Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Amériques

Detroit : ce qui pourrait être vendu pour éponger la dette

Le zoo de Detroit

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2013

Comment la ville de Detroit, qui s'est placée en état de faillite jeudi soir, peut-elle se relever ? La municipalité envisage toutes les solutions, y compris celle de vendre ses girafes, ses parcs publics... Revue de détail.

Le zoo, les vieilles voitures, les Van Gogh, l’assainissement de l’eau et les parcs municipaux : rien n’échappe au peigne fin de l’expert en faillite, Kevyn Orr, en charge de trouver des économies dans les dépenses de la ville de Detroit, qui s'est officiellement déclarée en état de faillite jeudi 18 juillet. Cet ancien fleuron de l'industrie automobile représente la plus grande banqueroute d'une municipalité dans l'histoire des États-Unis. Un tribunal fédéral devra cependant statuer, sous trois mois, si la plus grande ville de l'État du Michigan peut se placer sous ce régime de protection.

Face à une dette colossale de plus de 18 milliards de dollars, Kevyn Orr a mis toutes les cartes sur la table, alors que l'agence de notation Standard & Poor’s vient de baisser drastiquement l'évaluation de ce département municipal... Petit inventaire des trésors de la "Motor city".

Le zoo de Detroit

Le zoo , l’une des principales attractions de la ville de Detroit, compte plus de 280 espèces d’animaux et reçoit plus d'un million de visiteurs par an. Il avait déjà été question de le vendre en 2006, mais ce scénario avait été abandonné après une campagne de soutien populaire et la promesse de l’État du Michigan d’aider à renflouer les caisses du zoo.

Ce n’est pas tant les animaux  – dont beaucoup sont des espèces protégées et requièrent un environnement et des soins particuliers pour survivre – qui sont susceptibles d’être vendus, que les 50 hectares de terrain. Une girafe femelle peut toutefois valoir jusqu’à 80 000 dollars…

© www.michigan.org

Detroit institute of Arts

Phare culturel du Michigan, le Detroit Institute of Arts (DIA) recèle de trésors de l’art pictural. La vente d’une nature morte de Pablo Picasso datant de 1938, d’un autoportrait de Vincent van Gogh de 1887 (la première peinture de Van Gogh à entrer dans un musée public en Amérique), pourraient, à eux seuls, rapporter quelques millions de dollars. Mais le musée ne l’entend pas ainsi, et considère ces œuvres inestimables. "La ville ne peut pas céder des œuvres pour générer de l’argent, sinon dans le but d’enrichir davantage la collection" rappelait la direction du musée sur sa page Facebook, le 24 mai dernier.

© www.dia.org

Detroit Historical Museum

Autre institution culturelle municipale : le musée d’histoire de Detroit, qui détient 250 000 pièces, allant d’une guitare ayant appartenu à Bob Seger, jusqu’à une collection de soixante voitures anciennes, dont un prototype d’une Ford Cobra XD datant de 1963 (évaluée à un million de dollars) et une turbine Chrysler datant également de 1963, et estimée à 1,2 million de dollars. De plus, le musée a été rénové l’année dernière.

© yelp.com

Belle Isle Park

Comme d’autres espaces verts et lieux publics de Detroit, le parc de Belle Isle figure sur la liste de l’expert en faillite Kevyn Orr. Idéalement situé sur une île du fleuve Detroit, à la frontière avec le Canada, aménagé dans les années 1880, il s’étend sur 4 km2.

La Hart Plaza, la promenade River Walk en cours de travaux, le golf Rackham, ou encore le site de Fort Wayne sont également susceptibles d'attirer l'attention des promoteurs immobiliers ou industriels. Les terrains situés en bord de fleuve et du lac Sainte-Claire seraient les plus intéressants.

© http://www.detroitaccueil.com

Le musée Charles Wright d’histoire afro-américaine

Décrit comme le plus grand musée rassemblant l’histoire des populations issues des traites négrières aux États-Unis, le musée Charles Wright a été fondé en 1965. Il compte plus de 35 000 pièces. Il présente actuellement une exposition déclinant un buste blanc de Barack Obama, repeint par quarante-quatre artistes. Le musée pourrait éventuellement passer sous gestion privée, si la municipalité en décidait ainsi.

© global_ant0n1us sur www.panoramio.com

 

Water and Sewerage Department

Le service municipal de la gestion des eaux et des égouts pourrait être privatisé. Mais la vente des services publics a déjà montré ses limites par le passé : en 2008, la ville avait vendu son système de parcmètre à des investisseurs privés pour une valeur de 1,15 milliard de dollars. Mais le prix de l’emplacement de parking a quadruplé en très peu de temps, tandis que les appareils tombaient souvent en panne…

Première publication : 19/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Infographie : Detroit, une ville à genoux

    En savoir plus

  • ART

    Des Van Gogh et des Picasso pour éponger la dette publique de Detroit

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - IRAK

    Musulmans et chrétiens d'Irak découvrent le "vivre ensemble" à Détroit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)