Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Discussions entre Touareg et autorités maliennes à Bamako

© HABIB KOUYATE / AFP | Le président D. Traoré et le représentant touareg I.A. Assaleh

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2013

Les récentes violences à Kidal seront au menu de la réunion du Comité de suivi des accords de Ouagadougou, qui se tient ce lundi à Bamako. Dimanche, la délégation touareg a rencontré le président malien par intérim, Dioncounda Traoré.

Rendez-vous pris à Bamako. Depuis dimanche 21 juillet, une délégation touareg se trouve dans la capitale malienne, où elle a d'abord rencontré Dioncounda Traoré, président par intérim, pour parler de "paix" et de "réconciliation", avant de se rendre, ce lundi, à la réunion du Comité de suivi des accords de Ouagadougou. Bamako, un lieu hautement symbolique par lequel le mouvement indépendantiste semble affirmer sa volonté de faire aboutir le processus électoral, alors que les violences dans la région de Kidal (Nord-Est), ces derniers jours, rendent incertaine la bonne tenue de l'élection présidentielle prévue le 28 juillet.

Samedi, le bref enlèvement de quatre agents électoraux et d’un élu dans la localité de Tessalit, située à 200 kilomètres au nord de Kidal, par des hommes armés, a suscité beaucoup d’inquiétudes. D’autant que les faits ne sont pas clairs, chaque camp accusant l’autre d’être à l’origine du rapt. Dans une interview à RFI, le préfet de Tessalit, Cheick Bouaré, accuse nommément "des éléments armés du MNLA" [Mouvement national de libération de l’Azawad] d’être derrière l’attaque. Tandis que le numéro deux du groupe rebelle touareg, Mahamadou Djeri Maïga, estime, toujours sur RFI, que "ce sont les autorités qui ont amené les preneurs d'otages, ce sont elles qui sont de mèche avec eux et ce sont elles qui font tout pour que les élections ne se tiennent pas. Ils sont en train de fomenter des milices pour semer la zizanie à Kidal."

À Kidal même, des violences intercommunautaires ont fait quatre morts, de nombreux blessés et des dégâts matériels en fin de semaine dernière. Selon les témoignages recueillis par RFI, les tensions ont débuté jeudi lorsque des membres de la communauté songhaï ont organisé une marche pour soutenir le retour de l'administration et de l'armée malienne dans la région. Ce mouvement a froissé les pro-Azawad. La mort par balle d’un homme de la communauté songhaï, mais qui serait un sympathisant du MNLA, a enflammé la situation durant la nuit.

Le lendemain, vendredi, les militaires maliens basés à Kidal sont sortis pour la première fois de leur caserne et ont eu quelques altercations avec la population en se rendant au marché. L'un des cadres du MNLA, Mossa Ag Acharatmane, reconnaît sur RFI que cette sortie a provoqué des tensions au sein des combattants du MNLA : "C'était la panique. J’étais avec le commandant français et on a vraiment du mal à régler cette histoire. On essaye de calmer les choses."

Début de la distribution des cartes électorales

Dans ce contexte, la réunion à Bamako est cruciale pour faire rencontrer les deux parties. Certes, les autorités centrales maliennes veulent rester prudentes, tout en nourrissant une méfiance vis-à-vis des rebelles touaregs. Un porte-parole du ministère de la Défense a ainsi déclaré sur RFI, à propos des événements à Tessalit, que "de forts soupçons pèsent sur le MNLA, mais rien n’est sûr. Personne n’a revendiqué officiellement l’enlèvement". Selon les informations de RFI, le Mali entendrait demander au Comité de suivi des accords de Ouagadougou de constater la violation des accords par le MNLA.

De son côté, la délégation touareg du MNLA et du Haut Conseil pour l'unité de l'Azawad compte réaffirmer son soutien au processus électoral, qui doit débuter dimanche prochain, avec le premier tour de l’élection présidentielle. Et faire comprendre qu'elle ne cautionne pas les agissements de certains présentés comme leurs camarades.

Sur le terrain, la distribution de cartes d'électeur pour le premier tour de la présidentielle du 28 juillet a commencé dans le calme à Tessalit ce lundi. "Aujourd'hui, c'est calme à Tessalit et la distribution des cartes d'électeurs a commencé", a déclaré Ismaël Ag Mohamed, l'un des agents électoraux kidnappés. Quelque 5 200 cartes doivent y être distribuées.
 

Première publication : 22/07/2013

  • MALI

    Mali : des affrontements font quatre morts à Kidal

    En savoir plus

  • FRANCE - MALI

    L'otage français Philippe Verdon est mort "assassiné"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Dans la banlieue parisienne aussi, la campagne malienne bat son plein

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)