Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Israël, le casse-tête des compagnies aériennes

En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Gaza : Washington et l’ONU exigent un cessez-le-feu "sans condition"

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Air Algérie : des proches de victimes se recueillent sur les lieux du crash

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

    En savoir plus

Afrique

Le roi de Jordanie au Caire, lancement de la révision constitutionnelle

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/07/2013

Des milliers de partisans des Frères musulmans ont défilé dans la capitale égyptienne, vendredi, pour demander le rétablissement dans ses fonctions du président Mohamed Morsi, plus de deux semaines après son renversement par l’armée.

C'est la première visite d'un chef d'état au Caire depuis la chute de Mohamed Morsi le 3 juillet dernier. Le roi de Jordanie, Abdallah II, a effectué, samedi 20 juillet, une visite éclair au Caire pour apporter son soutien aux nouvelles autorités, qui ont confirmé leur volonté de tourner la page de l'ère du président Mohamed Morsi en lançant le chantier de la révision de la Constitution adoptée en décembre dernier.

Le souverain jordanien a rencontré le président par intérim Adly Mansour et son vice-président pour les relations internationales, Mohamed el-Baradei.

Il leur a fait part "de son soutien" pour que l'Égypte "renforce sa stabilité et sa sécurité", selon un communiqué de la présidence égyptienne. Amman avait félicité les nouvelles autorités égyptiennes dès la chute de Mohamed Morsi, tandis que les Frères musulmans jordaniens, proches du mouvement islamiste dont est issu l'ex-président, avaient dénoncé son renversement par l'armée.

Cette visite est en outre survenue dans un contexte d'intenses efforts américains pour relancer des discussions israélo-palestiniennes, un dossier dans lequel Amman et Le Caire sont traditionnellement actifs.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil Fahmy, a par ailleurs annoncé un réexamen de la décision de Mohamed Morsi de rompre les relations avec la Syrie, mais sans indiquer si ces relations allaient être ou non rétablies.

Le président par intérim ouvre le chantier constitutionnel

Par ailleurs, Adly Mansour a signé un décret ordonnant qu'un comité d'experts juridiques entame dès dimanche ses travaux pour amender la Constitution d'inspiration islamiste que l'armée a suspendue au début du mois après avoir destitué le président Mohamed Morsi, rapporte le site du journal d'État "Al Ahram".

Le 8 juillet, Adly Mansour a présenté un calendrier de transition prévoyant la tenue d'élections législatives une fois que les amendements à la Constitution auront été soumis à référendum, ce avant la fin de l'année.

L'actuelle loi fondamentale égyptienne a été adoptée par l'Assemblée constituante à forte majorité islamiste puis validée par référendum en novembre et décembre 2012.

Accusée par l'opposition de faire la part belle aux vues des islamistes, elle avait été au centre d'une vive polémique du temps de Mohamed Morsi. Elle avait  notamment été adoptée par référendum en décembre 2012 par 64 % des voix, mais avec seulement 33% de participation.

Dans la rue, la mobilisation des pro et des anti-Morsi ne faiblit pas

Au Caire, des milliers de pro-Morsi étaient toujours présents samedi sur deux sites occupés depuis trois semaines. Des manifestations pro-Morsi vendredi ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes.

"La volonté du peuple contre la force militaire" proclamait une banderole déployée aux

abords de la mosquée Rabaa al-Adawiya, où les portraits de Mohamed Morsi étaient omniprésents avec la mention "notre président" ou "président légitime"

Les Frères musulmans ne reconnaissent aucune légitimité au nouveau pouvoir qu'ils accusent d'être issu d'un coup d'État militaire, et font valoir que Mohamed Morsi a été démocratiquement élu.

Des rassemblements des adversaires de l'ancien président islamiste se sont également tenus vendredi soir, mais avec moins de monde et dans une ambiance festive, place Tahrir et aux abords du palais présidentiel.

Les anti-Morsi l'accusent d'avoir gouverné au seul profit de son clan, et estiment que sa légitimité a disparu avec les manifestations monstres du 30 juin réclamant son départ.

Avec dépêches

Première publication : 21/07/2013

  • ÉGYPTE

    Le président égyptien promet de livrer la "bataille" pour restaurer la sécurité

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    Sur France 24, Amr Moussa justifie le coup d’État militaire en Égypte

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Frères musulmans rejettent la légitimité du nouveau gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)