Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aux grandes femmes la patrie reconnaissante"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

Afrique

Meurtre d'un homosexuel camerounais : le cri d'alarme de ses avocats

© AFP | Éric Lembembe

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2013

Interrogés par FRANCE 24, les avocats d'Éric Lembembe, un militant homosexuel camerounais assassiné lundi, dénoncent une enquête de police bâclée. Aucune photo n'a, selon eux, été prise et le corps du militant n'a pas été autopsié.

"Pas une seule image, pas une photo n’a été prise", s’indigne, sur l’antenne de FRANCE 24 Alice Nkom, l’une des avocates du militant homosexuel camerounais torturé à mort à la fin de la semaine dernière. Lundi, le corps sans vie d’Éric Lembembe a été retrouvé dans son appartement, fermé de l’extérieur.

"Quand la police a ouvert la porte, ils ont trouvé le corps d’Éric avec des traces visibles de torture. Son cou et ses pieds étaient cassés, a rapporté l’un de ses amis. Son visage, ses mains et ses pieds avaient été brûlés avec un fer à repasser", raconte Neela Ghoshal, chercheuse pour Human Rights Watch.

L’homme de 33 ans, journaliste, était l’un des plus fervents défenseurs de la cause LGBT (Lesbiennes, gays, bi et transexuels) au Cameroun, où l’homosexualité est encore passible de cinq ans de prison. Proche collaborateur de HRW, il avait participé à l’élaboration d’un rapport sur les nombreuses exactions subies par les homosexuels dans le pays.

Aucune photo, pas d’autopsie

"Au moment de la découverte du corps par la police, absolument rien n’a été fait", a déclaré Saskia Ditisheim, présidente de l’ONG Avocats sans frontières-Suisse, qui séjourne actuellement au Cameroun. "Je pense que ce n’est pas une question de moyens. C’est quand même assez simple de sécuriser les lieux, de prendre des photos et de recueillir des indices, poursuit-elle. Je suis également surprise qu’il n’y ait pas eu d’autopsie […], on est dans l’indifférence totale".

Le département d’État américain a dénoncé un "assassinat macabre", et a exhorté les autorités camerounaises à "diligenter sans délai une enquête approfondie afin de poursuivre les responsables de ce meurtre". La France, par la voix de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a exigé que "toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce crime et que les auteurs soient traduits en justice".

"Jusqu’à présent, ce qu’on a enregistré, ce sont les condamnations de pays comme les États-Unis ou la France, de l’Union européenne, de la Grande-Bretagne… Et le Cameroun ne dit toujours rien sur ce meurtre odieux, s’indigne Alice Nkom. Le Cameroun ne devrait pas attendre la pression de qui que ce soit pour agir, et assurer la protection des personnes et des biens comme elle y est engagée par sa Constitution !"
 

Première publication : 19/07/2013

COMMENTAIRE(S)