Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La CIA à Trump: 'le silence est d'or'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May : vers un Brexit "dur" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le PS, vote utile ?"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

« Les Russes ne sont pas nos ennemis », estime le futur président bulgare

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Erasmus, 30 ans de bonheur estudiantin ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les musulmans rohingyas humiliés en Birmanie et une polémique après l'expulsion de France d'un Malien

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : la sécurité à l'agenda du 27e sommet Afrique-France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Primaire de la gauche : l'esprit de synthèse à l'épreuve des débats

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Primaire du parti socialiste : un débat sans pugilat

En savoir plus

Sports

Pantani, Ullrich et Julich : les trois premiers du Tour 98 ont eu recours à l'EPO

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/07/2013

Selon une information du "Monde", les trois premiers du Tour de France 1998, l'Italien Marco Pantani, l'Allemand Jan Ullrich et l'Américain Bobby Julich, étaient dopés à l'EPO. Ils ont été confondus grâce à des tests réalisés en 2004.

L'Italien Marco Pantani, l'Allemand Jan Ullrich et l'Américain Bobby Julich, les trois premiers du Tour de France 1998, ont eu recours à l'EPO selon le site du quotidien Le Monde, qui cite des test rétroactifs réalisés en 2004.
              
Les Français Laurent Jalabert, déjà cité fin juin par l'Equipe, Laurent Desbiens, maillot jaune durant deux jours, et Jacky Durand, vainqueur de la 8e étape, font également partie des coureurs ayant eu recours à ce produit interdit, ajoute le site du quotidien, à la veille de la publication du rapport de la commission d'enquête du Sénat sur l'efficacité de la lutte contre le dopage.
              
Celui-ci pourrait comporter en annexes les bordereaux de prélèvements de cyclistes testés lors du Tour 1998, celui de l'affaire Festina. Y figurent leurs noms, alors que les résultats des réanalyses effectuées fin 2004 par le laboratoire de Châtenay-Malabry à des fins de validation de leur test de détection de l'EPO étaient restés anonymes, faute de recoupements.
              
Le maillot vert Erik Zabel est également cité par le site internet, qui ne révèle pas ses sources.
              
Le 15 mai, alors que l'ancien champion Laurent Jalabert s'apprêtait à être auditionné, le rapporteur Jean-Jacques Lozach (PS) avait provoqué un mini-séisme en annonçant que les sénateurs étaient enfin en mesure de dévoiler les noms de ces cyclistes ayant eu recours à l'EPO en 1998.

AFP

Première publication : 23/07/2013

  • TOUR DE FRANCE

    Christopher Froome, la "suspicion légitime"

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Dopage : les athlètes Tyson Gay et Asafa Powell contrôlés positifs

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Pour Armstrong, "impossible de gagner le Tour de France sans dopage"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)