Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le mercredi à 16h45 et le samedi à 8h45.

L'ENTRETIEN

L'ENTRETIEN

Dernière modification : 19/07/2013

Thein Sein : "Il n'y a pas de nettoyage ethnique en Birmanie"

© FRANCE 24

Thein Sein, le président birman, a affirmé lors d’un entretien exclusif accordé à FRANCE 24 que les violences communautaires étaient sous contrôle en Birmanie. Selon lui, ceux qui dénoncent un nettoyage ethnique veulent uniquement dénigrer son pouvoir.

Lors d’un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, le président birman Thein Sein a nié les informations selon lesquelles les violences communautaires entre bouddhistes et musulmans en Birmanie s’étaient envenimées ces derniers mois au point de représenter un "nettoyage ethnique".

"Ce sont des informations fabriquées de toute pièce, il s’agit d’une opération de dénigrement menée contre le gouvernement," a martelé le chef d’État, premier président birman à se rendre en France. "Contrairement à ce qui est dit, le gouvernement a été en mesure de contenir ces violences et la situation est revenue à la normale dans le pays."

Les organisations de défense des droits de l’Homme dénoncent vivement les répressions exercées contre les musulmans en Birmanie, et notamment contre la minorité apatride des Rohingyas, une communauté considérée comme la plus persécutée au monde. Le Parlement européen a appelé le 13 juin à la fin des "persécutions" contre ces musulmans, citant des arrestations, emprisonnements arbitraires, actes de torture, viols, destruction des propriétés ou des lieux de culte.

"Moins de 100 prisonniers politiques en Birmanie"

Interrogé sur les libérations de prisonniers politiques, annoncées lundi 15 juillet lors d’une visite à Londres, Thein Sein a affirmé que, depuis son élection en 2011, des milliers de détenus avaient recouvré la liberté. "Je pense qu’il reste actuellement moins de 100 prisonniers politiques détenus dans le pays. S’ils le sont en raison de leur croyance ou de leur position politique, alors ils seront libérés," a-t-il promis.

Une position qui illustre la transition vers la démocratie que Thein Sein entend incarner. Le président a d’ailleurs engagé des réformes depuis son arrivée au pouvoir. Mais, pour la communauté internationale, ces réformes pourraient être freinées par les militaires, présents au sein du Parlement birman. Une crainte à laquelle Thein Sein a réagi en assurant que l’armée ne représentait aucune menace. "Les militaires obéissent aux ordres. Ils ne résistent à aucun changement dû au processus démocratique," a affirmé celui qui a lui-même été un haut membre de l’armée dans le passé. La junte militaire, au pouvoir en Birmanie pendant plus de 20 ans, a officiellement laissé la place en 2011 à un pouvoir civil, à l’issue d’une élection truquée selon la communauté internationale.

Quant à la future élection présidentielle qui doit avoir lieu en 2015, le président a enfin indiqué qu’il n’avait rien à dire sur la potentielle candidature du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, libérée des gêoles birmanes en 2010. Thein Sein assure par ailleurs ne pas s’être personnellement préparé à cette échéance électorale.

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/04/2015 Génocide des Arméniens

"L’extermination des Arméniens a été l’acte fondateur de la Turquie républicaine"

Un siècle après le génocide des Arméniens, la Turquie refuse toujours de le reconnaître. Raymond Kévorkian, historien et auteur de nombreux ouvrages sur ce sujet, se rendra aux...

En savoir plus

18/04/2015 Football

Didier Deschamps : "Je n’ai pas de certitudes, j’ai des convictions" pour l’euro-2016

Le sélectionneur de l'équipe de France est l'invité de France 24. A près d'un an du coup d'envoi de l'Euro-2016, Didier Deschamps fait le point sur les objectifs des Bleus.

En savoir plus

15/04/2015 Russie

Alexeï Pouchkov : l'OTAN est "un danger important" pour les Russes

En dépit des accords signé à Minsk, les violences continuent dans la partie orientale de l'Ukraine. En Europe de l'Est, les pays suivent avec inquiétude l'évolution de la crise...

En savoir plus

10/04/2015 Libye

"Boko Haram et Aqmi viennent grossir les rangs de l'EI" en Libye

La Libye est plongée dans un chaos politique sans précédent. Deux entités se disputent le pouvoir : le gouvernement reconnu par la communauté internationale qui s'est exilé à...

En savoir plus

08/04/2015 RD Congo

Denis Mukwege : "En RD Congo, le viol est une stratégie de guerre"

Depuis seize ans, le docteur Denis Mukwege soigne gratuitement les femmes victimes de violences sexuelles au Sud-Kivu, en République démocratique du Congo. Lauréat du prix...

En savoir plus