Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Ultime espoir de retrouver des rescapés du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Afrique

Amina, la Femen tunisienne, jugée pour "avoir dénoncé la torture en prison"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2013

Amina Sboui, en détention depuis deux mois, a comparu pour outrage et diffamation de fonctionnaire après avoir dénoncé des cas de torture et de mauvais traitements à l'égard de prisonnières. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 29 juillet.

Nouveaux déboires judiciaires pour Amina. La Femen tunisienne a de nouveau comparu devant la justice lundi 22 juillet pour outrage et diffamation de fonctionnaire, après avoir dénoncé des mauvais traitements dans la prison où elle est incarcérée depuis deux mois. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 29 juillet.

Amina comparaissait avec une autre détenue, Rabiaâ, poursuivie pour les mêmes faits. L'audience a débuté peu avant 10 heures GMT au tribunal cantonal de M'saken, à 150 kilomètres au sud de Tunis, à la suite d'une plainte déposée par quatre gardiennes de prison à à leur encontre.

Alors que Rabiaâ est apparue lundi drapée du sefsari, le voile traditionnel blanc, comme le veut la coutume pour les femmes jugées en Tunisie, Amina a refusée comme lors de son premier procès de le porter. Elle s'est présentée vêtue d'un T-shirt rose transparent exhibant un tatouage sur le bras.

Tout a commencé lorsqu'Amina, 19 ans, a réagi en voyant sa co-accusée Rabiaâ punie à la station debout durant cinq heures sous un soleil de plomb pour avoir refusé de saluer les gardiennes. "Je suis jugée parce que j'ai dénoncé la torture et la violence exercées à l'égard des détenues" a déclaré Amina à l'AFP en prenant place sur le banc des accusés.

S'adressant ensuite au juge elle a déclaré que "les tortionnaires doivent être poursuivis et condamnés", avant de lancer sous les applaudissements de ses sympathisants en quittant la salle d'audience: "la Tunisie est un État civil et ses femmes sont libres".

La défense a demandé l'acquittement et l'annulation des poursuites pour "graves vices de procédure" dans cette "affaire montée" à la suite des révélations faites par Amina et relayées par son avocate Radia Nasraoui sur des cas de torture et de mauvais traitements à l'égard de prisonnières.

Peine encourue : 18 mois de prison

Amina et sa co-accusée risquent un an de prison pour outrage à un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions et six mois de prison pour diffamation, selon un des avocats de la défense, Ghazi Mrabet.

La Femen tunisienne, comme elle est souvent désignée, a été arrêtée le 19 mai pour avoir peint le mot "Femen" sur le muret d'un cimetière à Kairouan (centre). Condamnée alors au versement d'une amende pour possession illégale d'aérosol d'autodéfense, elle avait été maintenue en détention le temps que la justice décide d'une éventuelle inculpation pour profanation de sépulture et atteinte aux bonnes moeurs.

L'organisation Human Rights Watch (HRW) a appelé à la libération conditionnelle d'Amina, estimant que la militante, qui avait fait scandale en posant seins nus à la manière des Femen en mars, était détenue pour des "raisons politiques". 

Avec dépêches

Première publication : 22/07/2013

  • TUNISIE

    Les avocats d'Amina, la Femen tunisienne, dénoncent un "acharnement judiciaire"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La militante Femen Amina Tyler reste en prison

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Amina, la Femen tunisienne, arrêtée à Kairouan après avoir tagué un mur

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)