Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Moyen-orient

En Iran, un ayatollah autorise les musulmans à boire pendant le ramadan

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2013

En Iran, un ayatollah proche des réformateurs a édicté une fatwa qui donne le droit aux musulmans en état de "soif extrême" de boire durant le ramadan. Une autorisation inédite qui provoque la polémique dans le pays.

"Ceux qui ne peuvent supporter la soif peuvent boire juste assez pour étancher leur soif et […] le jeûne ne sera pas invalidé," a décrété, en plein mois sacré de ramadan, le Grand ayatollah Assadolah Bayat Zanjani, selon des propos rapportés jeudi 18 juillet par les médias iraniens. En soulignant les conditions climatiques parfois difficiles durant la période de jeûne, ce haut dignitaire proche des réformateurs s'est attiré les foudres du clergé.

Sur son site Internet, Assadolah Bayat Zanjani, qui habite dans la ville de Qom, appuie son argumentaire sur "deux récits religieux" concernant "certaines conditions climatiques ou géographiques" pour alléger le jeûne, qui dure 16 heures cet été. Il prend pour exemple l’irrégularité des saisons, citant "les périodes où le jour dure 21 heures" et celles où "il fait nuit pendant six mois".

Celui qui "tombe malade en observant le jeûne ou si sa maladie s'aggrave", de même que celui qui "ne supporte pas la soif extrême (...) comme les ouvriers qui font des travaux durs pendant une longue journée", peuvent boire sans avoir à compenser le jeûne par la suite, assure-t-il.

Boire ou jeûner, il faut choisir pour le Guide suprême

Car si l'islam dispense certains malades, les jours de rupture de jeûne doivent être rattrapés plus tard dans l'année. En réaction aux propos de Assadolah Bayat Zanjani, un autre haut dignitaire iranien, Nassez Makarem Shirazi, a répété qu’il était hors de question qu'on puisse "en même temps faire le jeûne et boire".

Les médias se sont quant à eux empressés de rappeler les décrets du Guide suprême Ali Khamenei et du Grand ayatollah irakien Ali Sistani, selon lesquels "l'état de faiblesse ou la soif ne justifie pas qu'on rompe le jeûne".

Pendant le ramadan, les musulmans s'abstiennent de boire, de manger, de fumer et d'avoir des relations sexuelles du lever jusqu'au coucher du soleil.

Avec dépêches

Première publication : 19/07/2013

  • ARABIE SAOUDITE

    Riyad menace d'expulser les non-musulmans qui ne respectent pas le ramadan

    En savoir plus

  • FRANCE

    "C'est ridicule, dans ma famille, on ne commence pas le ramadan en même temps"

    En savoir plus

  • CULTURE

    À Paris, la Nuit du ramadan de l'Hôtel de Ville fait grincer les dents

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)