Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Detroit devient la plus grande ville américaine à faire faillite

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2013

Étendard de l'industrie automobile triomphante au début du XXe siècle, la ville de Detroit est devenue jeudi la plus grande métropole américaine à se déclarer en faillite. Sa dette s'élève à 18,5 milliards de dollars (14 milliards d'euros).

Dernier acte de l’agonie de la "Motor city". La ville de Detroit, berceau de l’industrie automobile américaine, s’est déclaré jeudi 18 juillet en état de faillite - la plus importante banqueroute d’une ville dans l’histoire des États-Unis. La dette de la plus grande ville du Michigan est estimée à 18,5 milliards de dollars (14 milliards d’euros). Le gouverneur Snyder a estimé qu’il n’y avait pas d’autre solution.

"Je prends cette décision difficile afin que les habitants de Detroit aient accès aux services publics les plus élémentaires et pour que Detroit reparte sur de solides bases financières qui lui permettront de croître à l'avenir", a expliqué Rick Snyder, le gouverneur de l'État du Michigan, dans un communiqué.

"C'est un jour très difficile" (maire de Detroit)



Avant Detroit, de grandes villes comme New York, Cleveland et Philadelphie se sont retrouvées au bord de la faillite, mais Detroit est la première ville américaine à demander officiellement la protection de la loi sur les faillites.

Le président américain Barack Obama a fait dire par un porte-parole de la Maison Blanche qu’il suivait la situation de près. Mais, à la différence de ce qui s’est passé avec la grande crise de 2008, lors de laquelle l’État fédéral avait décidé de renflouer les constructeurs General Motors et Chrysler à coups de milliards de dollars, le président n’a pas fait de promesse cette fois.

Detroit était naguère synonyme de savoir-faire industriel. Les géants de la construction automobile s’étaient mis, de 1941 à 1945, à produire chars, avions et munitions, ce qui avait valu à la ville le surnom d’"arsenal de la démocratie". Aujourd’hui synonyme de déclin, de ruine, de criminalité, la ville a vu fondre sa population progressivement, passant de 1,8 million d’habitants en 1950 à 700 000 aujourd’hui. Désormais, un tiers des habitants vit dans la pauvreté et 20% environ sont au chômage.

Ville anéantie

La perte des emplois industriels, l’exode des habitants blancs vers les banlieues, qui s’est accéléré après les émeutes raciales des années 60, ont laissé la ville anéantie. Aujourd’hui, Detroit compte plus de deux retraités pour un actif. Avec un quart des immeubles abandonnés dans certains quartiers, aucune autre ville américaine n’a porté plus lourdement le fardeau de la désindustrialisation.

En outre, la municipalité a été ébranlée par des affaires de corruption au fil des années. Kwame Kilpatrick, ancien maire de Detroit et ex-étoile montante du Parti démocrate, est en prison après avoir été condamné pour plusieurs faits de corruption, et notamment de truquage des appels d’offres, alors qu’il était en fonction.

Le taux de meurtres est à son plus haut niveau en près de 40 ans, seul un tiers du parc ambulancier était en service au premier trimestre 2013, et les quelque 78 000 bâtiments abandonnés de la ville créent "des problèmes de sécurité publique supplémentaires et réduisent la qualité de vie dans la ville", note le gouverneur du Michigan dans sa lettre.

Avec dépêches

Première publication : 19/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    La ville de Detroit au bord de la sortie de route

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    À Detroit, les constructeurs américains bombent à nouveau le torse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)