Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Polémique autour du lycée squatté par des migrants à Paris

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Birmanie : la junte appelle à l'aide

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Espagne retrouve un peu de sa santé économique

En savoir plus

DÉBAT

Changement climatique : le pari ambitieux de Barack Obama

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mexique: le cimetière des journalistes

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Plan climat : Barack Obama va au charbon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Gabon : turbulences avec Paris

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Porto Rico en défaut de paiement

En savoir plus

EUROPE

Bébé royal : la princesse Kate admise à la maternité

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2013

La princesse Kate est sur le point d'accoucher. Elle a été admise lundi matin à la maternité, a annoncé le palais de Kensington. La naissance du futur roi ou de la future reine d'Angleterre est un événement très attendu dans le pays.

Le "royal baby", issu du mariage de Kate Middleton et du prince William va bientôt naître au Royaume-Uni. La princesse Kate a été admise à la maternité de l'hôpital St Mary, à Paddington dans l'ouest de Londres pour accoucher, a annoncé lundi 22 juillet le palais de Kensington.

"Apparemment, le prince William est près de sa femme qui accouche"

"Le travail (d'accouchement) en est à son début, après son admission" à St Mary "vers 6h (5h GMT) ce matin", a déclaré le palais dans un communiqué. La jeune femme est arrivée avec son époux à la maternité, selon la chaîne de télévision Sky News.

Le travail d'accouchement peut être rapide ou prendre jusqu'à 48 heures, ont relevé les médias britanniques sans oublier d'indiquer que lundi était jour de pleine lune, censée propice aux naissances.

Les médias du monde entier ont leur caméras rivées sur l'hôpital

La princesse est enceinte de son premier enfant, dont le sexe est resté secret pendant toute sa grossesse. Il ou elle sera propulsé(e) dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre. 

Cette naissance suscite un immense intérêt de la part des médias du monde entier, qui campaient depuis trois semaines devant la maternité, en anticipation du jour J. Le palais avait simplement indiqué que le terme était pour mi-juillet. Ironie de l'histoire, les caméras filmant quasiment 24 heures sur 24 les mouvements devant l'hôpital ont raté l'arrivée de Kate lundi matin. C'est un photographe, qui a vu le couple entrer par une porte dérobée, qui a donné l'alerte.

L'annonce de la naissance sera soigneusement orchestrée, selon un protocole bien réglé. Le premier cercle sera d'abord informé, à commencer par la reine Elizabeth II et les parents de Kate. Mais le premier signe, pour les sujets de sa majesté, que le bébé est né devrait être le départ, depuis la maternité, d'un agent chargé d'une missive, qui se rendra sous escorte policière jusqu'au palais de Buckingham, résidence londonienne de la reine.

Twitter et Facebook pour annoncer la naissance

La missive, une proclamation signée des médecins royaux donnant l'heure de naissance du nouveau-né, ainsi que son sexe et son poids, sera placée sur un chevalet dans la cour de Buckingham, le même que celui utilisé pour la naissance de William. Modernité oblige, le palais publiera dans la foulée un communiqué et postera l'information sur Twitter et Facebook.

Mais le prénom du bébé pourrait ne pas être dévoilé avant plusieurs jours : les Britanniques avaient dû attendre une semaine avant de connaître celui de William et un mois pour celui de Charles. Les bookmakers tablent sur une fille, et privilégient le prénom d'Alexandra.

Avec dépêches

Première publication : 22/07/2013

  • ROYAUME-UNI

    Kate et William : le "royal baby" qui valait 284 millions d’euros

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Grossesse de Kate Middleton : décès de l'infirmière victime d'un canular

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Un mariage sans la moindre faute et avec quelques notes de modernité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)