Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

FRANCE

Trappes : la police des polices ouvre une enquête sur des propos racistes sur Facebook

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/07/2013

La police des polices a ouvert une enquête ce mardi après que des commentaires racistes et des appels à la haine, en lien avec les violences qui ont émaillé la ville de Trappes ce week end, ont été publiés par des policiers sur une page Facebook.

Une nouvelle polémique vient mettre de l'huile sur le feu après les violences qui se sont déroulées à Trappes (ouest de Paris) le week-end dernier. La police des polices a ouvert une enquête, mardi, à la demande du ministère de l'Intérieur afin d'identifier les auteurs de propos racistes postés sur une page Facebook dédiée à la police. La page n'est plus accessible depuis mardi matin, mais elle était toujours présente dans le "cache" de Google mardi après-midi. 

Sur la page en question, un forum Facebook intitulé "Forum police-info.com", qui se définit comme "non officiel", des commentaires en référence aux incidents de Trappes et et des propos racistes, parfois très violents, sont publiés. Les auteurs se présentent comme des policiers ou comme des sympathisants.

"La chasse est ouverte"

Le site al-kanz.org a dénoncé ces propos dès lundi et a isolé en captures d'écran (reproduites ci-dessous) quelques-uns des commentaires visibles sur le forum Facebook : "La chasse est ouverte, il est temps de faire un bon nettoyage", peut-on lire par exemple, ou encore, "c'est pas le ramadan normalement ? oui ??? et ben alors vous allez 'ramasser vos dents' lol force et honneur !"


"Les auteurs de ces appels à 'vider les stocks' de munition à Trappes, à 'flinguer', à faire 'un bon nettoyage', à 'l’épuration' sont publiés pour la plupart sous leur véritable identité. Ces propos ne visent pas seulement les émeutiers, mais parfois bien l’ensemble des habitants de Trappes. Les habitants plutôt musulmans", dénonce al-kanz.org.


"L'enquête de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices, NDLR) devra déterminer s'il s'agit bien de policiers qui ont tenu ces propos, et auquel cas c'est intolérable et des poursuites disciplinaires seront engagées. Mais il faut être extrêmement prudent, savoir dans quel cadre ces propos ont été tenus", a indiqué mardi le porte-parole du ministère Pierre-Henri Brandet.

"Les policiers doivent être exemplaires, quelles que soient les circonstances. L'exemplarité est essentielle et indispensable si l'on veut rétablir ou raviver le lien de confiance qui doit unir nos forces de sécurité et la population", a encore plaidé Pierre-Henri Brandet.

Interrogés, les syndicats de police restent prudents. "Je suis très méfiant sur ce type de forums non officiels qui peuvent rameuter des gens qui n'ont rien à voir avec la police, parce qu'on ne sait pas qui parle réellement", a expliqué Nicolas Comte, le porte-parole d'Unité-SGP FO, premier syndicat des gardiens de la paix.

"J'émets une très grande réserve sur ce genre de sites. Mais si les faits sont reconnus, ce n'est pas acceptable. Il faut que les policiers, même quand les conditions de travail sont difficiles, restent irréprochables, ce qui n'est pas toujours facile", a de son côté réagi Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d'Alliance (deuxième syndicat des gardiens de la paix).

Les auteurs retrouvés par Copwatch

Malgré la prudence qui reste de mise, le site Copwatch Nord-Ile-de-France, issu d'un collectif de citoyens qui publient régulièrement des photos de policiers "pour lutter pour la transparence et l'information contre les violences policières", assure être parvenu à identifier les auteurs de certains de ces propos. Des policiers dont il révèle les noms, la photo, et parfois le service d'affectation.

La justice a ordonné à plusieurs reprises la fermeture de ce site qui, à chaque fois, a été réactivé. Pour les syndicats de police, Copwatch met les policiers et gendarmes en danger en exposant leur identité sur la place publique. 

Avec dépêches

Première publication : 23/07/2013

  • FRANCE

    Trappes : un émeutier condamné à six mois de prison ferme

    En savoir plus

  • FRANCE

    À Trappes, la situation est "contenue" affirme Manuel Valls

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)