Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • En direct : démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Les Brésiliens de Mineiro ne veulent pas de Nicolas Anelka

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'opposant cambodgien exilé en France, Sam Rainsy, rentre à Phnom Penh

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/07/2013

Le leader de l'opposition cambodgienne, exilé en France pour échapper à plusieurs peines de prison puis gracié par le roi le 12 juillet, sera de retour au Cambodge vendredi, soit 9 jours avant la tenue d'élections législatives.

Le chef de l'opposition cambodgienne en exil Sam Rainsy, gracié vendredi 12 juillet par le roi, rentrera au pays vendredi prochain. "J'arriverai à l'aéroport international de Phnom Penh vendredi 19 juillet 2013 à 9h05 du matin", a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Un retour qui permettra à l'ancien banquier formé en France de participer à la campagne du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), dont il est le chef, pour les élections législatives du 28 juillet.

Un retour très attendu de ses partisans

Des milliers de ses partisans sont attendus à l'aéroport pour l'accueillir. L’organisation de son retour n’a pas été simple en raison de "problème avec ses documents de voyage", a précisé le porte-

parole de son parti, Yim Sovann. Rainsy, qui a également la nationalité française, voyage avec son passeport français, son passeport cambodgien ayant été révoqué par les autorités après ses condamnations.

Le chef du Parti du sauvetage national du Cambodge, 64 ans, vivait en France pour échapper à trois condamnations, qui lui valaient 11 années de prison. Mais celui qui est considéré comme le plus important adversaire du Premier ministre Hun Sen a été gracié vendredi par le roi Norodom Sihamoni, à la demande du Premier ministre, donné une nouvelle fois gagnant pour ces législatives, après 28 ans au pouvoir.

"Petite victoire pour la démocratie"

L'intéressé avait qualifié sa grâce de "petite victoire pour la démocratie", tout en notant qu'il restait "beaucoup à faire". L'opposition dénonce un système de corruption généralisée et la mainmise du clan Hun Sen sur tous les organes du pouvoir.

L’opposant a, en effet, été retiré des listes électorales et ne peut de ce fait être candidat pour les élections du 28 juillet, à moins que le Parlement n'amende la loi.

Si les partis de l'opposition sont autorisés à faire campagne, les observateurs doutent qu'ils aient la moindre chance d'évincer l'homme fort du Cambodge, qui avait remporté 90 des 123 sièges de l'assemblée en 2008, sur fond d'accusations de fraude.

Avec dépêches

Première publication : 18/07/2013

  • CAMBODGE

    L'opposant cambodgien en exil Sam Rainsy a été gracié

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Jugée démente, l’ex-"première dame" des Khmers Rouges est libre

    En savoir plus

  • THAÏLANDE-CAMBODGE

    Phnom Penh et Bangkok sommés de retirer leur troupes du temple de Preah Vihear

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)