Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

SPORT

Euro-2013 de basket : "Cette équipe de France a de la gueule"

© Stéphanie Trouillard/FRANCE 24

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 22/07/2013

À un mois et demi de l'Euro-2013, l'équipe de France de basket s'est retrouvée à l'Insep avant de débuter un premier stage de préparation. Après les forfaits en chaîne, le sélectionneur Vincent Collet veut croire en la nouvelle génération.

Dans l’une des salles de basket-ball de l’Insep (l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), l’heure est aux retrouvailles en ce lundi matin. Après les Jeux olympiques de Londres l’été dernier, l’équipe de France retrouve ses quartiers. Avant de débuter officiellement leur préparation cette semaine à Pau pour les championnats d’Europe qui se dérouleront en Slovénie du 4 au 22 septembre, les Bleus se sont donnés rendez-vous à Paris. Sur les visages, décontraction et bonne humeur pour une première séance en douceur de travail physique.

La star des Bleus, Tony Parker, s’est fait excuser pour "des obligations contractuelles", tout comme Nando de Colo, son coéquipier aux Spurs de San Antonio qui arrivera dans la soirée, mais les autres piliers comme Nicolas Batum, Florent Pietrus ou encore le capitaine Boris Diaw sont déjà présents. Dans le groupe tricolore, c’est la jeunesse de l’effectif qui saute aux yeux. "C’est vrai que ce matin, il n’y a pratiquement que des gars de moins de 25 ans, c’est une nouvelle fraîcheur", s’amuse Nicolas Batum, l’ailier des Portland Trail Blazers, qui compte déjà 59 sélections.

Sur le banc, Evan Fournier enfile pour la première fois son maillot de l’équipe de France A. Le joueur de 19 ans, qui vient de boucler sa première saison NBA avec les Nuggets de Denver, ne cache pas son plaisir : "L’équipe de France, c’est vraiment l’occasion de progresser à titre personnel. Je lui dois beaucoup. C’est le moment de se comparer à d’autres joueurs qu’on ne voit pas forcément". Tout sourire, il pose avec deux autres "jeunes pousses" de cette sélection, Léo Westermann (20 ans) et Joffrey Lauvergne (21 ans) qui ont brillé cette année au Partizan Belgrade.

Les dernières compétitions de l'équipe de France de basket

Des absences remarquées

De vieilles connaissances font en revanche leur retour sous le maillot tricolore. À la faveur des forfaits en série de ces dernières semaines notamment du côté des pivots, Johan Petro a été rappelé pour la première fois depuis 2009. "Je suis super ravi de retourner en équipe de France", a affirmé le joueur des Hawks d’Atlanta qui a eu par le passé des relations tumultueuses avec le staff des Bleus. "J’ai compris que c’était un honneur d’être en équipe de France. Je suis parti avec beaucoup de déception la dernière fois, mais j’ai oublié. J’ai fait un trait dessus et maintenant on repart de plus belle."

Une cascade de forfaits pour l'équipe de France

Les joueurs qui ont décliné la sélection :

- Joakim Noah (Chicago Bulls), blessé au pied.

- Kevin Séraphin (Washington Wizards) et Ronny Turiaf (Minnesota Timberwolves) préfèrent se concentrer sur la NBA.

- Ian Mahinmi (Indiana Pacers) pour cause de problème avec le staff des Bleus.

- Rudy Gobert (Utah Jazz), qui doit subir une opération du pied.

-Ludovic Vaty (Gravelines) : fin de carrière en raison d'une pathologie cardiaque

Le sélectionneur Vincent Collet ne veut pas non plus s’attarder sur le passé. Interrogé sur les raisons de ces nombreuses absences, le coach préfère contourner le sujet : "J’ai eu l’occasion de m’exprimer sur ces forfaits il y a 15 jours. Maintenant, on a un groupe et je trouve qu’il a de la gueule. On est parti sur une autre aventure, pas forcément avec tous les joueurs qu’on avait imaginé quelques mois en arrière, mais malgré tout avec un groupe qui a du corps !".

Même son de cloche du côté du capitaine Boris Diaw. À un mois et demi du début de l’Euro, il veut se concentrer sur la compétition à venir. "On essaye de ne pas juger notre progression par rapport aux absences de joueurs dans d’autres équipes ou dans la note. On sait qu’on a confiance dans l’équipe de France. On veut juste gravir des marches de plus que par rapport aux précédents championnats d’Europe", estime celui que l’on surnomme "Babac".

Enfin battre l’Espagne ?

Les Bleus auront surtout à cœur de prendre leur revanche sur l’Espagne, qui les a battus en finale de l’Euro en 2011 et surtout éliminés en quarts de finale des JO 2012. "Un crève-cœur", rappelle Boris Diaw. Les Français savent qu’ils ont un coup à jouer face à des Ibériques diminués eux aussi par de nombreux forfaits (Pau Gasol, Juan-Carlos Navarro, Felipe Reyes et Serge Ibaka). "On n’est pas favori. Quand on voit la Grèce, la Turquie, même la Slovénie, qui sera à domicile, on sera un gros outsider, mais on a notre chance, c’est sûr", tempère toutefois Nicolas Batum.

Le sélectionneur ne veut pas non plus trop s’emballer. Après la déception olympique, il joue aussi la carte de la prudence. Mais pour Vincent Collet, qui annoncera les 12 joueurs sur 17 sélectionnés pour l'Euro après le tournoi de Strasbourg (du 07 au 12 août), la nouvelle génération réserve de très bonnes surprises : "Je pense que dans l’attitude, il faudra avoir un état d’esprit commando. C’est là que la jeunesse peut nous apporter des ressources insoupçonnées en terme d’énergie et de conviction et aussi le fait qu’ils n’aient peur de rien. Il faudra qu’on se serve de ces atouts-là."

Première publication : 22/07/2013

  • BASKET-BALL

    Euro-2013 : les regrets des Braqueuses

    En savoir plus

  • BASKET-BALL

    NBA : Le Miami Heat sacré champion

    En savoir plus

  • BASKET-BALL

    Un Tony Parker en feu propulse les Spurs en finale de la NBA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)