Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar, l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

FRANCE

Paris affirme détenir une preuve de vie des otages enlevés au Niger

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/07/2013

Le président français François Hollande assure détenir des preuves de vie des quatre ressortissants français enlevés en septembre 2010 sur le site d'Areva à Arlit, au Niger.

Retenus au Niger depuis le 16 septembre 2010, date de leur enlèvement, les quatre otages français sont vivants. François Hollande a affirmé, jeudi 25 juillet, avoir des preuves qu'ils étaient en vie lors d'une conférence de presse à Ljubljana à l'issue d'un sommet européen consacré aux Balkans.

"Le président du Niger avait lui-même annoncé il y a quelques semaines qu'il avait des éléments" prouvant que ces otages étaient en vie. "Nous avons eu confirmation de ces éléments", a déclaré le président de la République française.

Le 16 septembre 2010, au Niger, Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret - sont enlevés à Arlit (nord), sur un site d'extraction d'uranium. Le groupe Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) a revendiqué le rapt.

Les quatre Français travaillaient pour le groupe nucléaire public Areva et son sous-traitant Satom.

Françoise Larribe, l'épouse de Daniel, capturée en même temps que lui, a été libérée en février 2011, ainsi que deux autres otages, un Togolais et un Malgache.

Avec dépêches

Première publication : 25/07/2013

  • INTERVIEW

    Pour le président nigérien, les otages français enlevés à Arlit "sont vivants"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hollande affirme que Paris œuvre pour la libération des otages français au Sahel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Otages au Niger : les familles se mobilisent pour les 1 000 jours de détention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)