réfugiés syriens ont été recensés dans les pays voisins, a déclaré le Haut commissaire aux réfugiés (HCR), Antonio Guterres, exhortant le Conseil de sécurité, divisé sur le conflit, à prendre des mesures.

"Nous n’avons jamais vu un afflux de réfugiés grimper à un niveau aussi effrayant depuis le génocide rwandais il y a presque 20 ans", a averti Antonio Guterres devant les membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Selon lui, les deux tiers des réfugiés recensées en Jordanie, en Irak, au Liban, en Turquie et en Égypte ont fui la Syrie cette année.

5 000 morts par mois

"Le nombre extrêmement élevé de morts aujourd’hui - environ 5 000 chaque mois - montre la totale détérioration de ce conflit", a pour sa part affirmé le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les droits de l’Homme, Ivan Simonovic, à la même tribune. Entre mars 2011, date du début du conflit en Syrie, et avril 2013, plus de 93 000 personnes, dont 6 500 enfants, ont trouvé la mort dans le pays, a-t-il rappelé.

Valérie Amos, coordinatrice de l’aide d’urgence à l’ONU, a usé du même ton alarmant devant le Conseil de sécurité. Selon elle, le monde "assiste non seulement à la destruction d’un pays mais aussi à celle d’un peuple". "Les conséquences sécuritaires, économiques, politiques, sociales, humanitaires et de développement de cette crise sont extrêmement graves et son impact humain impossible à mesurer un terme de traumatisme à long terme et de conséquences émotionnelles sur cette génération de Syrien et sur les suivantes", a-t-elle prévenu.

"La plus grande tragédie du XXIe siècle"

Près de 7 millions de Syriens, dont 4,2 ont été déplacés sur le territoire syrien, a-t-elle souligné, ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. La moitié sont des enfants. Selon une évaluation du Programme alimentaire mondial, 4 millions de personnes ne peuvent plus, dans le pays, subvenir à leurs besoins alimentaires de base. Valérie Amos a pressé le régime syrien et les rebelles à lever les obstacles bureaucratiques, prenant en exemple Homs, où les agences humanitaires n’ont pas été autorisées de distribuer leur aide par le régime et où l’opposition ne leur a pas permis un passage sécurisé. "Il faut que soient établies des routes humanitaires prioritaires", a-t-elle déclaré, plaidant également pour des "pauses humanitaires" et "la mise en place d’opérations transfrontalières, si nécessaire".

Une demande soutenue par l’ambassadeur adjoint de la Turquie à l’ONU, Levent Eler : "Le Conseil doit considérer des formes alternatives d’acheminement de l’aide, y compris des opérations transfrontalières", a affirmé le diplomate, selon qui le conflit en Syrie est "en train de devenir la plus grande tragédie humanitaire du XXIe siècle".

Les propos alarmants des hauts responsables de l’ONU ont été balayés d’un revers de la main par l’ambassadeur de la Syrie à l’ONU, Bachar Jaafari. Il a estimé que le nombre de morts avancé était "sourcé de manière non-professionnelle" et a critiqué le fait qu’il avait été établi par une société américaine.

Depuis le début du conflit, la Chine et la Russie, qui soutiennent le régime de Bachar al-Assad, ont opposé leur véto à toute résolution du Conseil de sécurité de l’ONU au sujet du conflit en Syrie.

Avec dépêches

Première publication : 17/07/2013

  • SYRIE

    L'ONU dénombre 5 000 morts par mois dans le conflit syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Rebelles syriens contre djihadistes : les forces anti-Assad se déchirent

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les rebelles syriens rejettent les accusations russes sur l'utilisation de gaz sarin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)