Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

Apple essuie l'affront de pirates informatiques

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 22/07/2013

Apple reconnaît que des pirates informatiques sont parvenus à attaquer le site dédié aux développeurs d'applications pour iPhone, iPad et Mac. Il s'agit de l'une des premières cyber-attaques réussies contre les serveurs de la marque à la pomme.

Déjà cinq jours. Cinq jours que le site d’Apple réservé aux développeurs d’applications pour les iPhone, iPad ou Mac n’est plus en service. La marque à la pomme a reconnu, dimanche 21 juillet, avoir été la cible, jeudi, d'une attaque informatique qui l’a obligé à bloquer l’accès à son portail.

C’est la première fois que des pirates informatiques réussissent à s’infiltrer dans ce site. C’est même l’une des premières fois que le géant américain, que l'on sait très soucieux de la sécurité, subit un tel affront.

Le message d'excuse d'Apple qui reconnaît avoir été piraté

L'assaut des cyber-criminels intervient, en outre, au pire moment pour Apple. La nouvelle version de son système d'exploitation iOS, sur laquelle planche la communauté des développeurs, doit sortir à l’automne 2013. Une fermeture, même temporaire, de la plateforme ne fait donc que retarder le développement et les mises à jour des nouvelles applications.

Les informations bancaires protégées

De l’aveu d’Apple, l’attaque a pu permettre aux pirates informatiques de mettre la main sur certaines données personnelles des internautes qui utilisent le site. “Nous ne pouvons écarter la possibilité que les noms de certains développeurs, les adresses postales et/ou courriels [...] aient pu être atteints”, reconnaît le groupe américain.

Le site contient également des données autrement plus sensibles comme des informations bancaires qui permettent aux développeurs d’être rémunérés pour leurs applications. Sur ce point, Apple s’est voulu rassurant : “Ces informations personnelles sensibles étaient cryptées et n’étaient pas accessibles [aux cyber-criminels]”, ajoute la firme.

Reste que les développeurs ne savent pas, à l’heure actuelle, quand ils pourront de nouveau accéder aux outils en ligne pour soumettre leurs applications sur l’AppStore. Apple n’a, en effet, toujours pas précisé quand les opérations de maintenance allaient s'achever. L’ampleur des changements apportés par Apple (refonte de la base de données, mises à jour des systèmes de sécurité) risque de prendre du temps et pourrait même affecter le processus de soumission des applications.

Pour les utilisateurs des appareils Apple, cette attaque ne change pas grand-chose. Leurs données, liées au compte iTunes, ne se trouvent pas sur les mêmes serveurs et n’ont donc pas été affectées par le piratage. Au pire, ils ne pourront bénéficier avant un certains temps des dernières mises à jour de leurs applications favorites.

Première publication : 22/07/2013

  • JUSTICE

    Apple condamné pour entente illégale sur les prix des livres électroniques

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    L'éditeur français de jeux vidéo Ubisoft piraté

    En savoir plus

  • INFORMATIQUE

    Flashback, le virus qui aime les Mac

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)