Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

EUROPE

Déraillement en Espagne : Mariano Rajoy décrète trois jours de deuil national

© Capture d'écran / FRANCE24

Vidéo par Aurore DUPUIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/07/2013

Après l'accident de train de Saint-Jacques-de-Compostelle qui a fait 80 morts et une centaine de blessés mercredi soir, le chef du gouvernement espagnol a annoncé trois jours de deuil national, tandis que la Galice se prépare à sept jours de deuil.

Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, s'est rendu jeudi 25 juillet sur les lieux de l'accident ferroviaire à Saint-Jacques-de-Compostelle - son lieu de naissance - où au moins 80 personnes ont trouvé la mort la veille après le déraillement d'un train à grande vitesse à l'approche de la gare. 

Mariano Rajoy : "Les familles ne peuvent pas rester dans l'incertitude"

"Je vais signer aujourd'hui un décret déclarant trois jours de deuil national dans toute l'Espagne", a-t-il déclaré. Il devait se rendre dans la journée dans le principal hôpital de la ville, avant de tenir une réunion d'urgence avec les autorités locales. "Face à une tragédie comme celle qui s'est produite à Saint-Jacques-de-Compostelle, la veille du grand jour, je ne peux qu'exprimer ma plus grande sympathie en tant qu'Espagnol et Galicien", avait-il dit avant sa visite dans un communiqué.

Ce drame est survenu à la veille de la fête catholique de saint Jacques, évangélisateur de l'Espagne, et près de son célèbre sanctuaire de Galice où affluent chaque année des milliers de pèlerins. L'office du tourisme de la ville a annoncé l'annulation de toutes les festivités.

Le président régional de Galice, Alberto Nuñez Feijoo, a de son côté déclaré sept jours de deuil dans la région tandis que le roi Juan Carlos et prince héritier Felipe ont suspendu leurs activités officielles. Il s'agit de la catastrophe ferroviaire la plus grave que l'Espagne ait connue depuis des années.

Mobilisation pour secourir les blessés

Les cliniques de la ville ont été vite débordées par l'afflux de blessés et les hôtels ont aménagé des chambres gratuites pour les proches des victimes. Le gouvernement central a dépêché experts en médecine légale et personnels soignants par avion spécial. "Sur place, la scène est choquante, c'est dantesque", a déclaré Alberto Nunez Feijoo. Les pompiers ont même annulé un mouvement de grève pour participer aux secours. Les personnels d'hôpitaux, dont beaucoup ont vu leurs salaires réduits en raison de la crise économique qui affecte l'Espagne, ne comptaient pas leurs heures supplémentaires pour venir en aide aux blessés.

La vidéo de l'accident de train

Pour le moment, les causes du déraillement, qui a également fait 143 blessés, restent inconnues. Le gouvernement privilégie la thèse d'un accident à celle d'un attentat ou d'un sabotage. 

Jeudi, la presse espagnole a dénoncé la vitesse excessive du train, qui transportait 247 personnes. Le conducteur aurait en effet déclaré rouler à 190 km/h à l'entrée d'un virage extrêmement délicat, alors que la limite autorisée est de 80 km/h sur cette zone. Suivant la même hypothèse, le maire de Saint-Jacques-de-Compostelle, Angel Carras, a estimé jeudi à la radio Cadena Ser que la vitesse du train, formé de huit wagons, n'était "probablement pas la bonne".

Avec dépêches

Première publication : 25/07/2013

  • ACCIDENT FERROVIAIRE

    Espagne : selon "El Pais", le train dépassait largement la vitesse autorisée

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    En images : déraillement d'un train à Saint-Jacques de Compostelle

    En savoir plus

  • CATASTROPHE FERROVIAIRE

    Les principaux accidents ferroviaires en Europe ces 25 dernières années

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)