Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : "Oui" à 73% pour la réforme voulue par Nkurunziza

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les francs-maçons interdits de gouvernement en Italie

En savoir plus

LE DÉBAT

Italie : l'alliance qui fait trembler l'Europe

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Microfinance : on ne prête qu’aux pauvres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Yves Duteil : avec "Respect", le poète chanteur signe son grand retour

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le commandant Nicolas Maduro va poursuivre la révolution"

En savoir plus

L’invité du jour

Nadège Beausson-Diagne : "Nous sommes Noires avant d'être nous"

En savoir plus

FOCUS

Nicaragua : face au président Ortega, la colère des étudiants

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Italie : un programme qui entend mettre fin à "l'austérité"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 19/07/2013

Thein Sein : "Il n'y a pas de nettoyage ethnique en Birmanie"

© FRANCE 24

Thein Sein, le président birman, a affirmé lors d’un entretien exclusif accordé à FRANCE 24 que les violences communautaires étaient sous contrôle en Birmanie. Selon lui, ceux qui dénoncent un nettoyage ethnique veulent uniquement dénigrer son pouvoir.

Lors d’un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, le président birman Thein Sein a nié les informations selon lesquelles les violences communautaires entre bouddhistes et musulmans en Birmanie s’étaient envenimées ces derniers mois au point de représenter un "nettoyage ethnique".

"Ce sont des informations fabriquées de toute pièce, il s’agit d’une opération de dénigrement menée contre le gouvernement," a martelé le chef d’État, premier président birman à se rendre en France. "Contrairement à ce qui est dit, le gouvernement a été en mesure de contenir ces violences et la situation est revenue à la normale dans le pays."

Les organisations de défense des droits de l’Homme dénoncent vivement les répressions exercées contre les musulmans en Birmanie, et notamment contre la minorité apatride des Rohingyas, une communauté considérée comme la plus persécutée au monde. Le Parlement européen a appelé le 13 juin à la fin des "persécutions" contre ces musulmans, citant des arrestations, emprisonnements arbitraires, actes de torture, viols, destruction des propriétés ou des lieux de culte.

"Moins de 100 prisonniers politiques en Birmanie"

Interrogé sur les libérations de prisonniers politiques, annoncées lundi 15 juillet lors d’une visite à Londres, Thein Sein a affirmé que, depuis son élection en 2011, des milliers de détenus avaient recouvré la liberté. "Je pense qu’il reste actuellement moins de 100 prisonniers politiques détenus dans le pays. S’ils le sont en raison de leur croyance ou de leur position politique, alors ils seront libérés," a-t-il promis.

Une position qui illustre la transition vers la démocratie que Thein Sein entend incarner. Le président a d’ailleurs engagé des réformes depuis son arrivée au pouvoir. Mais, pour la communauté internationale, ces réformes pourraient être freinées par les militaires, présents au sein du Parlement birman. Une crainte à laquelle Thein Sein a réagi en assurant que l’armée ne représentait aucune menace. "Les militaires obéissent aux ordres. Ils ne résistent à aucun changement dû au processus démocratique," a affirmé celui qui a lui-même été un haut membre de l’armée dans le passé. La junte militaire, au pouvoir en Birmanie pendant plus de 20 ans, a officiellement laissé la place en 2011 à un pouvoir civil, à l’issue d’une élection truquée selon la communauté internationale.

Quant à la future élection présidentielle qui doit avoir lieu en 2015, le président a enfin indiqué qu’il n’avait rien à dire sur la potentielle candidature du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, libérée des gêoles birmanes en 2010. Thein Sein assure par ailleurs ne pas s’être personnellement préparé à cette échéance électorale.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/05/2018 Mondial-2018

Mehdi Benatia : "Je rêve d’emmener le Maroc au bout du Mondial-2018"

Capitaine de l’équipe nationale de football du Maroc et défenseur de la Juventus de Turin, Mehdi Benatia est l’invité de France 24. Le footballer revient sur le chemin qui l’a...

En savoir plus

20/05/2018 Hongrie

Hongrie : "Bruxelles ne devrait pas punir un peuple pour son gouvernement"

Peter Medgyessy, Premier ministre de la Hongrie entre 2002 et 2004, est l’invité de France 24. Bien qu’ayant reconnu le caractère démocratique de la réélection de Viktor Orban en...

En savoir plus

19/05/2018 Festival de Cannes

Daniel Cohn-Bendit : "Être jeune aujourd'hui est plus difficile qu'en Mai 68"

Depuis le Festival de Cannes, France 24 a reçu Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil, les deux auteurs du documentaire "La traversée". Cinquante ans après Mai 68, l'homme politique...

En savoir plus

16/05/2018 Amériques

Maduro : "La présidentielle sera un succès malgré les persécutions de Washington"

Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, s'est longuement exprimé au micro de France 24, depuis Caracas, dans un entretien exclusif accordé à Marc Perelman. Il a évoqué les...

En savoir plus

15/05/2018 Conflit israélo-palestinien

Antony Blinken : l'ambassade américaine à Jérusalem, "un drame pour l'avenir d'Israël"

À l’occasion de la conférence des leaders pour la paix, France 24 reçoit depuis le Quai d’Orsay Antony Blinken, ex-secrétaire d’Etat adjoint des États-Unis sous la présidence...

En savoir plus