Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : convoqué par les juges, Fillon ira "jusqu'au bout"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Trainspotting 2" : moins camés, toujours aussi paumés !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump optimiste? Ne vous faites pas avoir !"

En savoir plus

FOCUS

Japon : "Nippon Kaigi", le lobby révisionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mineurs et terroristes, bourreaux et victimes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc : Rabat se retire de la zone contestée de Guerguerat

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benjamin Griveaux : "Notre objectif est de passer en tête face au FN"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benjamin Griveaux : "Le soutien de Bayrou prouve que Macron n'est pas un homme seul"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matmatah, le groupe breton a le vent en poupe

En savoir plus

EUROPE

Rubygate : trois proches de Berlusconi condamnés à de la prison

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/07/2013

Dans le cadre de l'affaire dite du "Rubygate", trois proches de l'ex-président du Conseil italien, accusés "d'avoir fourni" des jeunes femmes à Berlusconi, ont été condamnés à des peines de prison pour incitation à la prostitution.

Le tribunal italien chargé de statuer sur l’affaire dite du "Rubygate" a condamné vendredi trois proches de Silvio Berlusconi à des peines d’emprisonnement. Accusés d’avoir fourni à l’ancien Premier ministre des jeunes femmes, dont une mineure Karima El Mahroug surnommé Ruby, pour participer à des soirées, ont été reconnu coupable d’incitation à la prostitution.

Emilio Fede, un ancien présentateur de télévision et Lele Mora, un ex-agent de starlettes, ont été condamnés à sept ans de prison, tandis que l’ex-conseillère régionale et ancienne hygiéniste dentaire du Cavaliere, Nicole Minetti, a écopé de cinq ans. Tous trois clament leur innocence, mais ils n’ont pas encore annoncé s’ils vont faire appel.

Durant son réquisitoire, le magistrat avait parlé "d’orgies bachiques" à propos des soirées organisées pour Silvio Berlusconi. Le parquet avait même comparé les trois accusés à des "gouteurs de bons vins', estimant qu’ils obtenaient de nombreux avantages financiers de l’ancien Premier ministre "car ils connaissaient tous les secrets" de ces fêtes.

Des procès en série

Dans le premier volet judiciaire de ce scandale du Rubygate, Silvio Berlusconi, jugé séparément, a été condamné en première instance fin juin à sept ans de prison et à une interdiction de tout mandat public.

Alors qu’il attend son verdict en appel, un autre juge a examiné ce vendredi à Naples son cas dans une affaire de corruption de sénateur. Submergé par les problèmes judiciaires, le Cavaliere devra aussi faire face le 30 juillet à l’ouverture de l’examen, par la Cour de cassation, de son pourvoi contre sa condamnation pour fraude fiscale dans le procès Mediaset. Si la cour confirme son verdict, l’ancien homme fort de l’Italie pourrait se voir interdire d’exercer tout mandat public et devrait abandonner la politique.

Avec dépêches

Première publication : 19/07/2013

  • ITALIE

    Rubygate : "Silvio Berlusconi est bel et bien fini en politique"

    En savoir plus

  • ITALIE

    Silvio Berlusconi condamné à sept ans de prison dans l'affaire du Rubygate

    En savoir plus

  • ITALIE

    De Benoît XVI à Berlusconi : les prophéties de Nanni Moretti

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)