Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

EUROPE

Monsanto renonce à faire homologuer des cultures OGM dans l'Union européenne

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/07/2013

En raison de l'hostilité de l'opinion publique, le géant américain des biotechnologies Monsanto renonce à demander les autorisations de culture de cinq semences OGM en Europe. Il maintient en revanche leur commercialisation sur le marché européen.

L’annonce sonne comme une victoire pour le camp des opposants aux organismes génétiquement modifiés (OGM). Le géant américain Monsanto a annoncé jeudi 18 juillet qu’il résiliait ses demandes d’homologations concernant de nouvelles cultures OGM sur le marché européen, à l’exception du maïs MON810.

"Monsanto ne va plus demander d’autorisation de culture pour de nouveaux OGM en Europe et va se concentrer sur sa capacité à importer des OGM dans l’Union européenne", a ainsi annoncé Brandon Mitchener, le représentant de Monsanto en Europe. Le groupe avait fait part à la fin du mois de mai de son intention de retirer ses demandes en raison de l’opposition croissante de l’opinion publique.

Cinq semences - trois de maïs, une de soja et une de betterave à sucre - sont concernées par cette annulation. Monsanto a par ailleurs précisé que le groupe maintenait toutefois sa demande de renouvellement de l’autorisation pour le MON810, principalement cultivé en Espagne et au Portugal, mais interdite en France, en Allemagne et en Italie.

La commercialisation d’OGM bat son plein

Plusieurs organisations écologistes, notamment Greepeace et Friends of the Earth, saluent cette décision. Ils regrettent cependant que le groupe américain ne renonce pas à commercialiser ses OGM en Europe.

"Monsanto considère l’Union européenne comme un territoire perdu pour la culture, a commenté à l’AFP un membre de l’administration européenne souhaitant garder l’anonymat. Mais le groupe va continuer à les cultiver ailleurs et à inonder l’Union, qui est dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en protéines végétales d’alimentation de ses troupeaux. Ce n’est pas plus compliqué que ça."

En Europe, l’opinion publique est largement hostile aux organismes génétiquement modifiés. Pourtant, l’UE se classe dans le peloton de tête du le classement mondial des importateurs de fourrage génétiquement modifié destiné au bétail.

Pour l’heure, Monsanto ainsi que d’autres géants de l’agrochimie, notamment l’allemand BASF, multiplient les demandes d’autorisation de commercialisation de produits OGM. Une cinquantaine de produits ont d’ores et déjà été homologués.

Avec dépêches

Première publication : 18/07/2013

  • PROCÈS

    Agent orange au Vietnam : la justice sud-coréenne condamne Monsanto

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    Monsanto : retour sur trois décennies de polémiques

    En savoir plus

  • AGRICULTURE

    La justice française autorise Monsanto à cultiver son maïs transgénique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)