Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Afrique

Appel de l'armée égyptienne à manifester vendredi : un "appel à la guerre civile" pour le camp Morsi

© AFP

Vidéo par Aurore Cloé DUPUIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/07/2013

Dans un discours prononcé mercredi, le chef de l'armée égyptienne, le général Al-Sissi, qui a destitué Mohamed Morsi le 3 juillet, a appelé à des manifestations vendredi afin de lui "donner mandat" de mettre fin au "terrorisme" des pro-Morsi.

La tension ne faiblit pas en Égypte, où les partisans de l’ancien président Mohamed Morsi et l’armée, qui l’a destitué, ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord sur le principe d’une transition politique. En témoigne l’appel du général Abdel Fattah al-Sissi, le chef de l’armée égyptienne, qui a demandé mercredi 24 juillet à la population de manifester pour lui "donner mandat" de mettre fin à "la violence et le terrorisme". Les partisans de Mohamed Morsi, qui se mobiliseront le même jour, ont aussitôt qualifié ce discours d'"appel à la guerre civile".

"J'appelle tous les Égyptiens honnêtes à descendre dans la rue vendredi pour me donner mandat pour en finir avec la violence et le terrorisme", a déclaré le général, qui est également ministre de la Défense et vice-Premier ministre dans le nouveau gouvernement, alors que les Frères musulmans partisans du président déchu continuent de mobiliser pour réclamer son retour.

Désireux d’être soutenu par la foule, il a appelé "les Égyptiens à descendre dans la rue pour montrer au monde leur volonté comme avant le 30 juin" lors des manifestations de masse pour exiger le départ de Mohamed Morsi, déposé le 3 juillet. "Je vois que certains veulent entraîner le pays dans un tunnel sombre", a-t-il encore affirmé dans ce discours lors d’une cérémonie militaire, en allusion aux troubles politiques souvent meurtriers qui secouent le pays depuis près d'un mois.

Les États-Unis "très inquiets"

La réponse des Frères musulmans ne s'est pas faite attendre. La confrérie a condamné un "appel explicite à la guerre civile", et appelé à des rassemblements vendredi "contre le coup d'Etat". "Les menaces de Sissi, chef du coup d'État militaire sanglant, sont une déclaration de guerre civile", a insisté le mouvement, comparant son discours à celui du président syrien Bachar al-Assad "qui a lancé sa guerre contre le peuple syrien en demandant un mandat similaire".

Les États-Unis se sont dits "très inquiets" que l'appel à manifester du général al-Sissi n'entraîne de nouvelles violences dans le pays. Ils avaient auparavant annoncé la suspension de la livraison de quatre chasseurs F-16 à ce pays, bénéficiaire d'une importante aide militaire américaine.

Avec dépêches

Première publication : 24/07/2013

  • ÉGYPTE

    Nouvelles flambées de violences entre pro et anti-Morsi au Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La famille de Morsi va poursuivre le chef de l'armée pour "enlèvement"

    En savoir plus

  • MANIFESTATIONS

    Égypte : des milliers de pro-Morsi se mobilisent pour "annuler le coup d'État"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)