Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : une élection taillée sur mesure pour Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

Asie - pacifique

La Birmanie libère quelque 70 prisonniers politiques

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/07/2013

Le chef de l'État birman a signé l'ordre d'amnistie de quelque 70 prisonniers politiques, dont une trentaine de rebelles de la minorité kachin, sur une centaine. Il a promis de libérer tous les autres d'ici fin 2013, mais les militants doutent.

La Birmanie a décidé mardi de libérer quelque 70 prisonniers politiques, quelques jours après avoir promis de les élargir tous d'ici à la fin de l'année, une annonce accueillie avec scepticisme par des militants.

Le chef de l'Etat Thein Sein a lui-même signé l'ordre d'amnistie, selon son conseiller Hla Maung Shwe, qui a précisé que le nombre total de prisonniers encore dans les geôles du pays avant cette décision tournait autour de la centaine.

Parmi les personnes amnistiées se trouvent une trentaine de prisonniers liés aux rebelles de la minorité ethnique kachin, avec qui le pouvoir tente de parvenir à un véritable cessez-le-feu, a-t-il ajouté.

Depuis la dissolution de la junte en mars 2011, le régime a libéré en plusieurs vagues des centaines d'opposants, moines, journalistes et avocats.

Mais il a également été accusé par les défenseurs des droits de l'Homme d'utiliser ces amnisties au compte-gouttes pour gagner les faveurs des capitales étrangères au moment d'échéances diplomatiques importantes.

C'est à l'occasion de sa première visite à Londres la semaine dernière que Thein Sein avait promis la libération de tous les autres d'ici à la fin de l'année.

Des militants, qui ont appelé le pouvoir à passer de la parole aux actes, s'inquiètent également de nouvelles interpellations, notamment en lien avec des manifestations non autorisées.

"Désormais, environ 80 (prisonniers politiques) restent en prison, mais plus de 70 sont menacés par des procès", a souligné Bo Kyi, de l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP). "Nous saluons ces libérations, mais nous sommes très inquiets des nouveaux procès, ils continuent à en envoyer de nouveaux en prison".

L'un des prisonniers libérés avait ainsi été condamné seulement la semaine dernière pour ses liens avec la rébellion kachin.

"Nous continuerons à appeler à la libération des autres", a de son côté ajouté Myint Aung, de l'association Anciens prisonniers politiques à Rangoun.

Les estimations du nombre de prisonniers de conscience encore enfermés avant cette amnistie différaient selon les sources, d'une centaine selon la Ligue nationale pour la démocratie de l'opposante Aung San Suu Kyi, à environ 150 selon l'AAPP.

La junte au pouvoir pendant près d'un demi-siècle avait toujours nié leur existence. Mais en novembre dernier, Thein Sein avait annoncé la création d'un comité pour les "définir" au sein de la population carcérale.

L'ancien général est crédité de réformes spectaculaires depuis deux ans, notamment le retour au coeur du jeu politique légal de Suu Kyi, aujourd'hui députée. Des changements qui ont permis la levée de presque toutes les sanctions occidentales.

Naypyidaw est également parvenue à des accords avec tous les groupes armés des minorités ethniques, qui n'avaient pas pacifié leurs relations avec le pouvoir central depuis l'indépendance en 1948.

Si aucun cessez-le-feu proprement dit n'a pour l'instant été signé avec les rebelles kachins, dans l'extrême nord, les négociations ont considérablement progressé.

"Il est très possible que nous obtenions dans les prochaines semaines un cessez-le-feu à l'échelon national et que les armes se taisent en Birmanie pour la toute première fois depuis plus de 60 ans", avait d'ailleurs déclaré Thein Sein la semaine dernière.

Hla Maung Shwe a laissé entendre que la libération de la trentaine de prisonniers lié à l'Armée pour l'indépendance kachin (KIA) ou sa branche politique, était liée à cet objectif. "Nous pensons qu'il pourrait y avoir de nouvelles rencontres avec la KIA grâce à ces libérations", a noté le conseiller.

AFP

Première publication : 23/07/2013

  • BIRMANIE

    "Ce n'est pas parce qu'Aung San Suu Kyi est libérée que la démocratie est installée"

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung Suu Kyi annonce qu'elle veut briguer la présidence

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama demande l'arrêt des violences contre les musulmans en Birmanie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)