Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Les prisons américaines à l’heure de la réforme

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Des polémiques françaises : Valls chante Marianne aux seins nus, Macron quitte Bercy

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

Afrique

Assassinat de l'opposant tunisien Mohamed Brahmi

© marsad.tn

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/11/2013

Le fondateur du Mouvement du peuple (gauche), Mohamed Brahmi, membre de l'Assemblée constituante, a été assassiné de plusieurs balles tirées devant son domicile. Il s'agit du deuxième assassinat d'un opposant en moins de six mois en Tunisie.

C’est le deuxième assassinat d’un responsable de l’opposition tunisienne en moins de six mois. Mohamed Brahmi, fondateur du Mouvement du peuple (Echaâb) et élu à l’Assemblée constituante tunisienne a été abattu, jeudi, devant son domicile à Tunis. Selon les médias locaux, cette figure de la gauche tunisienne a été atteint par 11 balles tirées à bout portant par deux individus circulant à moto.

L’information, révélée par la radio tunisienne Mosaïque FM et confirmée par le ministère de l’Intérieur, a choqué les Tunisiens qui craignent un nouvel assassinat politique. Le mode opératoire rappelle forcément l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février dernier à Tunis. Le chef du Front populaire tunisien avait alors été assassiné par balles devant son domicile par des hommes présumés liés à la mouvance salafiste.

Né dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, le berceau de la révolution de 2011, Mohamed Brahmi s’était impliqué dans l’organisation des étudiants arabes progressistes et unionistes, puis dans le mouvement unioniste nassériste à partir de 2005. Arrêté deux fois sous l’ancien régime, en 1981 et 1986, Mohamed Brahmi avait créé son propre parti, le Mouvement du peuple, après la chute de Ben Ali.

Avec dépêches

Première publication : 25/07/2013

  • TUNISIE

    Tunisie : les commanditaires du meurtre de Chokri Belaïd identifiés

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : Tunis diffuse les portraits de cinq suspects

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Meurtre de Chokri Belaïd : des milliers de manifestants à Tunis au 40e jour de deuil

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)