Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat... les sujets qui fâchent

En savoir plus

Afrique

Younoussi Touré, président de l'Assemblée nationale du Mali, revient sur l'élection présidentielle

© Capture d'écran / FRANCE24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/07/2013

Invité du journal de l'Afrique sur FRANCE 24, Younoussi Touré, le président de l'Assemblée nationale du Mali, a affirmé que la France n'avait pas fait de forcing pour la date de l'élection présidentielle, fixée au 28 juillet.

Dans un entretien accordé à FRANCE 24 mardi 23 juillet, Younoussi Touré, président de l’Assemblée nationale du Mali, est revenu sur l'élection présidentielle prévue dans quelques jours dans son pays. Interrogé sur le choix controversé de la date du 28 juillet, il a assuré que c’était le Mali et non la France qui en était responsable. "Le gouvernement a présenté une feuille de route à l’Assemblée nationale que nous avons adoptée, et toutes les limites qui sont aujourd’hui soulevées par les uns et les autres ont été déjà évoquées à cette période", a-t-il expliqué.

Répondant aux critiques sur les problèmes sécuritaires à Kidal qui limitent le nombre de villages pouvant accéder au vote national, Younoussi Touré a tenté de se montrer positif : "Je ne pense pas qu’on puisse dire aujourd’hui que l’élection ne sera organisée que dans deux ou trois villages, a déclaré le président de l’Assemblée nationale malienne. On a encore quelques jours pour aller de l’avant : il faut attendre la veille des élections pour savoir exactement quelles localités sont concernées."

De même, il a minimisé la portée des enlèvements d’agents électoraux dans cette région du Nord-Mali, rappelant que ces agents avaient été relâchés et que "l’auteur de ces enlèvements (avait) lui-même été incarcéré".

Enfin, concernant la légitimité du scrutin et son déroulement sans heurts, Younoussi Touré a appelé "la communauté internationale, y compris la France", à assurer la sécurité et la "neutralité" des candidats et des votants.

Vous pouvez retrouvez ci-dessous l’intégralité de cet entretien.

Entretien : Younoussi Touré, président de l'Assemblée nationale du Mali


 

Première publication : 24/07/2013

  • ENTRETIEN

    Dioncounda Traoré : "La date du 28 juillet sera tenue pour la présidentielle malienne"

    En savoir plus

  • MALI

    Candidats à la présidentielle malienne : poids lourds et nouveaux venus

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Mali : dans le camp de Niamana, de nombreux réfugiés privés de vote

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)