Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Moyen-orient

Près de 6 000 personnes fuient chaque jour les combats en Syrie

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/07/2013

En Syrie, près de 6 000 personnes quittent chaque jour leur domicile pour fuir les combats, selon l’ONU qui recense 1,8 million de réfugiés syriens dans les pays voisins. Il s’agit de la pire crise en matière de réfugiés depuis le génocide rwandais.

Des hauts responsables de l’ONU tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme. En Syrie se joue la pire crise en matière de réfugiés depuis le génocide rwandais en 1994, ont-ils affirmé mardi 16 juillet devant le Conseil de sécurité. En moyenne, 5 000 personnes  meurent quotidiennement alors que 6 000 Syriens quittent chaque jour leur domicile pour fuir les combats. Environ 1,8 million de réfugiés syriens ont été recensés dans les pays voisins, a déclaré le Haut commissaire aux réfugiés (HCR), Antonio Guterres, exhortant le Conseil de sécurité, divisé sur le conflit, à prendre des mesures.

"Nous n’avons jamais vu un afflux de réfugiés grimper à un niveau aussi effrayant depuis le génocide rwandais il y a presque 20 ans", a averti Antonio Guterres devant les membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Selon lui, les deux tiers des réfugiés recensées en Jordanie, en Irak, au Liban, en Turquie et en Égypte ont fui la Syrie cette année.

5 000 morts par mois

"Le nombre extrêmement élevé de morts aujourd’hui - environ 5 000 chaque mois - montre la totale détérioration de ce conflit", a pour sa part affirmé le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les droits de l’Homme, Ivan Simonovic, à la même tribune. Entre mars 2011, date du début du conflit en Syrie, et avril 2013, plus de 93 000 personnes, dont 6 500 enfants, ont trouvé la mort dans le pays, a-t-il rappelé.

Valérie Amos, coordinatrice de l’aide d’urgence à l’ONU, a usé du même ton alarmant devant le Conseil de sécurité. Selon elle, le monde "assiste non seulement à la destruction d’un pays mais aussi à celle d’un peuple". "Les conséquences sécuritaires, économiques, politiques, sociales, humanitaires et de développement de cette crise sont extrêmement graves et son impact humain impossible à mesurer un terme de traumatisme à long terme et de conséquences émotionnelles sur cette génération de Syrien et sur les suivantes", a-t-elle prévenu.

"La plus grande tragédie du XXIe siècle"

Près de 7 millions de Syriens, dont 4,2 ont été déplacés sur le territoire syrien, a-t-elle souligné, ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. La moitié sont des enfants. Selon une évaluation du Programme alimentaire mondial, 4 millions de personnes ne peuvent plus, dans le pays, subvenir à leurs besoins alimentaires de base. Valérie Amos a pressé le régime syrien et les rebelles à lever les obstacles bureaucratiques, prenant en exemple Homs, où les agences humanitaires n’ont pas été autorisées de distribuer leur aide par le régime et où l’opposition ne leur a pas permis un passage sécurisé. "Il faut que soient établies des routes humanitaires prioritaires", a-t-elle déclaré, plaidant également pour des "pauses humanitaires" et "la mise en place d’opérations transfrontalières, si nécessaire".

Une demande soutenue par l’ambassadeur adjoint de la Turquie à l’ONU, Levent Eler : "Le Conseil doit considérer des formes alternatives d’acheminement de l’aide, y compris des opérations transfrontalières", a affirmé le diplomate, selon qui le conflit en Syrie est "en train de devenir la plus grande tragédie humanitaire du XXIe siècle".

Les propos alarmants des hauts responsables de l’ONU ont été balayés d’un revers de la main par l’ambassadeur de la Syrie à l’ONU, Bachar Jaafari. Il a estimé que le nombre de morts avancé était "sourcé de manière non-professionnelle" et a critiqué le fait qu’il avait été établi par une société américaine.

Depuis le début du conflit, la Chine et la Russie, qui soutiennent le régime de Bachar al-Assad, ont opposé leur véto à toute résolution du Conseil de sécurité de l’ONU au sujet du conflit en Syrie.

Avec dépêches

Première publication : 17/07/2013

  • SYRIE

    L'ONU dénombre 5 000 morts par mois dans le conflit syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    Rebelles syriens contre djihadistes : les forces anti-Assad se déchirent

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les rebelles syriens rejettent les accusations russes sur l'utilisation de gaz sarin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)