Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Amériques

Affaire Trayvon Martin : des milliers de manifestants réclament "justice et équité"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/07/2013

Des milliers de manifestants, auxquels se sont joints le célèbre couple de musiciens Jay Z et Beyoncé, se sont rassemblés à travers les États-Unis pour rendre hommage à Trayvon Martin une semaine après l'acquittement de son meurtrier.

Le couple de superstars Jay Z et Beyonce a rejoint les milliers de manifestants rassemblés samedi dans plusieurs villes des Etats-Unis pour rendre hommage à Trayvon Martin une semaine après l'acquittement de son meurtrier et réclamer "justice et équité".

"La mort de mon fils doit apporter des changements dans notre société et contribuer à abroger les lois qui permettent de tuer quelqu'un simplement parce qu'il est considéré comme suspect", a lancé depuis Miami Tracy Martin, le père du jeune Noir de 17 ans tué en février 2012.

Son meurtrier, George Zimmerman, s'est prévalu du droit à la légitime défense et a été acquitté samedi dernier par un jury de Floride (sud-est).

Mais nombre de manifestants de Miami, qui devait être le point d'orgue du mouvement, ont fait part de leur déception quant à la faible participation. L'événement a d'ailleurs été suspendu une demi-heure après avoir commencé en raison de fortes pluies.

A New York, ils étaient plusieurs milliers à exiger justice sous une chaleur accablante.

Sybrina Fulton, la mère de Trayvon Martin, a affirmé que son fils aurait été "fier" de la détermination des manifestants.

A ses côtés, le couple de stars Beyoncé et Jay Z a fait une apparition. Al Sharpton, la figure des droits civiques qui avait appelé à manifester a assuré que les chanteurs n'étaient "pas venus pour se faire photographier mais par solidarité avec la famille" de Trayvon Martin.

"Comme Jay Z me l'a dit, il est père et Beyoncé est mère. Nous avons tous des enfants et nous avons peur. Les lois doivent protéger tout le monde", a encore expliqué Al Sharpton.

Sur son site, la chanteuse Beyonce a rappelé la mort brutale en 1955 de Emmett Till, un jeune afro américain de 14 ans. "Nous devons nous battre pour Trayvon de la même façon que la génération d'avant s'était battue pour Emmett Till", a-t-elle écrit.

"Il fallait que je sois là"

Lorna Turner, 54 ans, a dit être venue parce que son fils de 17 ans avait été victime de discrimination de la part de la police de Brooklyn.

"Je n'avais jamais participé à un événement de ce genre mais j'ai eu le sentiment qu'il fallait que je sois là", a-t-elle raconté à l'AFP.

Les applaudissements de la foule new-yorkaise ont été les plus chaleureux lorsque l'un des orateurs a cité l'intervention très remarquée de Barack Obama vendredi.

Visiblement très ému, le président américain, premier président noir des Etats-Unis, a souligné qu'il "aurait pu être Trayvon Martin, il y a 35 ans".

M. Obama s'est gardé de critiquer le verdict des jurés qui ont estimé que Zimmerman avait agi en état de légitime défense. "Une fois que le jury a parlé, c'est ainsi que fonctionne notre système", a-t-il fait valoir.

Il a néanmoins évoqué la résonance particulière et même la "douleur" provoquée par ce verdict au sein de la communauté noire, illustrant du même coup le malaise toujours présent aux Etats-Unis à l'heure d'évoquer les préjugés raciaux.

Le président a affirmé qu'il était "compréhensible qu'il y ait eu des manifestations et des veillées (...) tant qu'elles restent non-violentes". "Si je vois que des violences se déroulent (...) cela déshonorerait ce qui est arrivé à Trayvon Martin et sa famille", a-t-il prévenu.

Depuis New York, la mère du jeune homme a d'ailleurs insisté pour que les manifestations restent "pacifiques. Ma famille souffre plus qu'aucune autre, alors, s'il vous plaît, soutenez-nous".

A Washington, plusieurs centaines de personnes étaient réunies devant un tribunal fédéral, à quelques centaines de mètres du Capitole, qui abrite le Congrès américain.

Dans une ambiance familiale, certains arboraient des t-shirts à l'effigie de Trayvon Martin, d'autres brandissaient des pancartes où l'on pouvait lire: "liberté et justice pour tous" ou "nous sommes tous Trayvon Martin".

Merlin Bowie, un père de famille noire, était venu avec sa femme et ses deux enfants.

"Nous voulons la justice et l'équité", a-t-il dit à l'AFP. "On ne peut tout simplement pas tirer sur quelqu'un et dire après qu'on a agi en état de légitime défense".

A Chicago, plusieurs centaines de personnes se sont réunies dans le centre et clamaient: "pas de justice, pas de paix".

"Je suis ici pour soutenir la famille de Trayvon Martin et rejoindre ce mouvement qui, je l'espère, fera prendre conscience à tous que le racisme est toujours bien vivant", a dit Dorothy Clay, 66 ans.

AFP

Première publication : 21/07/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Meurtre de Trayvon Martin : l’État fédéral poursuit son enquête

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Meurtre de Trayvon Martin : manifestations contre l'acquittement de Zimmerman

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le meurtrier de Trayvon Martin estimait d'office avoir affaire à un délinquant

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)