Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

10 ans de prison requis contre Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fessée: une tradition française?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président tchadien promet d'anéantir le chef de Boko Haram et savoir où il se trouve

En savoir plus

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

FRANCE

Brétigny : ouverture d'une information judicaire pour homicides involontaires

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/07/2013

Le procureur de la République a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires après la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge le 12 juillet. Six personnes sont mortes dans le déraillement du train.

Une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires a été ouverte après la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne) qui a fait six morts, le 12 juillet, a indiqué mercredi le procureur d'Evry, Eric Lallement.

"J'ai décidé d'ouvrir une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires", a déclaré le procureur de la République, lors d'une conférence de presse.

Un collège de trois juges d'instruction a donc été nommé pour enquêter, douze jours après le déraillement du train Intercités 3657 Paris-Limoges, le 12 juillet en gare de Brétigny-sur-Orge, à l'issue duquel six personnes ont trouvé la mort: deux passagers originaires du Limousin et quatre habitants de l'Essonne, qui se trouvaient sur le quai au moment du drame.

Comme l'avait annoncé la SNCF dès le lendemain du drame, une défaillance matérielle, celle du basculement d'une éclisse au coeur d'un aiguillage, "semble être à l'origine de la catastrophe", selon le procureur.

"Les recherches vont se concentrer sur les causes de l'absence, de la rupture et/ou du desserrage des écrous de cette éclisse", a précisé le magistrat.

La responsabilité du conducteur, tout comme l'hypothèse d'un acte de malveillance semblent être aujourd'hui écartées, selon M. Lallement. "A priori aujourd'hui, l'acte de malveillance est écarté", a-t-il ajouté.

"Le basculement de l'éclisse, à quoi est-il dû? Je n'ai pas aujourd'hui d'explication", a poursuivi le procureur.

AFP
 

Première publication : 24/07/2013

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Accident de train à Brétigny : la SNCF confirme la thèse d'une éclisse défaillante

    En savoir plus

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Accident de Brétigny : fin des opérations de sauvetage

    En savoir plus

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Accident de Brétigny : le bilan de six morts est définitif

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)