Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

"Les autorités maliennes m’ont privée de mon droit de vote"

© Crédit : Ségolène Allemandou

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 25/07/2013

À quelques jours de l'élection présidentielle au Mali, de nombreux ressortissants maliens en France sont en colère. Ils ne pourront pas voter n'ayant pas reçu leur carte d'électeur à temps.

Ramata Coulibaly, coordinatrice du Collectif des Maliens de France pour la Paix (CMFPaix), ne cache pas son amertume. Pour la première fois de sa vie, cette Malienne de 67 ans, résidant dans la région parisienne, ne votera pas à l’occasion du premier tour de la présidentielle, dimanche 28 juillet. Non pas par choix mais parce qu’elle n’a tout simplement pas reçu sa carte Nina, la carte d'identification biométrique faisant office de carte d'électeur au Mali.

"C’est une honte, affirme-t-elle à FRANCE 24. Voter est un droit constitutionnel ! En fixant la date de l’élection dans la précipitation, les autorités maliennes n’ont même pas pris le temps de s’assurer que toutes les conditions étaient réunies pour que le scrutin se passe dans de bonnes conditions. Résultat : elles me privent de mon droit de vote !"

Au début, cette Malienne originaire de Gao, dans le nord-est du pays, ne voulait pas y croire. Elle a passé plusieurs heures à vérifier si son nom ne figurait pas sur les listes électorales, affichées dans le désordre sur les murs de l’ambassade du Mali, à Paris. En vain. "J’ai pourtant bien mon récépissé attestant que j’ai été enregistrée lors du Ravec de 2009 [dernier recensement administratif malien à vocation d’état civil, ndlr]", assure Ramata Coulibaly.

Un casse-tête logistique qui pénalise de nombreux Maliens. Depuis une semaine, des centaines de ressortissants affluent chaque jour dans les locaux diplomatiques de la rue du Cherche-Midi à Paris pour s’assurer que leur nom figure bien sur les listes électorales. Certains ressortent de l’ambassade soulagés d’avoir pu récupérer leur précieux sésame. D’autres, qui n’ont pas eu cette chance, se sentent lésés de ne pas être en mesure de participer à la première élection présidentielle malienne depuis le coup d’État du 22 mars 2012. "On veut tous participer à la construction du Mali, c’est notre pays !", déplore Ramata Coulibaly.

"Une minorité va pouvoir voter"

Sur les 81 000 ressortissants maliens vivant en France enregistrés au Ravec, le consulat n'a reçu que 29 000 cartes Nina, dont la moitié seulement a été distribuée. En France, "une minorité va pouvoir voter", a reconnu à l’AFP mardi 23 juillet le consul général, Mangal Traoré, qui précise que "les gens étaient particulièrement motivés pour cette élection, d'où leur très grande frustration".

Face à ce problème logistique, plusieurs associations maliennes basées en France, dont le Collectif des Maliens de France pour la Paix, ont organisé une série de rassemblements dans l’Hexagone. Leurs revendications : faciliter l’accès au vote pour ceux qui n’ont pas de carte en les laissant utiliser leur récépissé. "On ne demande pas un report des élections, on veut juste pouvoir voter !", s’insurge Ramata Coulibaly.

Au Mali, la distribution des cartes n’est pas forcément mieux organisée. Le 18 juillet, un document officiel des organisateurs de l'élection soulignait que "le taux de remise des cartes" était "d'environ 60 %".

Selon elle, cet imbroglio des cartes électorales pourrait avoir un impact négatif sur les résultats. "Les autorités font courir le risque que le nouveau président élu n'ait pas la légitimité nécessaire au rétablissement du pays". De son côté, si l'ambassadeur Boubacar Sidiki Touré reconnaît un "problème national" et "des erreurs techniques" concernant l’organisation de l‘élection, il affirme que "cela ne remet pas en cause la crédibilité du scrutin", conclut-il.

Première publication : 25/07/2013

  • MALI

    En images : Bamako à l'heure de la présidentielle

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    Younoussi Touré, président de l'Assemblée nationale du Mali, revient sur l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Mali : dans le camp de Niamana, de nombreux réfugiés privés de vote

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)