Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

FRANCE

À Trappes, la situation est "contenue" affirme Manuel Valls

© AFP

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2013

Après deux nuits de tensions entre des jeunes et la police à Trappes, le ministre de l'Intérieur a affirmé, lundi, que la situation était "contenue". Quatre hommes écroués, entre autres, pour "violences" doivent comparaître dans la journée.

À Trappes, où le week-end a été marqué par des violences entre des groupes de jeunes et la police, la situation est "contenue". C'est ce qu'à assuré Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, sur RTL lundi 22 juillet. Le ministre a par ailleurs indiqué que deux personnes ont été interpellées dans la nuit de dimanche à lundi. La situation a été tendue en début de soirée" mais le "calme a été maintenu", a-t-il déclaré.

"La loi doit être appliquée avec intelligence et discernement"

En début de soirée dimanche, quelques dizaines de personnes se sont regroupées non loin du commissariat de cette ville populaire de 30 000 habitants et ont jeté un pétard en direction des forces de l'ordre. Aussitôt, les CRS se sont déployés et ont lancé une grenade lacrymogène pour éloigner le groupe. Les individus ont immédiatement quitté les lieux, où une vingtaine de fourgons de police restaient stationnés.

Depuis vendredi, les policiers sont visés par des violences, pour lesquelles quatre jeunes hommes de 18 à 24 ans doivent comparaître ce lundi pour "violences", "outrages" ou "jets de projectiles contre les forces de l'ordre". Le 19 juillet au soir, près de 400 personnes avaient jeté des pierres, brûlé des poubelles et détruit des abribus aux alentours de la ville. La police avait répliqué avec des grenades de dispersion et des gaz lacrymogènes. Un adolescent avait été grièvement blessé à l'œil dans les affrontements et quatre policiers légèrement atteints.

Contrôle de police

L'origine des violences remonte à jeudi quand des policiers ont voulu contrôler une femme portant un voile intégral sur la voie publique, ce qui est interdit depuis 2011. Le contrôle avait dégénéré et son mari, un Français converti à l'islam, âgé de 21 ans, avait été placé en garde à vue au commissariat de Trappes. Cet homme, qui a été remis en liberté sous contrôle judiciaire samedi, sera jugé en septembre. Il est accusé d'avoir agressé un policier et tenté de l'étrangler pendant le contrôle de son épouse.

"C'est inacceptable qu'une personne veuille se soustraire à un contrôle et pire, s'en prenne aux forces de l'ordre", a commenté dimanche sur BFM-TV le ministre de l'Intérieur Manuel Valls. Assurant ne pas douter "un seul instant" de l'attitude respectueuse des policiers lors du contrôle, il a lancé un nouvel appel "au calme".

Avec dépêches

Première publication : 22/07/2013

  • FRANCE

    Trappes : quatre jeunes placés en détention provisoire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nouvelles violences à Trappes malgré un dispositif de sécurité renforcé

    En savoir plus

  • FRANCE

    Trappes : Manuel Valls juge les violences "inacceptables"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)