Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

Moyen-orient

Après trois ans de statu quo, Kerry relance un espoir de paix au Proche-Orient

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/07/2013

Le secrétaire d'État américain est parvenu a obtenir vendredi un accord de principe pour la reprise des pourparlers de paix entre Palestiniens et Israéliens. Les discussions devraient se tenir la semaine prochaine à Washington.

C'est une première victoire pour John Kerry. Le secrétaire d'État américain a annoncé vendredi être parvenu à un accord pour la reprise des pourparlers de paix entre Palestiniens et Israéliens, ajoutant qu'une rencontre réunira à Washington la semaine prochaine des négociateurs des deux parties.

"Il s'agit d'un pas significatif et bienvenu. L'accord est en cours de finalisation, nous n'allons donc absolument par parler de ses éléments pour l'instant", a dit John Kerry aux journalistes à Amman, la capitale jordanienne, à l'issue de quatre jours d'intense activité diplomatique et d'entretiens avec les responsables palestiniens et israéliens.

John Kerry, qui concluait sa sixième mission dans la région, a affirmé qu'il se réunira avec le négociateur palestinien Saëb Erakat et son homologue israélienne Tzipi Livni à Washington "pour entamer les pourparlers au cours de la semaine prochaine".

"Les points durs restent les mêmes mais discuter permet d’avancer"

"Ce n’est pas un triomphe mais c’est déjà une victoire. John Kerry va apporter ce que l'on peut appeler l’espoir", analyse Philippe Gassot, correspondant de FRANCE 24 à Washington. "Après trois ans d’interruption, c’est un bon point marqué par John Kerry. Il n’a pas ménagé sa peine", ajoute-t-il en précisant que l'on ne connait pas les tenants et les aboutissants du marchandage qui a eu lieu".

Le correspondant de FRANCE 24 estime cependant que les points de blocages restent les mêmes. "Les Palestiniens voulaient commencer les discussions sur la base [les frontières, NDLR] de 67, les Israéliens ne voulaient en aucun cas arrêter la colonisation dans les territoires occupés. Les points durs restent les mêmes mais discuter permet d’avancer".

John Kerry  a également salué le "courage" du président palestinien Mahmoud Abbas et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

"Personne ne croit que les divergences de longue date entre les deux parties seront résolues du jour au lendemain ou juste effacées. Nous sommes conscients que face aux défis, il faudra faire des choix très difficiles dans les jours à venir", a-t-il souligné.

Le Secrétaire d'État américain s'est dit "toutefois, plein d'espoir, aujourd'hui (..) en raison du leadership courageux du président Abbas et du Premier ministre Netanyahou. Tous les deux ont choisi de faire des choix difficiles et les deux ont joué un rôle clé".

Encore des "détails à régler"

L'annonce de cette reprise des négociations entre Palestiniens et Israéliens a été saluée par la ministre de la Justice et chef des négociateurs israéliens, Tzipi Livni. La présidence palestinienne a pour sa part  salué l'accord de principe obtenu tout en soulignant qu'il restait des "détails à régler".

En revanche, le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a immédiatement rejeté les discussions. "M. Abbas n'a aucune légitimité pour négocier au nom du peuple palestinien sur des questions fondamentales", a conclu un porte-parole du mouvement, Sami Abou Zouhri.

Avec dépêches

 

Première publication : 19/07/2013

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Kerry estime que les divergences entre Israéliens et Palestiniens diminuent

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    John Kerry de retour au Proche-Orient pour tenter de relancer la paix

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Israël-Palestine : le McDonald’s de la discorde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)