Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 19/07/2013

Thein Sein : "Il n'y a pas de nettoyage ethnique en Birmanie"

© FRANCE 24

Thein Sein, le président birman, a affirmé lors d’un entretien exclusif accordé à FRANCE 24 que les violences communautaires étaient sous contrôle en Birmanie. Selon lui, ceux qui dénoncent un nettoyage ethnique veulent uniquement dénigrer son pouvoir.

Lors d’un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, le président birman Thein Sein a nié les informations selon lesquelles les violences communautaires entre bouddhistes et musulmans en Birmanie s’étaient envenimées ces derniers mois au point de représenter un "nettoyage ethnique".

"Ce sont des informations fabriquées de toute pièce, il s’agit d’une opération de dénigrement menée contre le gouvernement," a martelé le chef d’État, premier président birman à se rendre en France. "Contrairement à ce qui est dit, le gouvernement a été en mesure de contenir ces violences et la situation est revenue à la normale dans le pays."

Les organisations de défense des droits de l’Homme dénoncent vivement les répressions exercées contre les musulmans en Birmanie, et notamment contre la minorité apatride des Rohingyas, une communauté considérée comme la plus persécutée au monde. Le Parlement européen a appelé le 13 juin à la fin des "persécutions" contre ces musulmans, citant des arrestations, emprisonnements arbitraires, actes de torture, viols, destruction des propriétés ou des lieux de culte.

"Moins de 100 prisonniers politiques en Birmanie"

Interrogé sur les libérations de prisonniers politiques, annoncées lundi 15 juillet lors d’une visite à Londres, Thein Sein a affirmé que, depuis son élection en 2011, des milliers de détenus avaient recouvré la liberté. "Je pense qu’il reste actuellement moins de 100 prisonniers politiques détenus dans le pays. S’ils le sont en raison de leur croyance ou de leur position politique, alors ils seront libérés," a-t-il promis.

Une position qui illustre la transition vers la démocratie que Thein Sein entend incarner. Le président a d’ailleurs engagé des réformes depuis son arrivée au pouvoir. Mais, pour la communauté internationale, ces réformes pourraient être freinées par les militaires, présents au sein du Parlement birman. Une crainte à laquelle Thein Sein a réagi en assurant que l’armée ne représentait aucune menace. "Les militaires obéissent aux ordres. Ils ne résistent à aucun changement dû au processus démocratique," a affirmé celui qui a lui-même été un haut membre de l’armée dans le passé. La junte militaire, au pouvoir en Birmanie pendant plus de 20 ans, a officiellement laissé la place en 2011 à un pouvoir civil, à l’issue d’une élection truquée selon la communauté internationale.

Quant à la future élection présidentielle qui doit avoir lieu en 2015, le président a enfin indiqué qu’il n’avait rien à dire sur la potentielle candidature du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, libérée des gêoles birmanes en 2010. Thein Sein assure par ailleurs ne pas s’être personnellement préparé à cette échéance électorale.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Davos

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En marge du Forum économique mondial de Davos, France 24 s’est entretenu avec Paul Polman, PDG du groupe Unilever. Très engagé pour la défense de l’environnement, ce Néerlandais...

En savoir plus

07/01/2017 Pollution

La pollution à Paris, "une crise de santé publique majeure"

Depuis quelques mois, à Paris mais aussi en régions, les pics de pollution se multiplient. Les pouvoirs publics multiplient les dispositions comme la circulation alternée ou la...

En savoir plus

16/12/2016 Sénégal

Macky Sall : "La médiation de la Cédéao permettra à M. Jammeh d’entendre raison"

Le président du Sénégal, Macky Sall, en visite d’État en France jusqu'au 21 décembre, a confié à France 24 sa vision de la crise électorale en Gambie, des relations entre...

En savoir plus

11/12/2016 Choléra

"Les aides véritables pour Haïti ne sont pas à la hauteur des annonces"

Dans un entretien exclusif accordé à France 24, le Premier ministre haïtien, Jean-Charles Enex, revient sur la situation sanitaire, économique et politique de son pays, alors que...

En savoir plus

12/12/2016 Réfugiés

"Un million de réfugiés à accueillir en Europe, ce n’est pas la fin du monde!"

Notre invité Dimitris Christopoulos, président de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH), revient notamment sur la guerre en Syrie et sur la crise des réfugiés...

En savoir plus