Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

FRANCE

Accident de train à Brétigny : aucune piste privilégiée

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2013

Une semaine après le déraillement d'un train dans la gare de Brétigny-sur-Orge, qui a fait six morts, aucune piste n'est privilégiée par les enquêteurs. Ces derniers essayent de déterminer comment les boulons de l'éclisse se sont détachés.

À Brétigny-sur-Orge, où le train Paris-Limoges a déraillé vendredi 12 juillet, les experts essayent toujours de déterminer les causes de cette catastrophe, qui a fait six morts. Les enquêteurs ne privilégient pour l’instant aucune piste permettant d'expliquer comment les boulons qui tenaient l'éclisse, une pièce servant à relier deux rails, ont pu se dévisser ou se casser au même moment.

"Tout reste ouvert : défaut d’entretien, négligence, acte de malveillance", a déclaré une source proche de l’enquête à l’AFP.

Certains syndicats de cheminots sont toutefois sceptiques concernant un possible acte de malveillance. "Il est impossible d'enlever ces boulons sans être vu, il y a un poste d'aiguillage juste en face. Il y a toujours quelqu'un à l'intérieur", a ainsi expliqué à Reuters André Fermis, un des responsables de la CFDT cheminots. "Pour moi, ces boulons ont cédé, ils n'ont pas été enlevés", a-t-il ajouté.

La SNCF se concentre pour sa part sur une défaillance matérielle de l’éclisse. Selon la thèse avancée par la compagnie de chemin de fer, cette pièce d’acier de dix kilos s’est détachée et est venue "se loger au centre de l’aiguillage et à cet endroit, elle a empêché le passage normal des roues du train et aurait provoqué le déraillement", a expliqué Pierre Izard, directeur général des infrastructures de la SNCF.

Trois enquêtes ont ainsi été lancées : l'une judiciaire sous l'autorité du parquet d'Évry et deux autres, techniques, menées par la SNCF et le Bureau enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT).

L’accès aux données ferroviaires

Alors que la SNCF et son président Guillaume Pepy ont déjà endossé la responsabilité du drame et annoncé une transparence sur l’enquête, une association d’usagers du train a décidé de lancer une pétition pour réclamer l’ouverture des données du système ferroviaire.

L'Association des voyageurs usagers des chemins de fer (Avuc) veut connaître les informations relatives aux équipements (âge et entretien des caténaires, voies, ballast, aiguillages...) et au matériel roulant (date de mise en service, état d'entretien, date de sortie du parc...).

"En tant que voyageurs, nous voulons savoir avec quoi on roule et sur quoi on roule", a déclaré à l'AFP Willy Colin le porte parole de l'Avuc, qui espère récolter plusieurs milliers de signatures.

Avec dépêches

 

Première publication : 19/07/2013

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Accident de train à Brétigny : la SNCF confirme la thèse d'une éclisse défaillante

    En savoir plus

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Accident de Brétigny : fin des opérations de sauvetage

    En savoir plus

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Accident de Brétigny : le bilan de six morts est définitif

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)